Qu’est-ce que le yoga Kundalini ?

Le Kundalini est une pratique de yoga. Très puissante, celle-ci permet d’harmoniser le corps et le mental, de s’éveiller et d’ouvrir son esprit aussi bien vers soi que vers ce qui nous entoure. Cet automne, OLY Be et Yoga Connect vous proposent un programme en vidéo, imaginé par Caroline Bénézet, pour aborder cette nouvelle saison en douceur et en conscience grâce au Kundalini.

Focus sur ce type de yoga avec Caroline qui nous éclaire au sujet de cette pratique en vogue.

 

Qu’est-ce que c’est ? 

Tout d’abord, la kundalini est une énergie vitale qui prend naissance dans le sacrum. Elle remonte tout le long de la colonne vertébrale en passant par tous les centres énergétiques, comme le cœur, le troisième œil ou la couronne, que l’on appelle chakras, et qui correspondent à des glandes endocrines (ovaires, surrénales, pancréas, thymus, thyroïde, hypophyse, et glande pinéale au sommet du crâne…). 

IMG_6451.jpg

Le yoga Kundalini cherche donc à faire circuler cette énergie pour élever la conscience, gagner en harmonie physique, mentale et spirituelle (une dimension importante de cette pratique). « Ça fait beaucoup de bien à condition que l’énergie s’élève tranquillement, doucement, pour l’éveil de sa conscience. C’est un processus complet, la conscience s’élève, la santé s’aligne, des valeurs personnelles se mettent en place... » explique Caroline. Le yoga Kundalini a pour but principal d’unir, de reformer un tout, de gagner en éveil, en bien-être. Sa pratique et ses bienfaits peuvent s’apparenter à ceux de la méditation de pleine conscience ou du taï chi par exemple. 

Si certains le considèrent comme ancestral, il semble plutôt être un mélange de philosophie, pratiques et pensées de différents courants. Sa démocratisation a été initiée par le Yogi Bhajan immigré d’Inde aux États-Unis à la fin des années 60 et il est aujourd’hui présent dans le monde entier.

 

Comment se passe un cours ? 

« C’est une pratique très joyeuse. On travaille beaucoup avec de la musique, des vibrations, sauf dans certaines pratiques matinales où le silence est privilégié pour ne pas provoquer trop d’émotions ». Sinon, concrètement, les séances durent entre 1h15 et 1h30. Elles commencent généralement par une ouverture de l’espace grâce à un son, ensuite viennent les exercices de respiration et de souffle, les pranayamas, bien souvent pendant une quinzaine de minutes, puis les échauffements et une série de postures (les kriyas), puis la séance se termine par 7 minutes de méditation minimum, bien souvent chantée pour faire vibrer le corps et l’esprit, puis un temps de relaxation avant d’être clôturée par un gong.

IMG_6452.jpg

Les « formules » et les kriyas peuvent être différentes à chaque cours selon le point qui va être travaillé. Cela peut être la rancœur, la tristesse, la colère, la confiance en soi, la libération des peurs... Chaque émotion est liée à un chakra, à un organe, à un élément et c’est en rassemblant tous ces points que l’on gagne en conscience et en éveil. De même, on peut avoir des besoins différents selon les moments du mois ou de l’année. Ainsi, Caroline propose aussi des cours spéciaux pour les nouvelles lunes, les pleines lunes ou pour les changements de saison. L’idéal reste de pratiquer régulièrement deux ou trois fois par semaine et des effets peuvent alors être visibles très rapidement, au bout de trois à six mois bien souvent.

 

Quels sont les bienfaits ? 

IMG_6449.jpg

D’un point de vue physiologique, le Kundalini booste les systèmes nerveux, digestif, sanguin et lymphatique et l’oxygénation de l’ensemble des cellules. Il a donc des bienfaits relativement immédiats sur la réduction du stress, sur la qualité du sommeil, la détente, mais aussi sur la forme. À plus ou moins long terme, il peut également permettre de réduire certaines douleurs comme les crampes menstruelles ou certains inconforts physiques. Mais, la pratique du Kundalini va bien au-delà de ça et il est souvent utilisé pour améliorer et unifier tous les pans de son être, de sa vie, de ses relations et de sa place en apprenant à mieux se connaître, à mieux gérer ses émotions et à prendre du recul. 

Le Kundalini accorde une grande importance à l’ouverture de l’intuition, du troisième œil et de la clairvoyance. Au fil de la pratique, la sensibilité et la créativité sont grandement amplifiées. 

 
IMG_6450.jpg

Caroline l’explique « Au premier cours, on ressent comme un retour à la maison, on se sent là, dans l’instant, et on ressent une certaine force intérieure. Ça donne la force d’avancer en accord avec ce que l’on est. On se sent plus en cohérence. Au début, ça va être assez agréable et ça va nous pousser à aller plus loin. Ça apporte beaucoup de bonheur et de bien-être, mais, à un moment, ça peut aussi venir remuer les dépôts au fond. On fait un nettoyage en même temps. Plus on vibre, plus on s’aligne avec la personne que l’on est et avec l’environnement qui nous entoure. Parfois, ça peut chambouler, donner le courage de dire stop, de dire oui ou non, de remplir ou de vider des choses ». 

Une chose est sûre, c’est une pratique riche en émotions et en énergie. C’est pourquoi il est important qu’elle soit bien encadrée par des professionnels qui vous conviennent et vous accompagnent avec bienveillance.

 

C’est pour qui ? 

Pour tout le monde et tous les âges ! Caroline va plus loin « Même une personne qui ne peut pas s’asseoir en tailleur peut pratiquer le Kundalini, en s’asseyant sur une chaise par exemple. Il n’y a pas besoin de savoir faire le grand écart ou d’être souple. On ne fait pas de poirier ou d’inversions. »

À ses débuts dans les années 70, le Kundalini a été un coup de pouce pour permettre aux toxicomanes de se libérer, aujourd’hui encore, grâce à ses bienfaits et à son aspect méditatif, il peut être particulièrement recommandé lorsque l’on cherche à se défaire de certaines addictions comme le tabac ou l’alcool.

 
 
IMG_6453.jpg
 
 

Le mot de la fin : et pour l’automne, on fait quoi ? 

Chaque saison a quelque chose de différent. C’est important et intéressant d’adapter sa pratique à ça, de travailler en intimité avec la nature et les cycles. En automne, on va accentuer sur le nettoyage, l’engagement, la gratitude, le système nerveux, l’énergie vitale. On va la faire passer par les poumons pour la faire se poser sur les reins, de manière à faire une réserve pour l’hiver par exemple.

 

Merci à Caroline Benezet, professeure passionnée de kundalini depuis plus de 20 ans et auteure du livre Kundalini & me : Sur le chemin de la transformation avec le yoga aux éditions Marabout, 25 euros. 

Crédits photos : Caroline Benezet


Pour découvrir les vidéos de Caroline, rendez-vous ici.

Et si vous assistiez à un cours de yoga kundalini en studio ?


à lire également

Photo blog (43).png

Vivre au rythme des saisons : l’automne

Photo blog (44).png

Qu’est-ce que c’est encore : le yoga des yeux ?

Photo blog (45).png

Focus sur les aliments fermentés

Vivre au rythme des saisons : l’automne

Fatigue, moral en berne… Les changements de saison peuvent être un peu difficiles et demandent une juste dose d’adaptation. L’automne, avec la rentrée, ne fait pas exception ! Cette saison de transition nous amène vers le chemin de l’hiver. Les vacances sont finies, les prochaines peuvent être encore loin. Pourtant, elle peut être le moment idéal pour un renouveau et opérer des changements, pour se lancer des défis, prendre soin de soi et se réjouir. Encore faut-il ne pas s’épuiser…

Pour cela, OLY Be vous donne toutes les astuces pour vivre l’automne au mieux et l’apprécier !

 

On prévient les baisses de forme

Les changements de saison, et plus particulièrement au printemps et à l’automne, peuvent entraîner une « fatigue saisonnière », qui peut affecter notre humeur et nous donner des petits coups de mou. Avec les jours qui raccourcissent, notre rythme circadien (notre horloge biologique) est un peu déboussolé. Si l’on ajoute à cela, le froid qui arrive et la fatigue qui pointe le bout de son nez, il n’est pas rare de tomber malade à ce moment-là. Pour éviter d’attraper tout ce qui passe, on veille à prendre soin de son système immunitaire :

- On se repose bien et on dort suffisamment. Si besoin, on peut même commencer à s’initier à l’art de la sieste !

- On respecte un certain rythme de vie avec des horaires de repas, de coucher et de lever

- On ralentit

- On fait le plein de vitamine D en essayant de capter le soleil dès que possible

- On prend l’air et on se balade régulièrement

- On pratique une activité physique régulière, quelle qu’elle soit. On essaie de « bouger » une trentaine de minutes par jour minimum.

- On peut essayer la photothérapie (ou luminothérapie) pour profiter des nombreux bienfaits de la lumière quand les jours peinent à nous satisfaire

- On pense à boire régulièrement pour bien s’hydrater !

 

On chouchoute sa peau

gabriel-silverio-u3WmDyKGsrY-unsplash.jpg

Avec les températures qui baissent, le retour des manches longues, du chauffage électrique, des douches un peu plus chaudes, on peut souffrir de peau qui tiraille, gratte ou réagit davantage. La peau est le plus grand organe du corps humain, il ne faut donc pas négliger à en prendre soin ! Pour regagner en confort, on n’hésite pas à faire des hammams et saunas, des gommages, masques, mais surtout à bien la nourrir et l’hydrater.

 

On se réjouit !

C’est la saison parfaite pour renouer avec plaisir aux activités d’intérieur comme la lecture, le DIY, regarder des séries et films de notre liste, cuisiner… Tout ce qui nous fait du bien ! Même si la météo nous pousse à rester dans notre cocon, il ne faut pas se priver de prendre l’air ! Se balader en forêt a de vraies bénéfices prouvés. Et ça tombe bien ! L’automne est une saison magnifique dans la nature. On peut donc essayer de s’initier à la méditation active en faisant des balades simples ou ponctuées de moment de pleine conscience. En bonus, on peut en profiter pour ramasser des champignons (à contrôler avec des pharmaciens !), des noisettes ou des châtaignes !

 
aaron-burden-G_1V58E0TyM-unsplash.jpg
 
 

On mange de saison

De fait, la nature est bien faite et les fruits et légumes de saison apportent tout ce dont le corps a besoin, en terme de nutriments, vitamines et éléments, au moment où il en a besoin. Ainsi, en automne, on veille à faire le plein de vitamines C, fer, magnésium, zinc… On peut aussi miser sur les aliments qui nous boostent comme le chocolat noir (riche en magnésium), les épices et racines (gingembre, curcuma, ginseng) ou les fruits secs (noix, noisettes, amandes, noix de cajou…).

conscious-design-I4e1cY1I0FQ-unsplash.jpg

Bien souvent, si l’on a une alimentation équilibrée riche en couleurs et saveurs différentes, il n’y a pas besoin de prendre des compléments ou des « superaliments ». Toutefois, si un gros coup de fatigue se fait sentir, on peut toujours s’orienter vers des professionnels comme des médecins, naturopathes ou pharmaciens qui sauront proposer les solutions les plus adaptées.

 
Photo blog (39).png

Les fruits et légumes à privilégier

Les légumes : champignons, betteraves, brocolis, carottes, choux (chinois, fleur, de Bruxelles, rave), citrouilles et courges (potimarron, potirons, butternut…), céleris, épinards, fenouils, panais, poireaux, pommes de terre, salsifis, topinambours…

Les fruits : pommes, agrumes (mandarines, oranges…), châtaignes, figues, dattes, poires, kiwis, kakis, prunes, raisins, coings, noix et noisettes…

 

Les petits trucs en plus :

- On mange et boit chaud comme des soupes, bouillons ou tisanes

- On essaie de boire un citron chaud le matin

- On mise sur le miel ou le pollen pour stimuler le système immunitaire

- En automne, la perte de cheveux peut augmenter. Pour contrer le phénomène, on peut faire une cure de levure de bière qui va venir les fortifier et peut aussi avoir un effet baguette magique sur les ongles et la peau.

- Même s’il fait froid, on aère nos intérieurs pour faire circuler l’air et chasser les bactéries

- On s’offre un petit coup de pouce avec les huiles essentielles comme le tea tree, le thym, l’eucalyptus ou le ravintsara ! Elles peuvent être diffusées sur un diffuseur ou glissées dans l’eau du bain par exemple. Attention toutefois, les huiles essentielles doivent être utilisées avec soin. Demandez conseil en boutique ou en pharmacie pour être sûre de bien les utiliser.


Et vous, quelles sont vos astuces pour profiter de l’automne ?

Prenez du temps pour vous grâce aux cours OLY Be !

Le nouveau planning de rentrée est disponible !


