Insolite : le paddle Yoga

Avec l’été qui arrive et les vacances qui se profilent, c’est le moment idéal pour tester de nouvelles activités. Coup de chance, il existe de nombreuses évolutions insolites pour aller plus loin, se challenger, s’amuser ou se diversifier ! C’est le cas notamment du SUP Yoga qui s’effectue sur une planche de stand-up paddle, sur l’eau.

OLY Be vous en dit plus sur cette pratique que vous allez adorer !

 
Sans titre (47).png
 

Le SUP ou stand-up paddle est une planche large que l’on chevauche pour partir à l’assaut des étendues d’eau variées comme les lacs, rivières, mers ou océans, armé.e d’une pagaie. Depuis le début des années 2010, quelques yogis téméraires (au début) ont décidé d’adapter leur pratique à ce nouvel environnement pour s’entraîner en s’amusant et pour s’ouvrir de nouveaux horizons. Et c’est un pari réussi puisque la combinaison des deux a de nombreux avantages. Les bienfaits de l’un nourrissent ceux de l’autre.

 
Sans titre (16).png

Quel type de yoga ? 

Différents styles de yoga peuvent être pratiqués sur la planche selon nos envies, capacités ou besoins du moment. En général, il s’agit bien souvent d’une version plus « light » et adaptée du dynamique vinyasa, qui met à l’épreuve notre équilibre, notre concentration et notre gainage. Mais, miser sur une pratique plus douce comme le yin peut également avoir de nombreux bienfaits notamment sur la détente, le bien-être et la respiration.

 

Un travail sur l’équilibre

Pratiquer le yoga sur une planche de SUP, sur l’eau, est très différent que lorsqu’on le fait sur la terre ferme. En effet, les flots créent des micromouvements de la planche. Le corps doit s’adapter à ces ondulations de manière constante, consciente ou non. Ainsi, on gagne en équilibre et en proprioception (la perception des mouvements de son corps dans l’espace). D’un point de vue physique, ce déséquilibre stimule les muscles profonds, augmente le gainage du corps complet, notamment des jambes, du dos et des abdominaux. Toutes les positions ne sont pas forcément accessibles au début, mais la marge de progression est importante et stimulante, d’autant plus lorsque l’on est habitué.e du tapis. Cette nouvelle mise en perspective est très stimulante.

 
Sans titre (18).png

Les bienfaits de la nature

Le SUP Yoga est un sport qui se pratique généralement en pleine nature. Même si certains cours s’effectuent en piscine, il est préférable de profiter des espaces aquatiques de plein air pour s’initier. Ainsi, on fait le plein de vitamine D, de minéraux, et bien plus si l’on pratique sur la mer (coucou l’océan thérapie !). Ce cadre exceptionnel a aussi tendance à apaiser et l’on se débarrasse plus facilement des choses superflues. On se laisse alors bercer par les sensations, les bruits comme le clapotis de l’eau, l’air, les odeurs, les couleurs et les différents éléments que ce « studio » naturel nous prodigue. Une (re) connexion à l’environnement et à la nature plus que bienvenue !

 

Une concentration accrue

Tenir en équilibre et maintenir ses bons alignements peut être un défi pour notre concentration. Il faut rester focus sur nos mouvements, notre respiration, nos sensations. Ainsi, on atteint plus facilement l’état de « flow » ou de pleine conscience. Le SUP Yoga nécessite d’être parfaitement dans l’instant présent

Bien-être et fun au programme !

 

Nos astuces pour s’y mettre : 

- Choisissez une étendue calme pour commencer. On évite l’océan déchainé, sinon, c’est la chute assurée ! 

- Côté matériel, optez plutôt pour une planche gonflable au début. Elles sont plus stables et maniables. Elles doivent être assez larges.

- Pagayez un peu pour vous éloigner du bord. Cela vous fera en plus un petit échauffement cardio non négligeable.

- Une fois le spot idéal trouvé, « sentez » la planche et les ondulations de l’eau en position assise ou allongé pour commencer

- Ralentissez votre flow 

- Trouvez une nouvelle stabilité, en écartant un peu plus les pieds que sur la terre ferme par exemple

 
Sans titre (19).png
 

Quelles Postures pour débuter : 

Privilégiez des positions faciles au début : 

- chat-vache

- pinces debout ou assis

- la planche

Vous pouvez ensuite intégrer quelques enchainements dynamiques autour de salutations au soleil simples, puis plus compliquées avec des guerriers par exemple. 

En statique, essayez petit à petit : 

- le chameau 

- les pigeons 

- voire même la chandelle ou charrue pour vous challenger davantage en fin de pratique…

 

Le mieux pour découvrir cette pratique est de prendre un cours pour la première séance !


Quelles pratiques insolites allez-vous essayer cet été ?

OLY Be vous accompagne pendant vos vacances grâce au Pack Summer Boost à 55€ au lieu de 75€ !

Retrouvez-nous partout en France grâce à la reprise des cours en salle !


A lire également

Sans titre (25).png

7 exercices de Yoga pour débutants

Sans titre (26).png

Comment optimiser sa séance en adoptant les bons gestes post-pratique ?

Sans titre (27).png

Bien s’hydrater : pourquoi et comment ?

Qu’est-ce que c’est encore : le yoga des doigts ?

Certains parlent aujourd’hui de yoga des doigts, mais il s’agit en fait des mudras, ces mouvements qui accompagnaient originellement la méditation il y a plus de 3000 ans. Ils permettraient de faire circuler l’énergie, de gagner en bien-être et d’agir sur certains points en particulier.

OLY Be vous explique.