A lire également

Photo blog (41).png

Focus sur les aliments fermentés

Photo blog (42).png

Yoga pour tous : le yoga pour tous les corps

mental+health.png

Le dico du bien-être : la santé mentale

Yoga pour tous : le yoga pour tous les corps !

Bien loin des clichés des yogis jeunes, blancs, élancés… Le yoga est une discipline ouverte à tous, qui prône des valeurs de bienveillance, de partage et de bien-être. Si certain.e.s personnes en surpoids peuvent ne pas se reconnaître et être intimidé.e.s par l’image de cette pratique, elle leur est, au contraire, tout à fait abordable, et même particulièrement recommandée !

Une démarche bien-être

Avant toute chose, il ne faut pas oublier que la partie physique n’est qu’une facette du yoga. Originellement, elle est même dédiée à se préparer à la méditation. Le yoga rassemble aussi bien une philosophie de vie, qu’une manière de bouger, de respirer, un certain état d’esprit. Il s’agit de tout un ensemble qui permet de gagner en bien-être, de chercher une meilleure harmonie entre l’esprit et le corps, quel qu’il soit. Ainsi, il s’inscrit normalement dans une réelle démarche body positive. En effet, ce sont des valeurs de bienveillance, indulgence, non-jugement, acceptation et soin qui sont mises en avant.

Capture d’écran 2021-09-08 à 11.44.57.png

À cause d’Instagram, de la pression de l’image, des corps parfois uniformisés, des tenues moulantes ou encore des postures inversées spectaculaires mises en avant sur les réseaux, certain.e.s peuvent penser que le yoga n’est fait que pour un seul type de personne, que ce n’est pas adapté à leur âge, couleur, morphologie et peuvent ne pas se sentir à leur place en poussant les portes d’un studio, mais on le dit haut et fort, et on ne le répètera certainement jamais assez : c’est faux.

Et il existe – heureusement ! – des comptes qui démontrent la beauté et la force de tous les corps à l’instar de la star des réseaux sociaux Jessamyn Stanley, prof de yoga à Durham en Caroline du Nord. La jeune trentenaire milite au quotidien pour une représentation plus juste de la diversité dans le yoga.

Pour cela, son compte Insta se veut profondément inspirant et elle en a tiré un livre, Every Body Yoga: Let Go of Fear, Get On the Mat, Love Your Body qui raconte son parcours, sa rencontre avec la pratique, les bienfaits physiques et mentaux que ça lui a apportés et donne des bons conseils pour s’y mettre en fonction de sa morphologie.

 

De nombreux bienfaits

Photo blog (34).png

En plus de travailler sa force, sa souplesse et le gainage, le yoga a de nombreux avantages aussi bien sur la forme que sur l’esprit. D’un point de vue physique, il est excellent pour avoir une activité physique adaptée. Sans impact, il permet de travailler en douceur la mobilité, la flexibilité et le contrôle de son corps. Il encourage le bon fonctionnement des articulations, même si elles doivent être préservées dans certaines postures. Il aide également à mieux respirer, à gagner en souffle, en cohérence cardiaque et a une action sur la circulation sanguine, l’oxygénation du cerveau et la libération des toxines. On apprivoise mieux son corps et l’on réduit un certain inconfort ou malaise qui peut parfois être ressenti lorsque l’on est en surpoids. D’un point de vue mental, il a des bienfaits immédiats sur le stress, l’anxiété ou encore le sommeil et peut être un véritable coup de boost pour la confiance en soi et l’acceptation. On devient plus tolérant, on apprécie les évolutions, progressions et on apprend à aimer ce que son corps réussit ou non à faire.

 

Une pratique qui s’adapte

Photo blog (35).png

Il faut garder en tête que le tapis est un espace personnel, donc que l’on suive un cours en salle ou à la maison, il faut se sentir libre de faire des pauses quand on en a besoin, de s’arrêter, reprendre, adapter. Ainsi, lors d’une séance, il faut s’écouter, se laisser guider par notre corps, il sait bien souvent ce qui est bon pour lui, ce qu’il est capable de faire.

Pour s’aider, soutenir son corps, le porter, le faire bouger, il ne faut pas hésiter à prendre des accessoires. Ils peuvent notamment être particulièrement utiles pour soulager les articulations qui doivent porter le poids. Ainsi, il peut être recommandé d’investir :
- dans des briques, pour par exemple, poser les pieds dessus plutôt que sur la jambe opposée en arbre
- des pads, à glisser sous les genoux ou les poignets en table
- des sangles pour attraper ses pieds plus facilement en bateau ou en bébé heureux…
Pour certaines morphologies, il peut être plus facile de surélever le haut de son corps avec une chaise ou un tabouret en planche ou en chien tête en bas (voir des cours de yoga sur chaise si besoin). Cela va permettre de réduire le poids à supporter pour la sangle abdominale et le dos. En résumé, tout ce qui peut soulager est le bienvenu !

Photo blog (36).png

Aussi, si des masses corporelles comme le ventre ou la poitrine gênent dans des postures de pinces, de flexions avant ou de torsions, c’est normal de les déplacer. Dans certaines, comme la montagne, ce sont les jambes que l’on va plus écarter.

Il faut garder en tête que les positions ne sont pas figées, elles ne se ressemblent pas selon les personnes qui les pratiquent ! Par exemple, les personnes hyperlaxes iront plus loin, les plus raides n’arriveront peut-être jamais à toucher leur pied en pince… Chaque corps a son propre niveau, son propre point de départ, sa marge de progression personnelle. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise pratique, chacun.e a la sienne.

 

Certes, on ne peut qu’encourager à ne pas avoir peur de pousser les portes d’un cours. Mais si vous préférez, commencer avec des cours en ligne - et notamment en live pour poser librement toutes les questions et avoir des réponses adaptées à sa morphologie - peut être un bon moyen de se familiariser avec la pratique en douceur.


OLY Be vous propose des cours en ligne ou en studio et pour tous les niveaux !

En ligne, vous êtes libre d’allumer votre caméra ou non :)

En ligne ou en studio, OLY Be propose toujours un moyen aux élèves d’échanger avec les professeurs !


A lire également

blog+1 (2).png

Comment optimiser sa séance en adoptant les bons gestes post-pratique

Sans+titre+(64) (1).png

Matin, midi, soir : quel moment pour faire du sport ?

Copie+de+Sans+titre+(26) (2).png

5 postures de yoga pour un ventre plat

OLY Be et YOGA Connect se rapprochent pour vous proposer le meilleur du yoga en ligne français

Nous sommes convaincus que prendre du temps pour soi est une priorité, sans pour autant être évident. C’est dans cette logique qu’OLY Be vous propose toujours des cours de Yoga, Pilates, Fitness et Développement personnel, en Studio et en Live pour pratiquer ensemble. Et aussi dorénavant à la Demande pour pratiquer quand vous voulez selon votre timing, grâce à l’acquisition de YOGA Connect.

On vous explique tout dans cet article.

Si vous souhaitez en savoir davantage sur l’acquisition, écoutez Gaëlle et Laure raconter leur aventure entrepreneuriale dans cet épisode de podcast enregistré avec Willa !

 
 
IMG_6195.jpg
 
 

OLY Be x YOGA Connect : la nouvelle collaboration

Il y a quelques semaines, nous vous annoncions notre rapprochement avec YOGA Connect : aujourd’hui nous sommes heureux et fiers de vous dévoiler notre nouvelle offre !
Avec un seul et même abonnement vous avez accès à :

50+ cours en LIVE / semaine, 7j/7 - matin, midi et soir - pour pratiquer ensemble avec un de nos professeurs qui vous guide et répond à vos éventuelles questions

700+ vidéos à la Demande, des cours et des programmes ciblés pour vous guider quand vous le souhaitez avec des professeurs experts

 

Qui est derrière votre écran ?

Photo blog (5).png

Que ce soit des professeurs OLY Be ou YOGA Connect, tous ont été recrutés pour leur expertise et unicité : ils sont certifiés et ont dispensé des cours aux membres de nos équipes.
Chaque professeur est unique et aura quelque chose à vous apporter : nous sommes persuadés que vous trouverez parmi nos 150+ professeurs, celles et ceux qui sauront vous donner ce que vous êtes venu.e chercher en déroulant votre tapis aujourd’hui.

 

Quels sont les avantages d’une pratique en ligne ?

Photo blog (6).png

Adhérer au yoga en ligne vous permet de pratiquer plus souvent au quotidien. En effet, il est plus facile de caser une séance de 15, 30 ou 45 minutes dans votre journée depuis chez vous ou votre bureau, plutôt que de courir dans votre studio préféré, vous changer, pratiquer pendant 1 heure ou plus, puis repartir.
Suivre un cours en studio reste toutefois indispensable pour progresser sensiblement : l’énergie des autres élèves stimule et surtout le professeur est présent et peut ainsi vous corriger. L’idéal pour garder un corps et un esprit saint est donc de combiner une séance quotidienne de 15 à 45 minutes avec 1 à 2 séances en studio par semaine ;)

 

Nous sommes super heureux de ce nouveau tournant que prend l’aventure OLY Be et nous espérons que tous ces nouveaux cours vous plairont.
Si vous avez des retours à nous faire, nous sommes à votre écoute à l’adresse suivante : shine@olybe.com.


Comment allez-vous pratiquer à la rentrée ?

En ligne ou en présentiel, OLY Be & YOGA Connect vous proposent le meilleur du yoga en France !


A lire également

Sans+titre+(64).png

Matin, midi, soir : Quel moment est le plus approprié pour faire du sport ?

blog+1 (1).png

Comment optimiser sa séance en adoptant les bons gestes post-pratique

Photo blog (10).png

Les planches et coussins d’équilibre : torture ou coup de pouce ?

Rentrée : comment éviter le stress et prolonger l’effet des vacances ?

À la rentrée, il y a toujours deux écoles : ceux qui sont impatients de commencer leurs nouveaux cahiers, et les autres, qui traînent des quatre fers pour rentrer de vacances... Heureusement pour tout le monde, on peut atterrir en douceur et se remettre dans le bain tout en limitant le stress.

Les mots d’ordre ? Zen et plaisir !

 
 
Photo blog (15).png
 
 

Se remettre dans le rythme petit à petit

Pour reprendre le rythme, rien ne vaut de remettre les pendules à l’heure ! Pour cela, on prend nos repas et on se couche à des heures régulières, on essaie de se réveiller plus tôt. Idéalement, on amorce le changement quelques jours avant la fin des vacances pour avoir le temps de se réhabituer.

 

Faire le tri

On le sait, les changements de saison sont parfaits pour faire du tri, se débarrasser des choses inutiles, pour faire le vide et repartir du bon pied. Remettre de l’ordre dans notre intérieur peut aider à garder l’esprit clair, à prendre des décisions et à se débarrasser d’une certaine charge mentale.

Sans titre - 2021-08-30T114529.875.png
 
Sans titre - 2021-08-30T115328.619.png

On prend le temps d’atterrir

Pour le retour au travail, on essaie de se ménager une semaine pas trop chargée, le temps de regarder les 980 mails qui nous attendent, de se reconnecter aux projets et dossiers et de reprendre en main les outils. On essaie d’organiser un petit-déjeuner ou déjeuner avec les collègues pour se raconter les vacances et faire un point de manière un peu plus informelle sur la reprise. On fait ensuite des listes de priorités pour ne pas s’éparpiller et se sentir submergé.

 

Commencer un nouvel agenda

Sans titre - 2021-08-30T120058.623.png

Comme lorsqu’on était petit, l’achat d’un nouvel agenda nous permet de commencer l’année du bon pied. On peut aussi le voir comme un bullet journal où l’on notera, certes, nos rendez-vous et activités, mais aussi, nos envies, objectifs, pensées, les choses pour lesquelles on est reconnaissant, nos listes de livres à lire, films ou séries à voir, musiques à écouter…

 

Cap sur le bien-être

Photo blog (2).png

S’il y a bien une chose que l’on garde en tête, c’est de se faire plaisir ! On peut tout autant se concentrer sur notre bien-être et notre santé mentale à la rentrée. Pour cela, on se créé de nouveaux rituels, on reprend une activité régulière, que ce soit le cours de yoga du mardi ou l’atelier céramique du samedi… Comme les enfants, on fait des projets pour s’occuper et se stimuler.

 

Découvrir sa ville

En vacances, la découverte fait partie intégrante du programme. Et si on gardait cette bonne habitude en allant faire des balades avec ou sans but ? Autour de chez nous ou dans un quartier que l’on connait moins, on se laisse aller à la flânerie, on pousse les portes de boutiques inconnues et on se fait surprendre par un petit resto qui ne paie pas de mine. C’est aussi l’occasion d’aller dans ce glacier dont tout le monde parle depuis des mois ou de visiter les musées et expos qui ont rouvert leurs portes…

Photo blog.png
 

Se replonger dans ses souvenirs

Photo blog (1).png

Pour ne pas tourner la page en un claquement de doigts, on se lance dans la conception d’un cahier de vacances en rassemblant les photos, itinéraires, souvenirs… On prend le temps de se replonger dedans pour s’évader dès qu’un coup de blues pointe le bout de son nez. Et pourquoi ne pas préparer ses futures escapades ? Il a été prouvé que penser et concevoir ses vacances, les avoir en ligne de mire, diffusait déjà des bienfaits sur le moral. On aurait tort de s’en priver !

 

Se faire des pauses vacances

Boire un café en terrasse avant le travail, mettre du monoï à la sortie de la douche, prendre 15 minutes pour faire des mots fléchés, écouter les bruits de la mer dans le métro : chaque vacancier a ses propres madeleines de Proust qu’il peut être facile de reproduire une fois revenu !

Photo blog (4).png
 

Un esprit sain dans un corps sain

On le sait, le sport est parfait pour se vider la tête, se dépenser, regagner de la motivation, de l’énergie et pour créer de la « bonne » fatigue. Alors, à la rentrée, pour se déstresser, on peut opter pour les pratiques qui nous font du bien ou en essayer des nouvelles. Yoga, escalade, tennis… On teste, on explore, on se lance et on voit ce qui nous plaît ou non et surtout, on ne se met pas la pression ! 

Et si ce moment clé était le bon pour s’initier à la méditation ? Elle a de nombreux bienfaits sur la santé mentale, la concentration, la gestion du stress… On peut donc commencer petit à petit quelques minutes par jour sans se forcer. 

Photo blog (13).png

Pour dénouer les tensions et se débarrasser du stress, rien ne vaut le fait de… Respirer ! La spirothérapie rassemble bon nombre de techniques pour se détendre avec le pouvoir du souffle. Un bon outil à utiliser au quotidien ou quand on en ressent le besoin.


Et vous, quelles sont vos astuces pour éviter le stress à la rentrée ?

Initiez vous à de nouvelles pratiques grâce à la nouvelle offre OLY Be x YOGA Connect
(sortie le 1er septembre !)


Copie+de+Sans+titre+(26) (1).png

5 postures de yoga pour un ventre plat

Copie+de+Sans+titre+(22).png

Qu’est-ce que c’est : la spirothérapie

Recettes+healthy+(2) (1).png

4 recettes de snack healthy et sexy

Quel yoga pour moi ?

Vinyasa, yin, hatha, kundalini, hot yoga… Il existe de nombreuses formes de yoga plus ou moins dynamiques, plus ou moins avancées, et qui font travailler des points différents du corps et de l’esprit. OLY Be fait le point !

 
  • Le Hatha

082020_OlyBe@CarouselLouvre_11.jpg

Le Hatha yoga est la version « originelle » du yoga et englobe l’ensemble des différentes pratiques. Il consiste à des enchaînements doux de postures, sans transition, et au contrôle de sa respiration, de son énergie et de son corps.

C’est pour moi si… Je veux commencer à appréhender les différentes facettes du yoga dans l’ensemble tout en gagnant en sérénité.

 
  • Le Vinyasa

vinyasa-yoga-dynamique

Le Vinyasa tient son nom du lien entre le mouvement et la respiration et est le plus pratiqué en Occident. Il permet de travailler la coordination avec des enchaînements plus ou moins rapides de postures. Il se termine toujours par la posture finale savasana pour retrouver le calme du corps et de l’esprit.

C’est pour moi si… Je veux me muscler en profondeur, me reconnecter avec mon corps et apaiser mon mental de manière fluide.

 
  • Le Yin

yin-yoga

Le Yin permet d’aller plus loin dans les postures (asanas) puisqu’elles sont maintenues plus longtemps, entre 3 et 5 minutes. Il fait travailler les étirements, la concentration et le calme.

C’est pour moi si… Je cherche à m’étirer et à me détendre.

 
  • Le Kundalini

Ombeline, professeure de Kundalini

Ombeline, professeure de Kundalini

Le Kundalini est une version très spirituelle du yoga. Il est tourné vers les différents chakras (points d’énergie) du corps. Il associe des positions, des exercices de respiration (pranayama) et des mantras pour gagner en connaissance de son corps et de son esprit.

C’est pour moi si… Je souhaite découvrir tous les différents aspects et la philosophie du yoga.

 
  • Le Hot Yoga

hot-yoga

Le Hot Yoga est un enchaînement de postures réalisé sur le rythme de la respiration, mais dans une pièce chauffée à plus de 30°. Il est une variante du Yoga Bikram (qui consiste à enchaîner 26 postures en 90 minutes dans un studio à 40°). La chaleur permet de transpirer davantage, de chasser les toxines tout en en favorisant les étirements des tissus internes.

C’est pour moi si… J’ai une certaine condition physique et je cherche toujours à me dépenser plus et à aller au-delà de mes limites.

 
  • Le Iyengar

yoga-iyengar

Le yoga Iyengar est une version très technique du yoga traditionnel où les positions sont toutes effectuées en conscience. Les pratiquants travaillent particulièrement l’alignement et l’allongement des muscles, des membres et du corps d’une manière générale. Pour aller plus loin, des accessoires comme des sangles ou des cordes sont régulièrement utilisés.

C’est pour moi si… Je suis perfectionniste et je cherche à gagner en équilibre et en étirement.

 
  • Le Nidra

yoga-nidra-sommeil

Le yoga Nidra est également appelé yoga du sommeil. Il ne consiste pas en une pratique active et s’apparente davantage à une séance de méditation. Allongés sur le dos, les yogis se laissent aller à la détente en se laissant submerger par les bruits et sensations extérieurs avant de se recentrer et de faire un scan corporel par exemple.

C’est pour moi si… Je cherche à me détendre en profondeur et à apaiser mon sommeil.

 
  • Le Ashtanga

ashtanga-yoga

Le Ashtanga est l’une des versions les plus dynamiques et les plus strictes du yoga puisqu’il rassemble 8 règles ou principes de vie comme : un bon comportement, le travail de la respiration et de la méditation ou l’écoute des sens par exemple… Les séances consistent en une répétition d’enchainements rapides calés sur un certain nombre de respiration.

C’est pour moi si… Je veux me dépenser, faire travailler mon cardio et renforcer mes muscles tout en contrôlant davantage ma vie.

 

Quels cours OLY Be pour moi ?

En plus des styles de yoga bien distincts comme le Vinyasa pratiqué lors des cours Energy Boost, les cours OLY Be ciblent également des besoins et peuvent mélanger les genres. Par exemple, le cours Soft Energy réveille corps et esprit en douceur grâce à des enchainements de postures en musique et dans la bonne humeur (idéal pour les débutants). Le Cocooning se compose de postures douces et énergisantes pour libérer toutes les tensions ; le Yog’n Flex est idéal pour travailler la souplesse grâce à son focus sur les étirements ou encore le Yoga Detox favorise l’évacuation des toxines avec son flow dynamique et ses postures ciblées.

 

Le petit plus :

Pilates, Barre au sol, Cardioboxing, Méditation : OLY Be propose de nombreuses pratiques complémentaires. Alors, pour se faire une idée de la plus adaptée à vos envies et à votre forme, le plus simple est et restera toujours de tester (14 jours gratuits sur l’abonnement en ligne) !

Et pour en savoir plus sur les différents cours, rendez-vous ici !

 

A lire également

yoga cours OLY Be

Comment bien choisir mon cours OLY Be ?

yoga pilates

Pilates vs yoga : comment choisir ?

yoga méditation relaxation

Take a deep breath : Yoga, Méditation et Relaxation

Crédits photos de l’article : Delphine Joly.

Focus sur les aliments fermentés

Si la fermentation a vu sa cote exploser ces derniers temps, et plus particulièrement pendant le premier confinement 2020, elle a toujours été une manière naturelle et sans risque de conserver les aliments, dans le monde entier et depuis des siècles. Au-delà même de son aspect pratique, elle offre de nombreux bienfaits et une riche palette de goûts.

OLY Be vous dit tout sur cette technique.

 
Sans titre (98).png
 
 

Une pratique ancestrale

Quel est le point commun entre la choucroute, le miso, les yaourts, le fromage, le pain ou encore le kimchi et les pickles ? La fermentation bien sûr ! Aujourd’hui, on compte plus de 5000 aliments fermentés différents dans le monde. Et cela ne se limite pas qu’aux aliments, mais aussi aux boissons. Le vin, la bière, le kombucha ou encore le très tendance kéfir sont également élaborés à partir de fermentation. 

Utilisée bien avant l’invention du réfrigérateur ou du congélateur, cette technique permet depuis toujours de conserver les aliments en boostant la prolifération des bonnes bactéries et en éliminant les mauvais germes. 

 

Les différentes fermentations

Sans titre (99).png

On distingue plusieurs techniques de fermentation 

- La fermentation alcoolique qui transforme le sucre en alcool. C’est ce type de fermentation qui est présente dans le vin, la bière ou encore le cidre.

- La fermentation acétique qui transforme l’alcool en acide acétique donc, et qui produit le vinaigre par exemple.

- La lacto-fermentation, qui est la plus courante et la plus facile à faire. Les sucres sont transformés en acides lactiques (rien à voir avec le lait !). Les aliments ainsi conservés peuvent se garder un an voire plus.

 

De nombreux bienfaits santé

En consommant des aliments fermentés, notre corps intègre des milliards de petites bactéries qui aident à la digestion, apportent des nutriments et boostent le système immunitaire. Enrichis en probiotiques, bactéries, levures, champignons et autres micro-organismes, ils sont parfaits pour prendre soin de sa flore intestinale

Sans titre - 2021-08-18T152242.635.png

De plus, ils apportent davantage de nutriments, enzymes, acides gras et vitamines. En effet, la valeur nutritionnelle des aliments est augmentée. Par exemple, la choucroute apportera plus de vitamine C que sa version non fermentée, certains fromages fermentés comme le camembert, le parmesan ou le roquefort seront plus digestes car moins riche en lactose que le mascarpone, la cancoillotte ou les fromages frais. Le pain au levain permettra, quant à lui, une meilleure assimilation du fer et du magnésium que sa version non fermentée. 

La fermentation contribue également à une meilleure assimilation de ces apports et aux bons fonctionnement des organes. Elle a tout bon en somme !

 

Un engagement pour une consommation plus responsable

Sans titre (100).png

Plus que de faire du bien à notre corps, la fermentation permet de s’inscrire dans une démarche plus responsable. En effet, au lieu de jeter les excédents, on les mets en conserve pour les ressortir au moment voulu ! Cela nous permet également de manger de bons produits de saison à n’importe quel moment de l’année sans avoir à acheter des ingrédients importés du bout du monde. À nous le zéro gaspi et les tomates et aubergines en hiver !

 

Le B.A. BA : 

Pour faire une bonne fermentation lactique, on fait macérer les aliments dans un mélange de sel et d’eau, fermé de manière parfaitement hermétique. Presque tous les légumes peuvent être mis en bocal. Il n’y a pas de limite à vos envies, alors laissez parler votre créativité !

 
Sans titre - 2021-08-18T152555.540.png
 

Faites toutefois attention à :

- Bien laver les bocaux et stérilisez-les de préférence

- Utiliser des joints neufs à chaque fois pour avoir un contenant parfaitement hermétique. C’est le manque d’oxygène qui permet la prolifération des bactéries. 

- Éviter les légumes trop abîmés

- Ajouter 10 g de sel par kilo de légumes

- Laisser la fermentation opérer pendant minimum 10 à 15 jours avant d’ouvrir les bocaux

- Si l’odeur semble douteuse, la fermentation n’a pas eu lieu donc ne mangez pas !

 

La recette en plus :

Carottes fermentées à l’orange

Sans titre - 2021-08-18T155934.831.png

INGRÉDIENTS :

500 g de carottes bio

Les zestes d’une orange et demi 

5 g de sel

Eau (de source de préférence)

 

1. Lavez deux bocaux de 350 ml. Séchez-les soigneusement.

2. Lavez les carottes, coupez les extrémités et râpez-les

3. Lavez les oranges et prélevez les zestes

4. Ajoutez les zestes et le sel

5. Mélangez

6. Déposez les carottes au fond des bocaux. Tassez bien, avec un pilon par exemple.

7. Comblez avec de l’eau de source. Laissez un peu d’air et fermez bien les bocaux.

8. Laissez à température ambiante une semaine puis au frais deux semaines de plus.


N’hésitez pas à partager vos recettes perso et vos astuces de conservation !

Réservez dès maintenant votre cours pour échanger avec professeurs et autres passionnés


A lire également

Recettes+healthy+(2).png

4 recettes de snack healthy et sexy

tri-seconde+main.png

Flemmarde et écolo : les petites astuces pour réduire notre empreinte sans contrainte !

Sans titre - 2021-08-18T163848.847.png

5 postures de yoga qui nous aident à bien digérer

Inversions : tout savoir avant de se lancer

Que ce soit en studio ou sur les réseaux sociaux, les inversions donnent envie, fascinent, font peur... Le moins que l’on puisse dire est qu’elles ne laissent pas indifférent ! En plus d’être résolument attirantes, elles ont de nombreux bienfaits tant sur le plan physique que psychologique et physiologie.

OLY Be vous dit tout sur cette famille de postures traditionnelles du yoga.

 
Sans titre (89).png
 

Les inversions sont un des incontournables du yoga traditionnel, si bien qu’en hatha, elles sont considérées comme les postures suprêmes. La posture sur la tête « Sirsasana » est même appelé le Roi des asanas ! Pourtant, contrairement aux idées reçues, les inversions ne sont pas uniquement des positions avec les quatre fers en l’air comme l'équilibre sur les mains (Adho Mukha Vrksasana), les avant-bras (Pincha Mayurasana) ou encore sur la tête (Salamba Sirsasana). En effet, cette famille regroupe toutes les postures où la tête se trouve en dessous du cœur. Le chien tête en bas (Adho Mukha Svanasana) ou encore la chandelle (Sarvangasana) en font donc partie !

Sans titre (88).png
 
Sans titre (91).png
 

Elles ont de nombreux bienfaits sur le physique : 

- Avoir la tête en bas permet d’augmenter le flux de sang et d’oxygène vers cette zone. Ainsi, on réduit la pression et booste la circulation, ce qui peut avoir des effets sur les sensations de jambes lourdes par exemple, mais pas uniquement ! Cette meilleure oxygénation permet aussi de stimuler son cerveau, avec, à la clé, une amélioration des facultés cognitives comme la concentration ou la mémoire. 

- Elles offrent un peu de repos au cœur. Avec la baisse de la pression, le cœur bat moins fort, se repose et la fréquence cardiaque diminue, ce qui a des effets positifs sur le stress

- Elles peuvent stimuler le système lymphatique et donc, le système immunitaire. En effet, la lymphe joue un rôle dans l’élimination des déchets, toxines et autres microbes du corps. Cela peut également aider à dégager les voies respiratoires, les sinus ou les poumons. Une bonne technique pour guérir plus facilement des virus hivernaux. 

- Les inversions sollicitent le corps entier, l’équilibre, la proprioception et la force. Il faut apprendre à le gainer, à répartir sa force dans le haut du corps, mais pas uniquement. L’ensemble des muscles, et plus particulièrement la sangle abdominale, doit être contracté et les mouvements coordonnés. 

Pour toutes ces raisons, pratiquer les inversions apportent un shoot d’énergie reconnu et bienvenu !

 
Sans titre (79).png

Elles ont également des avantages d’un point de vue mental. Certaines inversions comme la chandelle ou le chien tête en bas ont des vertus apaisantes et offrent une réelle détente à tout le corps (et à l’esprit) en calmant le système nerveux parasympathique. Aussi, on apprend à dépasser ses limites, à affronter ses peurs. On va plus loin, on gagne en confiance, on tâche de rester humble.

 

Comment s’y mettre ? 

Sans titre (90).png

Avec un pro

Avant de se lancer dans ces postures, il est très important de s’initier avec des pros qui vont nous donner les bonnes astuces, nous aider à placer notre corps, nous apprendre à nous sécuriser, mais aussi et surtout qui vont nous accompagner dans le lâcher prise essentiel pour les inversions. Qui plus est, cela permet de bien analyser les mouvements. En effet, mal réalisées, les inversions peuvent créer des douleurs aux cervicales, au dos ou à la tête.

Petit à petit

On commence par des petites inversions comme le chien tête en bas, la pince debout ou le dauphin pour prendre l’habitude d’avoir la tête en bas et pour savourer cette perspective avant d’aller plus loin (et plus haut !). La clé va être d’y aller très progressivement, étape par étape. Il ne faut pas chercher à aller plus vite que son corps. Il faut faire preuve de patience, apprendre à s’écouter. Pour y arriver, il faut prendre son temps, mais surtout être motivé et régulier. 

 

Être constant

L’idéal est d’instaurer une routine. C’est bien souvent la peur qui empêche de progresser. Il faut donc dépasser l’appréhension, celle de tomber d’abord, mais aussi celle de ne pas réussir. Ce n’est pas en un seul cours ou en pratiquant 10 minutes par semaine à la fin d’une séance que l’on verra les plus gros progrès. Il faut vraiment avoir envie de se lancer dans ce challenge et se donner les moyens, la force et l’énergie d’y arriver. 

Habituer son corps

Il faut construire la force et apprendre à maîtriser son équilibre petit à petit. On a été habitué à vivre dans un sens depuis notre naissance. Le cerveau doit donc tout recalculer, changer sa perception. Il faut accepter que le corps ne comprenne pas tout, tout de suite, il faut l’écouter et faire attention aux ressentis ou aux éventuelles douleurs. 

Sans titre (92).png
 

Le petit tips en plus : Lancez-vous à la plage, dans le sable, comme les enfants ! Libéré de la peur, vous aurez plus envie de tester ! 

 

La to-do d’une séance :

- Il faut bien s’échauffer avec des salutations au soleil, du gainage, le mieux est de pratiquer un ou plusieurs flow avant de s’y mettre pour dénouer le corps, le détendre et le préparer à aller plus loin. Il ne faut pas oublier de faire travailler ses épaules, ses mains, ses poignets…

- On apprend à sécuriser le périmètre pour avoir de la place et éliminer la peur de se faire mal.

- On prépare son tapis, une petite serviette de yoga et tous les accessoires (briques, bolster…) qui nous semblent utiles.

- On monte petit à petit sans donner d’à-coup ni prendre d’élan. C’est une montée progressive, petit à petit et en contrôle.  

- On tient la position entre une et 5 minutes pour commencer.

- ON RESPIRE. ENCORE ET TOUJOURS. 

- On contrôle le retour en expirant pendant que l’on effectue le même chemin que pour monter dans l’autre sens.

 
Sans titre (93).png
 
 

Nos astuces pour la position de sirsasana :

- Attrapez vos coudes avec vos mains au sol et gardez cet écart entre les deux bras, c’est ce qui va vous sécuriser, soulager vos cervicales et vous permettre de mobiliser votre force.

- Dépliez les coudes et placez ensuite vos mains vers l’avant – vos avant-bras forment alors une sorte de triangle - en créant un petit « panier » pour accueillir votre tête. 

Sans titre (86).png

- Installez-vous dans la position du dauphin sur le reste du corps et rapprochez petit à petit les pieds vers l’avant de votre corps. Vous pouvez plier les jambes pour marcher si c’est plus facile. 

- Étirez bien votre dos et gardez la nuque longue. Serrez bien les bras et les abdominaux pour qu’il n’y ait pas de pression au niveau de vos cervicales. 

- Une fois les pieds assez près pour sentir que vous pouvez jouer avec l’équilibre, essayez de lever un pied, puis l’autre, éventuellement les deux, pour redressez vos jambes vers le haut.

- Si vous préférez, vous pouvez essayer de joindre les jambes pliées au niveau de votre poitrine et de les tendre vers le ciel petit à petit. 

- Gainez ensuite pour rester en équilibre le temps que vous voulez puis redescendez sans mouvement brusque, lentement et en contrôle pour ne pas vous blesser.

 
Sans titre (94).png

Les don’t : 

- Réaliser les inversions après manger… On vous laisse imaginer…

- Sauf yogis aguerris, c’est mieux de pratiquer quand le corps est parfaitement détendu en fin de journée, plutôt que le matin. 

- Il est recommandé de laisser les inversions de côté si l’on souffre d’hypertension, si l’on a les cervicales fragiles, si l’on est enceinte ou lors des périodes de menstruation.

 

Merci à Grégory pour ces précieux conseils sur le sujet ! Retrouvez-le en salle pour vous laisser guider !

En savoir plus : nos astuces pour un tripode réussi ici.


Venez vous aussi échanger et progresser avec les professeurs OLY Be

Réservez dès maintenant votre cours !


A lire également :

blog+1.png

Comment optimiser sa séance en adoptant les bons gestes post-pratique ?

Copie+de+Sans+titre+(26).png

5 postures de yoga pour un ventre plat

yoga+plank.jpg

Les bonnes réponses aux anti-yoga

La pratique du yoga chez les sportifs professionnels

Alors que les Jeux Olympiques viennent de se terminer, les yeux des spectateurs sont rivés sur les performances de nos athlètes nationaux. En pleine pandémie et avec le report des Jeux, la préparation des sportifs a été grandement chamboulée. Mais saviez-vous que de nombreux athlètes ont déjà intégré le yoga à leur préparation ?

OLY Be vous dévoile leurs secrets + une interview exclusive ;-)

 

Une nouveauté… pas si récente

A l’image de Novak Djokovic, LeBron James, Tony Parker ou encore Zinédine Zidane, de plus en plus d’athlètes ou anciens sportifs de haut niveau révèlent intégrer pleinement le yoga dans leur préparation physique et mentale. Poussé par un effet de mode ces dernières années, le yoga est en plein boum. Pourtant, il y a déjà bien longtemps que certains sportifs l’ont pleinement intégré à leur préparation.

Anabelle Prawerman, vice championne d’Europe de beach-volley avec l'Équipe de France en 1999, avait expliqué avoir été obligée de changer ses méthodes de préparation pour les Jeux Olympiques après la naissance de ses quatre enfants. Le yoga s’était alors imposé comme une évidence : “J’avais 4 grossesses derrière moi, 34 ans passés, il m’était impossible de reprendre la musculation avec levée de poids. Ma préparation pour les JO a été à 100 % faite de yoga. Au lieu de me concentrer sur l’élévation de la masse musculaire des 30 à 40 muscles les plus puissants de mon corps, j’ai pu répartir le travail sur un maximum de muscles dans le corps”. 

 
 
annie-spratt--l-eemJU0vE-unsplash.jpg
 
 

Les bienfaits du yoga pour les sportifs

Dans une préparation très intense et souvent couplée à de la musculation, les sportifs engagent leur corps et leur mental à 100%. Très souvent, cela entraîne une fatigue prématurée du corps et donc un déclin des performances. Le yoga vient aider à équilibrer un corps trop stimulé. Sa pratique apporte force et souplesse et aide notamment à prévenir les douleurs articulaires. Des études scientifiques ont d’ailleurs démontré qu’une très bonne tonicité des muscles était observée chez les yogis.

En pratiquant le yoga, les sportifs prennent donc le temps de se reconnecter à leur corps, ils apprennent à le renforcer et à travailler leur souplesse et leur équilibre en douceur et évitent ainsi un grand nombre de blessures. C’est notamment ce qu’avait déclaré le perchiste Pauls Pujāts à propos de sa préparation pour les JO de Tokyo : “Sans ces techniques, je ne serais pas en mesure de récupérer correctement et de m'entraîner à plein régime comme je le fais actuellement”.

Aussi, en plus du côté physique, le yoga joue un rôle prépondérant dans la préparation mentale des sportifs. Il permet un travail en profondeur sur la respiration et favorise l’ancrage du sportif dans l’instant présent. Cette gestion de la respiration entraîne par conséquent une meilleure gestion de l’effort mais aussi du stress avant ou pendant les compétitions. Le yoga est aussi garant d’un sommeil réparateur et donc d’une récupération maximale. En bref, il permet donc d’optimiser largement les performances des athlètes !

 

Les fédérations optent aussi pour l’intégration du yoga

Tristes finalistes de la dernière édition de l’Euro de football, les anglais ont pleinement intégré le yoga à leur préparation. Déjà testé par l’équipe nationale de rugby à XV, les joueurs du ballon rond ont suivi l’exemple. Des capsules de Hot Yoga ont été installées dans les camps d’entraînement anglais. Dans ces capsules : parfum apaisant, musique relaxante et forte chaleur (environ 37°C). Pour les athlètes, allier la pratique du yoga à la chaleur est un excellent moyen de récupérer après les matchs ou les entraînements mais aussi pour continuer de travailler en douceur le renforcement du corps.

 

Le point de vue d'une championne olympiquE

Le Yoga est donc un super allié pour les sportifs qu’ils soient professionnels ou du dimanche. Mais qu’en est-il réellement pour les Sportifs de Haut Niveau, comment l'intègrent-ils à leur pratique ? 

Pour vous répondre, nous avons demandé à Laura Tarantola, rameuse de l’équipe de France d’aviron et vice championne olympique aux Jeux Olympiques de Tokyo. 

laura yoga.jpg

Le sport de haut niveau sollicite énormément les muscles et souvent nous ne sommes pas très souples ce qui peut entraîner des blessures ou des problèmes chroniques… C’est donc avant tout pour travailler ma souplesse que j’ai commencé le Yoga. Très vite je me suis rendue compte que c’était effectivement un excellent moyen de prévenir les blessures. Les séances me permettent de mieux récupérer entre chaque entraînement et de diminuer les traumatismes. 

En effet, cette année pendant la préparation pour les JO de Tokyo, je me suis gravement blessée au dos. Le Yoga et le Pilates m'ont beaucoup aidée au moment de la rééducation. Ils m’ont permis de gagner en mobilité, en gainage et de récupérer un dos solide en travaillant en profondeur. Moi qui était sujette aux problèmes de dos, je n’ai plus rien depuis que j’ai intégré ces séances à mes entraînements. 

Le Yoga est également un excellent moyen de se détendre et libérer l’esprit. Pendant les compétitions il y a beaucoup de stress alors savoir respirer pour retrouver son calme est primordial. Avec ma coéquipière, Claire Bové, nous avons intégré la méditation à notre préparation pour les JO et ça nous a beaucoup apporté pour apprendre à travailler en pleine conscience.

 
laura et claire.jpg
 

Parole de championne, nous n’aurons plus besoin de vous vanter les bienfaits du Yoga. 

Le Yoga, à tous les niveaux, chez OLY Be on dit oui !


Intégrez vous aussi le yoga à vos activités grâce aux différents cours OLY Be !

Retrouvez l’ensemble des cours proposés ici


A lire également

Sans titre (62).png

Yoga, méditation et… Football !

Sans titre (70).png

Les bonnes réponses aux anti-yoga

Sans titre (69).png

Yoga vs Cardio : Le match !

Pourquoi vous allez adorer le surf ?

Né à Hawaï il y a plus de 500 ans, le surf est plus tendance que jamais. Il faut dire qu’il est synonyme de soleil, océan, plage, vacances, détente... Mais, au-delà de l’image sea, sex and sun, ce sport a de nombreux avantages, aussi bien sur le physique que le mental ! Et on peut s’y mettre quel que soit son âge, sexe, poids, taille... 

Chez OLY Be, on en est déjà fan, alors enfilez votre combi et enfourchez votre planche, on vous garantit que vous ne le regretterez pas !

 
Sans titre (51).png
 

Des premières représentations du surf disponibles, on retient les Polynésiens debout sur de très longues planches en bois, essayant de dompter l’océan. Traditionnellement pratiqué par les populations locales des îles, il est ensuite devenu populaire chez les colons, puis s’est implanté au fil des siècles aux quatre coins du monde. Depuis, les planches ont bien changé, le style, les figures et les pratiquants aussi, mais, plus que jamais, le surf véhicule une certaine philosophie proche de la nature, un sentiment de liberté infini et d’horizon de possibles qui attirent.

 

Un sport à part entière pour se muscler

Sans titre (52).png

Cette année, le surf a fait son apparition aux JO de Tokyo 2020. Sport très exigeant, il sollicite l’ensemble des muscles du corps et le·a surfeur·se est bien souvent un·e sportif·ve aguerri·e. En effet, il·elle passe une très grande partie de son temps à ramer pour atteindre le « line-up » (là où l’on attrape les vagues) ou pour se lancer sur la vague, ce qui fait travailler les bras, les pectoraux et le dos. Pour se lever, il faut ensuite faire un mouvement de pompe qui sollicite aussi le haut du corps et l’ouverture des hanches. Enfin, pour se maintenir debout et se diriger, ce sont les abdos, le dos et les jambes qui doivent être gainés.

Sans titre (56).png

Aussi, avec ses différentes intensités, le surf est un sport d’endurance qui va stimuler le cœur, booster le système cardio et brûler pas mal de calories ! Parfait pour se tonifier et gagner en condition physique ! Lors de ces sessions dans l’eau, on travaille également son équilibre, sa coordination, sa concentration. Et pour ne rien gâcher, le massage de l’eau sur la peau est particulièrement favorable pour lutter contre la cellulite.

 

La glisse pour se dépasser

Les amateurs de sport de glisse le disent tous, il existe peu de sensations équivalentes à celles générées par la prise de vitesse et le relâchement qui suit. Sur l’eau, on apprend également à sentir l’énergie et la puissance des vagues. En bonus, les risques de blessures sont moins nombreux en surf que dans les autres sports « extrême ».

En surf, on aborde souvent les notions de persévérance, de patience et d’humilité, comme en méditation. En effet, il faut bien souvent attendre le bon moment, ramer, essayer de se lever, tomber, ré-essayer, réussir, repartir vers le large, puis attendre de nouveau... Le surf peut-être ingrat, on peut y arriver un jour et plus du tout le lendemain. Aucune session ne se ressemble, aussi bien en termes de conditions météo que de forme au moment T. Il faut donc parfois faire preuve d’obstination, ne pas se décourager, on ne regrette jamais d’y être retourné. Et finalement, on cherche toujours à faire mieux au coup d’après. C’est un sport qui permet de se dépasser, d’aller au-delà des limites et, parfois, de la peur.

 
Sans titre (58).png

L’océan thérapie pour se détendre

Le surf permet une réelle communion avec la nature et l’océan, apprendre à le décrypter, le ressentir, en savoir plus sur les marées... Il est reconnu que la mer – grâce à ses oligo-éléments, à ses minéraux et à ses ions négatifs - a des vertus sur le moral, sur la réduction du stress et sur le bien-être d’une manière générale.

 
Sans titre (59).png

Le flow pour déconnecter

Pendant une session de surf, tous les sens sont stimulés. On atteint l’état de flow que l’on connait au yoga. On est concentré sur la vague, l’océan, on oublie tout et l’on peut assez facilement atteindre l’état de pleine conscience. Ce sont d’ailleurs deux pratiques très compatibles qui se nourrissent l’une l’autre. Les plus grands surfeurs sont souvent des yogis. Ils se servent de cette pratique ancestrale pour échauffer leurs corps en douceur, tonifier leurs muscles, travailler leur respiration, leur flexibilité, leur équilibre, mais aussi pour étirer les membres endoloris ou très sollicités.

 

Le surf pour s’évader

Les spots où l’on pratique le surf sont souvent magnifiques. Il peut aussi bien se pratiquer sur les côtes françaises - Pyrénées Atlantiques et Landes en tête-, que sur les plages sauvages d’Afrique de l’Ouest, paradisiaques d’Indonésie, branchées du Brésil ou tumultueuses d’Islande et d’Irlande !

 

Mais, surtout, le surf est un sport résolument fun, amusant, ludique. Rien d’étonnant donc à ce qu’il récolte toujours plus de nouveaux adeptes !


Quel est votre environnement préféré pour méditer ?

Découvrez l’ensemble des offres OLY Be afin de pratiquer partout en vacances !


A lire également

Sans titre (62).png

Yoga, méditation et… football !

Sans titre (61).png

Comment maintenir sa pratique sportive pendant les vacances ?

Sans titre (16).png

Insolite : le paddle Yoga !

Insolite : le paddle Yoga

Avec l’été qui arrive et les vacances qui se profilent, c’est le moment idéal pour tester de nouvelles activités. Coup de chance, il existe de nombreuses évolutions insolites pour aller plus loin, se challenger, s’amuser ou se diversifier ! C’est le cas notamment du SUP Yoga qui s’effectue sur une planche de stand-up paddle, sur l’eau.

OLY Be vous en dit plus sur cette pratique que vous allez adorer !

 
Sans titre (47).png
 

Le SUP ou stand-up paddle est une planche large que l’on chevauche pour partir à l’assaut des étendues d’eau variées comme les lacs, rivières, mers ou océans, armé.e d’une pagaie. Depuis le début des années 2010, quelques yogis téméraires (au début) ont décidé d’adapter leur pratique à ce nouvel environnement pour s’entraîner en s’amusant et pour s’ouvrir de nouveaux horizons. Et c’est un pari réussi puisque la combinaison des deux a de nombreux avantages. Les bienfaits de l’un nourrissent ceux de l’autre.

 
Sans titre (16).png

Quel type de yoga ? 

Différents styles de yoga peuvent être pratiqués sur la planche selon nos envies, capacités ou besoins du moment. En général, il s’agit bien souvent d’une version plus « light » et adaptée du dynamique vinyasa, qui met à l’épreuve notre équilibre, notre concentration et notre gainage. Mais, miser sur une pratique plus douce comme le yin peut également avoir de nombreux bienfaits notamment sur la détente, le bien-être et la respiration.

 

Un travail sur l’équilibre

Pratiquer le yoga sur une planche de SUP, sur l’eau, est très différent que lorsqu’on le fait sur la terre ferme. En effet, les flots créent des micromouvements de la planche. Le corps doit s’adapter à ces ondulations de manière constante, consciente ou non. Ainsi, on gagne en équilibre et en proprioception (la perception des mouvements de son corps dans l’espace). D’un point de vue physique, ce déséquilibre stimule les muscles profonds, augmente le gainage du corps complet, notamment des jambes, du dos et des abdominaux. Toutes les positions ne sont pas forcément accessibles au début, mais la marge de progression est importante et stimulante, d’autant plus lorsque l’on est habitué.e du tapis. Cette nouvelle mise en perspective est très stimulante.

 
Sans titre (18).png

Les bienfaits de la nature

Le SUP Yoga est un sport qui se pratique généralement en pleine nature. Même si certains cours s’effectuent en piscine, il est préférable de profiter des espaces aquatiques de plein air pour s’initier. Ainsi, on fait le plein de vitamine D, de minéraux, et bien plus si l’on pratique sur la mer (coucou l’océan thérapie !). Ce cadre exceptionnel a aussi tendance à apaiser et l’on se débarrasse plus facilement des choses superflues. On se laisse alors bercer par les sensations, les bruits comme le clapotis de l’eau, l’air, les odeurs, les couleurs et les différents éléments que ce « studio » naturel nous prodigue. Une (re) connexion à l’environnement et à la nature plus que bienvenue !

 

Une concentration accrue

Tenir en équilibre et maintenir ses bons alignements peut être un défi pour notre concentration. Il faut rester focus sur nos mouvements, notre respiration, nos sensations. Ainsi, on atteint plus facilement l’état de « flow » ou de pleine conscience. Le SUP Yoga nécessite d’être parfaitement dans l’instant présent

Bien-être et fun au programme !

 

Nos astuces pour s’y mettre : 

- Choisissez une étendue calme pour commencer. On évite l’océan déchainé, sinon, c’est la chute assurée ! 

- Côté matériel, optez plutôt pour une planche gonflable au début. Elles sont plus stables et maniables. Elles doivent être assez larges.

- Pagayez un peu pour vous éloigner du bord. Cela vous fera en plus un petit échauffement cardio non négligeable.

- Une fois le spot idéal trouvé, « sentez » la planche et les ondulations de l’eau en position assise ou allongé pour commencer

- Ralentissez votre flow 

- Trouvez une nouvelle stabilité, en écartant un peu plus les pieds que sur la terre ferme par exemple

 
Sans titre (19).png
 

Quelles Postures pour débuter : 

Privilégiez des positions faciles au début : 

- chat-vache

- pinces debout ou assis

- la planche

Vous pouvez ensuite intégrer quelques enchainements dynamiques autour de salutations au soleil simples, puis plus compliquées avec des guerriers par exemple. 

En statique, essayez petit à petit : 

- le chameau 

- les pigeons 

- voire même la chandelle ou charrue pour vous challenger davantage en fin de pratique…

 

Le mieux pour découvrir cette pratique est de prendre un cours pour la première séance !


Quelles pratiques insolites allez-vous essayer cet été ?

OLY Be vous accompagne pendant vos vacances grâce au Pack Summer Boost à 55€ au lieu de 75€ !

Retrouvez-nous partout en France grâce à la reprise des cours en salle !


A lire également

Sans titre (25).png

7 exercices de Yoga pour débutants

Sans titre (26).png

Comment optimiser sa séance en adoptant les bons gestes post-pratique ?

Sans titre (27).png

Bien s’hydrater : pourquoi et comment ?

Le yoga des doigts ? On vous explique tout

Certains parlent aujourd’hui de yoga des doigts, mais il s’agit en fait des mudras, ces mouvements qui accompagnaient originellement la méditation il y a plus de 3000 ans. Ils permettraient de faire circuler l’énergie, de gagner en bien-être et d’agir sur certains points en particulier.

OLY Be vous explique.

 
Sans titre (37).png
 
 

Les mudras - du sanskrit sceau- ont de nombreux bienfaits aussi bien sur la santé physique que mentale. Ils sont utilisés depuis toujours dans la méditation, le yoga, et s’inscrivent également dans la médecine ayurvédique. Ils consistent en des positionnements précis des doigts pour faire circuler l’énergie et la diriger vers des points en particulier que l’on souhaite améliorer, booster ou redynamiser.

 
Sans titre (38).png

Chaque doigt est connecté à un élément et à un centre d’énergie du corps (chakra) : 

- Le pouce : le feu et le plexus solaire (digestion, muscles, vue…)

- L’index : l’air et le chakra du cœur (respiration, poumons, cœur, circulation, bras, mains, toucher…)

- Le majeur : l’éther et le chakra de la gorge (gorge, bouche, oreilles, faim, soif, ouïe…)

- L’annulaire : la terre et le chakra racine (squelette, système immunitaire, pieds, jambes, odorat…)

- L’auriculaire : l’eau et le chakra sacré (les sens)

 

En faisant des connexions entre eux, l’énergie est stimulée, équilibrée et circule mieux dans les zones ciblées. 

Gérer le stress ou ses émotions, travailler sa force profonde, mieux canaliser sa concentration… Il existe de nombreux mudras avec des bienfaits différents.

 

Une pratique facile à adopter

Très discrets, les mudras peuvent être pratiqués dans la vie de tous les jours. S’il est préférable de les faire dans un moment calme, idéalement pendant de la méditation ou en fin de séance de yoga, pour en tirer le maximum de bénéfices et pour aller plus loin dans sa pratique, ils peuvent également être travaillés au quotidien dans les transports, au bureau, en balade, pendant que l’on rêvasse à la fenêtre, avant de se coucher ou au lever… On se concentre alors sur notre respiration, on peut également visualiser l’objectif et le chemin de l’énergie et l’on gagne immédiatement en bien-être et sérénité. 

Pour une meilleure efficacité, il est préférable d’en sélectionner un que l’on va faire quelques minutes par jour (5 minutes peuvent suffire) pendant quelques semaines. 

Et si on est familier.e.s des mantras, il ne faut pas hésiter à combiner les deux.

 

3 mudras à tester

Sans titre (34).png

Chin Mudra

Le Chin Mudra est certainement le plus connu. Il est souvent associé à la pleine conscience et stimule la concentration, met en avant la connaissance et est apaisant. On joint le pouce (le feu) avec l’index (l’air) pour former un cercle fermé. Les trois autres doigts sont tendus. Lorsque l’on tourne la paume vers le ciel, on se concentre sur la connaissance et la compréhension de ce qui nous entoure, de l’univers. Alors que l’on dirige l’appel vers la compréhension de nous-même en tournant la paume vers le sol.

 
Sans titre (35).png

Anjali mudra

Ce mudra est celui de gratitude, du remerciement et de la demande. On joint les mains ensemble, devant le cœur et l’on presse légèrement les paumes l’une contre l’autre. Il permet de connecter les deux hémisphères du cerveau et les parties matérielles et spirituelles de chacun.

 
Sans titre (36).png

Prana Mudra

Le Prana Mudra est idéal en cas de coup mou car il stimule l’énergie vitale, le prana, la force tout en apaisant. Il consiste en la connexion de l’annulaire (la terre), l’eau (l’auriculaire) et le pouce (le feu). Les deux autres doigts restent tendus. Il est préférable de le faire lorsque l’on est assis ou en position de la montagne.


Venez tester de nouveaux mudras avec nos professeurs en profitant des cours OLY Be en salles ou en ligne !

Profitez dès maintenant du Pack Summer Boost à 55€ au lieu de 75€ !


A lire également

Sans titre (39).png

TAKE A DEEP BREATH : yoga, méditation & relaxation

Sans titre (40).png

Comment bien pratiquer le yoga à la maison et en ligne ?

Sans titre (41).png

Stress et incertitude : comment s’apaiser grâce à la méditation ?

Comment maintenir sa pratique sportive pendant les vacances ?

Ça y est, les vacances commencent à pointer le bout de leur nez… On ne rêve que d’une chose : farniente et plaisir ! Et on aurait tort de s’en priver.

Mais, entre deux apéros, excursions, ploufs dans la piscine, ce moment de break ne serait-il pas aussi idéal pour prendre soin de son corps ?

Malheureusement, que l’on soit du style hyperactif ou plutôt sédentaire, cela peut demander un petit effort de maintenir ou s’initier à des pratiques sportives pendant les vacances.

Voici les astuces d’OLY Be pour rester motivé.e. et passionné.e. !

 

Pourquoi continuer ?

Il est très intéressant de maintenir une activité physique pendant les vacances. Cela permet de se recentrer sur son bien-être, de faire des pauses loin de l’agitation et de ne pas perdre tous les bénéfices de notre pratique régulière pendant l’année. En effet, les activités sont souvent ingrates et il peut parfois être difficile de s’y remettre après une (longue) pause. Au yoga par exemple, on peut avoir l’impression d’être « rouillé.e » à la reprise, mais c’est également vrai pour les sports cardio ou ceux nécessitant agilité et/ou souplesse. Pour avoir tout de même l’impression de passer sur un rythme plus doux, on essaie de lâcher prise sur les idées de performance ou d’objectifs pour ne retenir que le fun !

 
 
Sans titre (30).png
 
 

On choisit ses moments

L’idéal est donc de ne pas s’arrêter, sans pour autant en faire une contrainte. On se fait plaisir et on adapte sa pratique à sa vie de vacancier.e. Nul besoin de mettre un réveil à 7h comme lorsqu’on travaille et on peut facilement s’accorder une pause sportive en plein après-midi. En plus, cela semble le meilleur moment pour se bouger !

Cela peut être 20 minutes tous les jours si l’on n’arrive pas à se dégager plus de temps ou un peu plus longtemps un jour sur deux. On peut décider de se fixer le même créneau à chaque fois ou s’adapter et en faire quand bon nous semble. Il est vrai que cela peut toujours être mieux de se donner un cadre, mais les vacances peuvent être aussi le moment de lâcher le contrôle et de jouir de plus de liberté. Finalement, la meilleure routine est celle qui nous convient !

Le petit tips : Cela peut être bien de pratiquer au réveil ou avant de se coucher pour avoir la journée libre !

 

On suit des cours

Il peut être un peu compliqué de trouver des lieux où suivre des cours pendant nos vacances. Heureusement, de plus en plus de cours peuvent être suivis en ligne, comme sur OLY Be ou sur l’application Yoga Connect qui propose même de télécharger des cours pour les suivre off line ! Pas mal quand on n’a pas de connexion... Dans ce cas, on peut se concocter un petit programme en amont avec différents cours selon nos humeurs du moment et les suivre au fil des jours.

Sans titre (8).png
 
Sans titre (9).png

On pratique en plein air

Toute l’année, on a rêvé sur les comptes Instagram des yogis qui pratiquent en plein air. Alors, cet été, on glisse notre tapis dans notre valise et on le déroule sur la plage, sur la terrasse de notre location, dans une clairière en pleine nature… Les sensations sont vraiment différentes et c’est un excellent moyen de se motiver !

Le petit tips : il existe des tapis de voyage légers et pliables à emporter partout ! Sinon, on peut superposer deux serviettes de plage. Les mieux ? Celles en microfibres qui sont antidérapantes.

 

On mise sur la convivialité

Pour se motiver les uns et les autres, quoi de mieux que de transformer les sessions sportives en moments de partage à part entière ? Pour cela, on peut décider que chacun donne un « cours » de son activité préférée aux autres ou se lancer dans un sport collectif ludique et bon esprit. Ainsi, peut-être qu’après ces vacances, on aura pris goût au badminton de Paul, aux exercices toniques de Marie, au waterpolo de Claire ou encore au ping pong de Pierre. Parfait pour rester actif à plusieurs !

 
Sans titre (10).png
Sans titre (31).png
 

On teste de nouvelles activités

Un lac ? On teste le paddle ou le kayak ! L’océan ? On essaie le surf ou le kite ! La montagne ? On se lance dans une rando dynamique ou du vélo ! La plage ? Parfait pour s’entraîner au beach volley ou aux sports de raquette ! Ces nouvelles activités vont être stimulantes, nous ouvrir l’esprit et nous permettre de varier les plaisirs ! Qui plus est, si l’on est habitué.e à pratiquer le même sport – particulièrement s’il est éprouvant - toute l’année, cela peut être bien de changer pendant les vacances, de mettre au repos certaines articulations, tendons et de faire travailler de nouvelles zones et groupes musculaires.

 

La seule consigne : on ne se met pas la pression, on ne culpabilise pas et on prend le temps de se reposer !


Et vous, où avez-vous prévu de pratiquer pendant ces vacances d’été ?

Bonne nouvelle : OLY Be vous propose de gagner une carte de 5 cours en nous envoyant la photo de vos pratiques estivales ! Rendez-vous sur les réseaux sociaux pour partager vos images et tenter votre chance !


A LIRE EGALEMENT

Sans+titre+(64).png

Matin, midi, soir : quel moment pour faire du sport ?

Sans titre (12).png

Respirer pour relâcher le stress

Copie+de+Sans+titre+(12).png

Comment bien faire la sieste ?

Comment optimiser sa séance en adoptant les bons gestes post-pratique ?

Faire une activité physique, quelle qu’elle soit, est déjà très bien. Pourtant, on peut parfois en « casser » certains bienfaits en adoptant des mauvaises habitudes, alors qu’il peut être simple de prolonger ce moment avec des bons réflexes, pour nous et pour notre corps.

OLY Be vous donne 6 astuces faciles à suivre pour garder les bonnes ondes de la pratique ! 

 
blog 1.png

1. S’étirer

Même si la plupart des séances de yoga se terminent par des étirements doux particulièrement adaptés à la fin de la pratique, il peut toujours être bénéfique de s’accorder un moment supplémentaire pour s’étirer les muscles ou se faire un petit auto-massage bien mérité. On gagne ainsi en détente musculaire (bye bye les courbatures !) et on booste la circulation.

 
Sans titre.png

2. S’hydrater

Après une séance, il est important de bien s’hydrater. Tisane, eau, infusion… On privilégie des boissons non sucrées (ni alcoolisées), et pas glacées, pour ne pas entraîner une surchauffe de l’organisme, juste après. Dans l’idéal, on boit assez lentement, par petites gorgées. Cela permet, d’une part, de compenser l’eau perdue par la transpiration, mais aussi d’aider à se débarrasser de l’acide lactique et des toxines.

 

3. Prendre son temps

On est nombreux à devoir courir après une séance de sport pour aller à un rendez-vous, s’occuper des enfants, rejoindre des amis… pourtant, il est important de se ménager un petit sas de décompression avant de retourner à la « vraie vie ». On évite de se presser, ce serait dommage d’arriver ou partir en courant après un cours. En se laissant un peu de temps, cela permet à notre corps et notre esprit de se reposer et d’intégrer ce qu’il s’est passé pendant notre séance.  

 
 

4. Rester déconnecté

Dans l’idéal, si on peut et veut, on se ménage 5-10 minutes de méditation. Traditionnellement, le yoga est une préparation à cette pratique. Si l’on n’est pas fan, on essaie juste de rester déconnecté quelques minutes et de ne pas se précipiter sur son portable pour répondre à un mail ou passer un coup de fil juste après, par exemple. Certains apprécient aussi de se connecter à la nature après. N’est-ce pas le meilleur moment pour arroser ses plantes ? Le chemin pour rentrer après un cours ne serait-il pas plus agréable en passant par un parc ? 

 
Sans titre (4).png

5. Se faire du bien

Après un cours, il peut être agréable de maintenir une bulle de connexion avec son corps en se faisant une petite séance de soin : en prenant une douche ou un bain, en se faisant un masque, un gommage ou encore en se brossant le corps à sec… Tout ce qui pourrait nous faire du bien et nous détendre !  

À noter : S’il est important d’enlever sa tenue de sport assez rapidement – pour éviter la prolifération des bactéries et donc de petits désagréments -, il est préférable d’attendre que la température du corps soit légèrement redescendue pour prendre une douche chaude ou pour se faire un sauna.

 
Sans titre (5).png

6. Manger au bon moment

Même si ça nous arrive de temps en temps de manger un burger après le sport, on peut essayer de manger un peu léger et sain plus régulièrement. Plutôt que de se jeter sur un repas copieux direct après, on attend un peu que l’organisme se remette. Si on a une fringale, on opte pour un encas comme des fruits secs ou frais pour faire le plein de sucres naturels. Pour un vrai repas, on essaie d’attendre entre 30 et 45 minutes après une séance. Là, le corps sera plus à même de synthétiser ce dont il a besoin pour se réparer.

 

Merci à notre super prof Marion Chapon pour ses conseils !


Rencontrez nos professeurs qui pourront vous conseiller personnellement sur ces gestes post-pratique !

Retrouvez-nous partout en France grâce à la reprise des cours en salle !

Profitez dès maintenant du Pack Summer Boost à 55€ au lieu de 75€ !


Article 1.png

Bien s’hydrater : pourquoi et comment ?

Article 3.png

Vous recentrer

et vous régénérer : Take a deep

breath !

Article 2.png

Faut-il être végétarien pour faire du yoga ?

L’interview forme : Les secrets d’une hôtesse de l’air

Le métier d’hôtesse de l’air est très exigeant pour le corps : gérer les décalages horaires, la déshydratation, se tenir debout longtemps sur des chaussures à talon…  Pour rester en forme, le personnel de cabine a de nombreuses astuces pour prendre soin d’eux à bord, mais aussi et surtout, tout au long de l’année.

Aurélie Tardivel, hôtesse chez XL Airways depuis 13 ans et prof de yoga certifiée nous en dit plus sur ses secrets forme. 

 

Quelle est ta routine forme?


Il n’y a pas de secret : une bonne nuit de sommeil. Je fais du yoga le matin quand mon pic d’énergie est au plus fort. Et du yin yoga une fois par semaine, au minimum, pour relâcher les tensions dues au manque de sommeil liées à mon métier d’hôtesse de l’air.

 

En quoi est-ce un métier exigeant ?

Il faut être prêt à tout à n’importe quel moment du jour et de la nuit. Alors, avoir une bonne condition physique est un incontournable. Le yoga m’est aussi indispensable pour me maintenir en bonne santé que pour m’apporter le calme et la tranquillité nécessaire à la gestion des problèmes que l’on peut rencontrer dans l’avion. 

Nous sommes le baromètre de la cabine, si nous sommes nerveux, les clients le ressentiront.  Avoir un état émotionnel stable est donc un vrai must pour nous.

 

Comment tes 2 activités sont-elles complémentaires ?

Prendre soin des passagers ou des élèves est très important pour moi. Que ce soit en vol ou dans une salle de yoga, je veux que chacun ait l’impression qu’il a pu passer un moment dans un petit cocon de douceur. Pour moi l’humain est au cœur de ces deux métiers et c’est pour cela que je trouve qu’ils se complètent bien.

 

À quelle fréquence pratiques-tu le yoga ?


J’ai commencé le yoga à la naissance de ma fille en 2013. J’étais fatiguée et épuisée et j’avais vraiment besoin de me reconnecter à mon corps. Il y avait cet engouement dingue pour le yoga aux États Unis et je suis allée dans une salle à New York qui s’appelle Yoga To The People. Je suis tombée amoureuse de la pratique immédiatement. J’ai senti une grande liberté à exécuter les asanas au milieu de toutes ces personnes qui ne te jugent pas. Ce moment reste magique pour moi. Cette nuit là, j’ai dormi comme un bébé.

Depuis j’ai une pratique très régulière. J’ai un rendez-vous quotidien avec mon tapis même si ce n’est que pour dix minutes.

 
IMG_20210701_162947.jpg
 
 

Pratiques-tu d’autres activités sportives ?

Je monte beaucoup à cheval. Ma pratique du yoga m’a beaucoup aidé à mieux comprendre le rapport que nous avons avec cet animal et à être plus précise dans la façon dont je communique avec eux.

 

Suis-tu un régime particulier ?

article hôtesse de l'air.png

Je suis végétarienne, par principe pour la planète et les animaux. 

En ce qui concerne la gourmandise, je ne me limite pas. Je pense que le régime est la meilleure façon de ne jamais être satisfaite de son corps, alors que d’avoir un corps en parfaite santé est le plus beau cadeau qu’on puisse avoir. 

Je fais attention tout de même au choix des produits que je mets dans mon assiette et j’essaie de manger en conscience.

 

Selon toi, comment le soin du corps aide l’esprit ?

Pour moi, le corps et l’esprit ne sont pas séparés. J’ai de l’amour pour mon corps. J’aime la façon dont il bouge, j’aime sa forme. Je n’ai pas la silhouette d’un top-model, mais ça n’a pas d’importance. J’en prends soin en faisant du yoga et en m’octroyant des rituels de beauté quotidien. On ne peut pas être bien dans sa tête si on est malade, c’est pour ça qu’il est important de se connecter à la part physique de nous-mêmes.

 

Justement, quels sont tes secrets de beauté ?

J’en ai plein, mais le meilleur reste de s’aimer et aussi de boire beaucoup d’eau, surtout si vous voyagez en avion.

 

Quel est le meilleur conseil qu’on t’ait donné ? Et celui que tu ne te lasses pas de donner ?

De ne pas oublier que la vie doit être fun et décomplexée ! C’est aussi ce que j’essaie d’enseigner aux élèves. J’aime beaucoup utiliser un peu d’humour dans mes Vinyasa pour dédramatiser les asanas un peu plus compliquées, pour rappeler qu’échouer, c’est ok et que ça fait partie du process.

 
 

Retrouvez Aurélie sur son compte Instagram

Découvrez tous nos professeurs et nos cours en ligne, en salle et en extérieur et créez-vous votre propre routine bien-être avec OLY Be !


A lire également

article hôtesse de l'air (4).png

Bien s’hydrater : pourquoi et comment

article hôtesse de l'air (5).png

L’interview forme : les conseils d’une ostéopathe

Copie de Sans titre (17).png

Comment bien faire la sieste ?

Matin, midi, soir : Quel moment est le plus approprié pour faire du sport ?

Quel est le meilleur moment pour faire du sport ?

Voilà une question qui agite les sportifs depuis toujours et à laquelle il est difficile d’apporter une réponse préétablie. En effet, cela dépend vraiment des personnes, des pratiques et des bénéfices que chacun cherche à en tirer. Le plus important est de trouver celui qui nous convient, celui où on peut être le plus régulier, et de trouver la discipline adéquate pour chaque moment.

On vous fait un focus sur les différents avantages !

 

Faire du sport le matin

Sans titre (64).png

Le matin est idéal pour commencer la journée en douceur et réveiller l’organisme. On pense alors à bien étirer le corps et à commencer avec un rythme doux, avant, peut-être, de passer à un sport ou une pratique plus dynamique. Le métabolisme est alors boosté. Les endorphines, les hormones du bonheur, sont libérées pour nous faire passer une bonne journée et diminuer le stress. Il peut également avoir des effets bénéfiques sur les fringales et permettre un meilleur endormissement le soir. Dans ce cas, on évite de prendre un lourd petit-déjeuner avant, et on opte plutôt pour une collation légère, comme des snacks healthy, avant l’entraînement. En revanche, après, on n’oublie pas de recharger les batteries !

 

On fait quoi ?

Du yoga (le morning yoga ou energy boost d’OLY Be, du Yoga vinyasa ou encore de l’ashtanga Yoga…), du Pilates, des étirements avant notre sport préféré… 

Le risque ?

Mettre le réveil sur snooze et esquiver notre séance !

 

Faire du sport dans la journée


Deux créneaux sont particulièrement propices pour faire du sport, et notamment des pratiques assez dynamiques : en fin de matinée et dans l’après-midi, vers 16h-17h. À ces moments-là, les muscles sont bien réveillés et ont besoin d’être dégourdis, le corps est au top de son énergie et a besoin de se dépenser. De plus, cela semble les bons créneaux pour pratiquer les sports d’endurance ou les activités intenses et pour avoir une bonne marge de progression. La température corporelle est la plus élevée, le taux de testostérone est à son comble, ce qui offre de meilleures performances physiques, une souplesse et une force accrue. Le corps va donc pouvoir aller plus loin.

Sans titre (67).png

On fait quoi ?

Natation, course à pied, HIIT, danse, boxe, sports collectifs ou de précision…


Le risque ?

Etre au travail ou préférer aller en terrasse après.

 

Faire du sport le soir

Pratiquer une activité physique cardio le soir peut avoir des conséquences sur l’endormissement. Mais, cela peut dépendre de notre rythme chronobiologique. En effet, il est préférable de ne pas faire de sport intense moins de 4 heures avant de se coucher si c’est possible, en fonction de notre emploi du temps, bien sûr. Donc, si l’on est plutôt couche-tard, pas de problème ! Au contraire, cela peut avoir de nombreux bienfaits. Les corps et les muscles sont déjà échauffés et les risques de blessure peuvent alors être diminués. 

CONCOURS 21 juin (5).png

Si l’on est un adepte du sport en soirée, mais que l’on n’est pas vraiment du genre oiseau de nuit, on privilégie les pratiques plus douces. Dans ce cas, elles seront un excellent moyen de faire une coupure après le travail, de se détendre, de souffler et d’évacuer le stress de la journée.

 

On fait quoi ?

Si c’est tôt par rapport à votre heure de coucher habituel, tout ce que vous voulez. Si c’est moins de 4 heures avant, du yoga lent comme du yin ou du soft energy, des étirements, des pratiques calmes comme les sports nautiques doux.


Le risque ?

Faire une séance dynamique un peu trop tard et avoir des difficultés à s’endormir.


Les cours OLY Be vous accompagnent tout au long de la journée.

Le matin, le midi, le soir, en ligne ou en salle, il n’y a plus qu’à choisir !

Et vous, quand est-ce que vous préférez pratiquer ?


A lire également

Sans titre (71).png

Comment se lever plus tôt et en pleine forme

Sans titre (69).png

5 positions de yoga pour les coureurs

Sans titre (70).png

6 choses à faire avant de regarder son portable le matin

Les planches et coussins d'équilibre : torture ou coup de pouce ?

On les voit partout dans les magasins, les vidéos de sport ou encore en accessoires de cross training, les planches et coussins d’équilibre s’invitent de plus en plus dans les routines sportives.

Qu’est-ce que c’est ? À quoi ça sert ? Comment les utilise-t-on ?

OLY Be fait le point

 

Les planches et coussins d’équilibre peuvent faire peur et ressembler à des objets de torture. Et après votre première séance, vous pourrez peut être le penser au vue de vos courbatures !

Planche ronde et oscillante (avec un système de demi-sphère), plateau de Freeman qui penche d’avant en arrière uniquement, planche « rocker » avec un rouleau… Il existe différents modèles selon l’usage que vous voulez en faire.

 

Les avantages des planches d’équilibre

Les planches et coussins d’équilibre, aussi connus sous le nom de plateau de Freeman ou plateau de proprioception, ont de nombreux avantages, aussi bien sur l’équilibre, donc, que sur la proprioception, la musculation, la coordination et la récupération

Avant d’être utilisés par le grand public pour s’entraîner, ces accessoires étaient principalement réservés aux séances de kinésithérapie ou aux sportifs de haut niveau. Ils sont bien souvent utiles pour se remettre de blessures, pour les prévenir ou pour réduire les traumatismes sur les articulations liés à une pratique sportive intensive. On gagne en mobilité, en agilité, en flexibilité et en équilibre. Les raideurs sont diminuées et la souplesse augmentée.

Comme les muscles profonds sont stimulés, il y a un réel bénéfice sur la posture et le maintien. Aussi, l’ensemble du corps est gainé, les abdominaux sont tonifiés, les différents groupes musculaires du bas du corps sont sollicités, et selon les exercices, il peut également y avoir des bienfaits sur les bras et le dos.

Il a également été prouvé que ces exercices avaient un impact positif sur la concentration (en sollicitant les deux hémisphères du cerveau), la coordination, les réflexes et sur la connexion entre le corps et l’esprit.

 

L’info en plus : qu’est-ce que c’est que la proprioception ? 

On en entend beaucoup parler ces derniers mois, mais le terme de proprioception est assez souvent mal compris. Contrairement à ce que certains pourraient penser, elle est différente de l’équilibre. La proprioception peut parfois être considéré comme le sixième sens du corps puisqu’elle consiste à la perception des informations provenant des muscles, os et articulations pour percevoir la place et les mouvements de notre corps dans l’espace. Travailler cet aspect-là permet donc à notre cerveau de mieux comprendre les changements et s’adapter en conséquences, en jouant sur l’équilibre parfois ! 

 
Sans titre (43).png
 
 

Comment on en fait ?

La maîtrise des planches d’équilibre est progressive. Vous pouvez en faire dans le cadre d’une rééducation, pour vous gainer, de manière indépendante ou en l’intégrant dans vos exercices sportifs pour vous muscler davantage. L’idéal est de monter dessus assez régulièrement. Pourquoi ne pas essayer d’en faire 10 minutes par jour pour voir des résultats assez rapidement ? 

Vous pourrez ensuite aller plus loin que simplement jouer sur l’équilibre-déséquilibre en essayant de faire des fentes ou des squats dessus. Pour travailler le haut du corps, vous pouvez faire la planche de gainage ou des pompes avec. 

 
Sans titre (39).png

Exercice 1 : les fentes

Placez le pied gauche à plat sur la planche d’équilibre à l’avant. Écartez les jambes et placez votre pied droit à l’arrière dans l’axe, talon décollé. Comme pour une fente classique, pliez les jambes jusqu’à obtenir un angle de 90°. Remontez. Faites une série, puis changez de jambe.  

 
Sans titre (41).png

Exercice 2 : les squats

Montez sur la planche, les deux pieds à plat, écartés largeur des épaules. Pliez les jambes et descendez les fessiers vers l’arrière en maintenant le dos droit. 

Vous pouvez également intensifier l’exercice en faisant des séries de squats avec un pied sur la planche et l’autre non.

 

Exercice 3 : le gainage

Sans titre (42).png

La planche, vous maîtrisez ? Essayez de booster votre gainage en la faisant avec cet accessoire ! Placez les mains sur les côtés de la planche et tenez-la fermement. Éloignez les pieds et crochetez les orteils pour avoir une bonne prise. Serrez les fessiers et les abdos et maintenant le dos droit, omoplates serrées et épaules éloignées des oreilles.


Venez travailler votre équilibre avec nos cours de Pilates et de Yoga !

Profitez de la réouverture des salles pour venir pratiquer avec un professeur et perfectionner votre proprioception !

En ce moment, profitez d’un cours offert pour tout cours réservé entre le 9 et le 16 juin, alors rejoignez la Team OLY Be !


A lire également

Sans titre (44).png

Qu’est ce que la spirothérapie ?

Sans titre (46).png

Les bonnes réponses aux anti-yoga

Sans titre (45).png

L’interview forme d’une ostéopathe

5 postures de yoga pour un ventre plat

En travaillant les muscles profonds (abdominaux en tête) et en réduisant le stress, le yoga permet de s’affiner et de limiter le stockage des graisses, et plus particulièrement au niveau de l’abdomen si l’on réalise des postures ciblées. Plus que des positions pour perdre du ventre, (spoiler alert : pour ça, il faut ajuster un peu son alimentation et se dépenser), on vous donne les astuces pour le rendre plus tonique et pour booster la digestion 

 

Le cobra

Les bienfaits : La posture du cobra est idéale pour étirer les muscles du ventre et la colonne vertébrale. Elle permet également de tonifier les bras, les épaules et le dos. 

Comment on fait ?

Allongé sur le ventre, jambes tendues et bassin ancré dans le sol. Posez les mains au-dessous des épaules puis poussez dans vos bras en expirant pour soulever le buste. Regardez devant vous pour ne pas « casser » la nuque. Maintenez la position sur plusieurs cycles de respiration. N’hésitez pas à aller plus loin au fur et à mesure si votre corps le permet. 

 
Sans titre (36).png
 

Le petit plus : Si vous manquez de flexibilité dans le dos, éloignez les mains du corps en les plaçant vers l’avant du tapis. Plus elles seront loin, moins la flexion sera grande.

 

La planche

Les bienfaits : La planche est l’une des positions championnes du gainage. Elle permet de renforcer l’ensemble de la sangle abdominale, mais aussi les bras, épaules, jambes et fesses ! Un tout-en-un non négligeable !

Comment on fait ? À quatre pattes, placez les mains sous les épaules, doigts écartés pour avoir un meilleur appui. Crochetez les orteils et tendez les jambes vers l’arrière. L’ensemble de votre corps doit être aligné, ne creusez pas le dos et maintenez la nuque dans le prolongement de la colonne. Pensez à serrer les omoplates et à éloigner les épaules des oreilles. Tenez sur plusieurs respiration en contractant les abdos (aspirez votre nombril !), les fessiers et le périnée. Redescendez sur le ventre en contrôlant la descente (c’est bon pour les bras !), puis remontez et maintenez de nouveau. 

 
 

Le petit plus : Si vous souhaitez intensifier l’exercice, passez sur vos coudes lorsque vous êtes en planche, maintenez quelques respiration, puis remontez en planche classique. 

 

Pour aller plus loin : Vous pouvez compléter avec une déclinaison latérale, qui permettra de faire travailler le grand droit et les obliques en plus. Depuis la position de la planche, faites pivoter votre corps sur le côté droit en répartissant votre poids sur la tranche du pied droit . Vous pouvez mettre vos pieds l’un devant l’autre ou augmenter la difficulté en les superposant. Levez votre bras gauche, dirigez votre regard vers lui et étirez vos hanches en hauteur. Maintenez sur plusieurs cycles puis changez de côté.

 

Le bateau 

Les bienfaits : Le bateau fait travailler directement les abdos et limite le mécanisme de stockage des graisses de la taille tout en faisant travailler le dos.

Comment on fait ? 

Assis, les pieds à plat sur le sol, genoux pliés. Penchez le dos vers l’arrière puis montez les jambes avec les abdominaux, l’une après l’autre. Veillez à garder le dos bien droit à partir des hanches. Tendez les bras de chaque côté. Vous pouvez réaliser le bateau avec les jambes pliés parallèle au sol ou tendues, ce qui est un peu plus difficile. Maintenez plusieurs cycles de respiration, puis posez les jambes. Faites ensuite remontez votre bateau plusieurs fois. 

Copie de Sans titre (26).png

Pour aller plus loin : une fois installé dans votre bateau, descendez votre dos sans poser vos épaules et descendez également vos jambes, sans toucher le sol. Restez 2-3 respirations puis remontez. 

 

L’arc

Les bienfaits : À l’instar du cobra (mais aussi du chameau ou du pont), l’arc est parfait pour étirer l’avant du corps, et donc, l’ensemble du ventre, et aussi le dos et pour ouvrir la poitrine et la cage thoracique. Les abdominaux sont renforcés et si vous effectuez des mouvements de balancier, cette position peut apporter un massage bienvenu à vos organes (foie et reins en tête) et booster votre système digestif.

Comment on fait ? 

Allongé sur le ventre, les jambes tendues au sol. Pliez les genoux et étirez vos bras vers l’arrière par l’extérieur pour attraper vos chevilles, ou le bas de votre pantalon si votre souplesse ne vous permet pas d’aller si loin. Inspirez puis serrez les fessiers, courbez le dos pour relever la tête et les épaules. Maintenez en respirant profondément. Redescendez les bras et les jambes lentement en accompagnant le mouvement. 

 
Sans titre (38).png
 

Pour aller plus loin : Vous pouvez faire un mouvement de balancier léger. 

 

Genoux-poitrine ou la libération des vents

Les bienfaits : Cette posture permet de masser les organes internes du ventre, de réduire l’acidité et de faciliter la digestion et le transit tout en étirant le dos et les lombaires. Elle a également un fort pouvoir anti-stress et permet de se recentrer.  

Comment on fait ? 

Allongé sur le dos, les jambes tendues au sol et les bras le long du corps. Remontez les genoux pliés vers la poitrine en expirant, collez vos cuisses contre votre abdomen et enlacez-les de vos bras. Remontez votre tête et formez une petite boule. Respirez par le ventre de manière profonde et lente en maintenant la position sur plusieurs cycles.

Pour aller plus loin : Vous pouvez effectuer des petits mouvements pour masser vos organes ou réalisez la posture une jambe après l’autre. 

Sans titre (33).png
Sans titre (34).png
 

Enfin, notre dernier conseil incontournable pour un ventre tonique :

respirez, respirez, respirez, respirez !


Venez pratiquer avec nos professeurs partout en France avec la reprise des cours en salle !

L’occasion idéale pour leur demander tout leurs tips spécial ventre plat.


à lire également

Copie de Sans titre (23).png

Qu’est ce que la spirothérapie ?

Recettes healthy (3).png

4 recettes de snack healthy et sexy

Copie de Sans titre (29).png

5 postures de yoga qui nous aident à bien digérer

Qu’est-ce que c’est : la spirothérapie ?

La spirothérapie, ou thérapie par le souffle, est une pratique axée sur le contrôle de la respiration qui permet d’agir sur l’équilibre et le bien-être physique, émotionnel et mental.

Comprendre cette fonction, les bienfaits de ce travail, comment s’y mettre… OLY Be vous dit tout !

 

Qu’est-ce que c’est ? 

La spirothérapie a été imaginée par Samuel Ganes en 2015, mais repose sur les principes ancestraux védiques et s’appuie sur la philosophie de pranayama, bien connue des yogi : du terme « prana » la respiration et « yama » maitrise, régulation. 

 
Sans titre (28).png
 

Cette pratique consiste en un ensemble de techniques de respiration, et d’un peu de cohérence cardiaque, pour gagner en bien-être physique et mental. La respiration est un mécanisme réflexe autonome. À l’inverse d’autres fonctions végétatives comme la digestion ou la circulation sanguine, on peut réellement intervenir dessus. La spirothérapie passe aussi, et avant tout, par une meilleure compréhension de cette fonction : son fonctionnement physiologique, l’intérêt du diaphragme, des abdominaux, des muscles intercostaux, ce qui se passe à l’inspiration, à l’expiration, comprendre les 4 phases de la respiration, le rôle de l’oxygène ou du dioxyde de carbone dans le métabolisme, l’équilibre à trouver entre les deux…

 

Une pratique aux nombreux bienfaits

Copie de Sans titre (9).png

La respiration joue un rôle très important dans le bien-être et la spirothérapie donne les clés pour en tirer tous les bénéfices. En temps normal, on utilise seulement 20 à 30% de notre capacité pulmonaire. Après 5 minutes de spirothérapie, ce chiffre augmente à 80-90 % !

Réduction du stress, meilleure digestion, boost du système cardiovasculaire, gain d’énergie, et même parfois, réduction des inflammations… Les bienfaits sont nombreux et les exercices peuvent s’adapter aux besoins du moment.

Vincent, prof de spirothérapie pour OLY Be adapte ses séances en fonction du moment de la journée : « Quand je donne des cours le matin, je vais donner des techniques pour favoriser le réveil et qui booste l’activité cérébrale. Il existe un rituel d’hygiène où l’on va nettoyer les poumons, se débarrasser de l’air vicié, qui stagne au fond. Alors que le soir, on utilisera plus des techniques qui jouent sur la détente viscérale, avec le diaphragme qui vient masser toute cette sphère pour favoriser la détente musculaire et l’endormissement ».

 

Comment ça marche ?

« Quand on comprend que la respiration intervient sur les déséquilibres métaboliques, on peut travailler beaucoup de choses, en travaillant sur la fréquence et l’amplitude de nos respirations » explique Vincent. Une action très directe et assez puissante est donc menée sur le fonctionnement métabolique et de nos organes. 

 

Et en pratique ?

Il n’est pas toujours facile de respirer, certains exercices de spirothérapie peuvent même être vraiment difficiles. « Il y a de l’endurance à acquérir, de la coordination à trouver, cela se fait au fur et à mesure » poursuit le prof.

Il faut donc avoir de la patience et de la bienveillance envers soi, mais il est assez facile de s’y mettre en commençant à respirer en conscience le plus souvent possible.

Pour commencer, il est nécessaire d’être bien installé, dans un lieu calme. Dans l’idéal, assis sur un tapis, un coussin de méditation ou une chaise, les ischions bien ancrés, le bassin et le dos droits, les épaules éloignées des oreilles et la nuque alignée. L’idéal est de se laisser guider pour les débuts. 

Tout le monde peut pratiquer, mais il existe quelques contre-indications pour les personnes ayant subi des chirurgies récentes, les femmes enceintes ou ayant des problèmes de tension.

 

3 exercices à adopter :

Vous pouvez commencer par appréhender l’écoute et le ressenti de l’air qui passe dans vos poumons et tenter de mettre en place des exercices de respiration comme : 

Copie de Sans titre (23).png

Sama vritti

- La respiration carrée (Sama vritti) où les 4 phases de respiration sont égales. Inspirez sur 4 à 8 temps, bloquez poumons pleins sur le même nombre, expirez de la même manière et retenez poumons vides sur le même rythme. Répétez l’opération plusieurs fois pour gagner en détente. 

Vishama vritti

- Cette respiration repose sur les mêmes 4 phases que la respiration carrée, mais les temps sont différents. Commencez par inspirer sur 4, retenez poumons pleins sur 8, expirez sur 8 puis retenez poumons vides sur 8 aussi. 

Copie de Sans titre (22).png

LA respiration alternée

- La respiration alternée : avec la main droite, mettez le pouce à côté de la narine droite et l’annulaire à côté de la gauche. Bouchez la narine droite avec le pouce, inspirez par la gauche, bouchez-la, retenez une seconde, débouchez la droite et expirez par-là, inspirez par la droite, bouchez-la, retenez une seconde, débouchez la gauche et inspirez. Recommencez plusieurs cycles.   


Merci beaucoup à Vincent pour son témoignage très enrichissant !

Si vous êtes curieux et voulez en apprendre encore plus sur la spirothérapie, venez suivre les cours de Vincent et réservez dès maintenant sur OLY Be !

 
 

à LIRE ÉGALEMENT

Copie de Sans titre (21).png

Respirer pour relâcher le stress

madison-lavern-4gcqRf3-f2I-unsplash.jpg

3 techniques de respirations pour 3 besoins différents

Copie de Sans titre (15).png

Take a deep breath : Yoga, méditation et relaxation