 
Sans titre (37).png
 
 

Les mudras - du sanskrit sceau- ont de nombreux bienfaits aussi bien sur la santé physique que mentale. Ils sont utilisés depuis toujours dans la méditation, le yoga, et s’inscrivent également dans la médecine ayurvédique. Ils consistent en des positionnements précis des doigts pour faire circuler l’énergie et la diriger vers des points en particulier que l’on souhaite améliorer, booster ou redynamiser.

 
Sans titre (38).png

Chaque doigt est connecté à un élément et à un centre d’énergie du corps (chakra) : 

- Le pouce : le feu et le plexus solaire (digestion, muscles, vue…)

- L’index : l’air et le chakra du cœur (respiration, poumons, cœur, circulation, bras, mains, toucher…)

- Le majeur : l’éther et le chakra de la gorge (gorge, bouche, oreilles, faim, soif, ouïe…)

- L’annulaire : la terre et le chakra racine (squelette, système immunitaire, pieds, jambes, odorat…)

- L’auriculaire : l’eau et le chakra sacré (les sens)

 

En faisant des connexions entre eux, l’énergie est stimulée, équilibrée et circule mieux dans les zones ciblées. 

Gérer le stress ou ses émotions, travailler sa force profonde, mieux canaliser sa concentration… Il existe de nombreux mudras avec des bienfaits différents.

 

Une pratique facile à adopter

Très discrets, les mudras peuvent être pratiqués dans la vie de tous les jours. S’il est préférable de les faire dans un moment calme, idéalement pendant de la méditation ou en fin de séance de yoga, pour en tirer le maximum de bénéfices et pour aller plus loin dans sa pratique, ils peuvent également être travaillés au quotidien dans les transports, au bureau, en balade, pendant que l’on rêvasse à la fenêtre, avant de se coucher ou au lever… On se concentre alors sur notre respiration, on peut également visualiser l’objectif et le chemin de l’énergie et l’on gagne immédiatement en bien-être et sérénité. 

Pour une meilleure efficacité, il est préférable d’en sélectionner un que l’on va faire quelques minutes par jour (5 minutes peuvent suffire) pendant quelques semaines. 

Et si on est familier.e.s des mantras, il ne faut pas hésiter à combiner les deux.

 

3 mudras à tester

Sans titre (34).png

Chin Mudra

Le Chin Mudra est certainement le plus connu. Il est souvent associé à la pleine conscience et stimule la concentration, met en avant la connaissance et est apaisant. On joint le pouce (le feu) avec l’index (l’air) pour former un cercle fermé. Les trois autres doigts sont tendus. Lorsque l’on tourne la paume vers le ciel, on se concentre sur la connaissance et la compréhension de ce qui nous entoure, de l’univers. Alors que l’on dirige l’appel vers la compréhension de nous-même en tournant la paume vers le sol.

 
Sans titre (35).png

Anjali mudra

Ce mudra est celui de gratitude, du remerciement et de la demande. On joint les mains ensemble, devant le cœur et l’on presse légèrement les paumes l’une contre l’autre. Il permet de connecter les deux hémisphères du cerveau et les parties matérielles et spirituelles de chacun.

 
Sans titre (36).png

Prana Mudra

Le Prana Mudra est idéal en cas de coup mou car il stimule l’énergie vitale, le prana, la force tout en apaisant. Il consiste en la connexion de l’annulaire (la terre), l’eau (l’auriculaire) et le pouce (le feu). Les deux autres doigts restent tendus. Il est préférable de le faire lorsque l’on est assis ou en position de la montagne.


Venez tester de nouveaux mudras avec nos professeurs en profitant des cours OLY Be en salles ou en ligne !

Profitez dès maintenant du Pack Summer Boost à 55€ au lieu de 75€ !


A lire également

Sans titre (39).png

TAKE A DEEP BREATH : yoga, méditation & relaxation

Sans titre (40).png

Comment bien pratiquer le yoga à la maison et en ligne ?

Sans titre (41).png

Stress et incertitude : comment s’apaiser grâce à la méditation ?

Comment maintenir sa pratique sportive pendant les vacances ?

Ça y est, les vacances commencent à pointer le bout de leur nez… On ne rêve que d’une chose : farniente et plaisir ! Et on aurait tort de s’en priver.

Mais, entre deux apéros, excursions, ploufs dans la piscine, ce moment de break ne serait-il pas aussi idéal pour prendre soin de son corps ?

Malheureusement, que l’on soit du style hyperactif ou plutôt sédentaire, cela peut demander un petit effort de maintenir ou s’initier à des pratiques sportives pendant les vacances.

Voici les astuces d’OLY Be pour rester motivé.e. et passionné.e. !

 

Pourquoi continuer ?

Il est très intéressant de maintenir une activité physique pendant les vacances. Cela permet de se recentrer sur son bien-être, de faire des pauses loin de l’agitation et de ne pas perdre tous les bénéfices de notre pratique régulière pendant l’année. En effet, les activités sont souvent ingrates et il peut parfois être difficile de s’y remettre après une (longue) pause. Au yoga par exemple, on peut avoir l’impression d’être « rouillé.e » à la reprise, mais c’est également vrai pour les sports cardio ou ceux nécessitant agilité et/ou souplesse. Pour avoir tout de même l’impression de passer sur un rythme plus doux, on essaie de lâcher prise sur les idées de performance ou d’objectifs pour ne retenir que le fun !

 
 
Sans titre (30).png
 
 

On choisit ses moments

L’idéal est donc de ne pas s’arrêter, sans pour autant en faire une contrainte. On se fait plaisir et on adapte sa pratique à sa vie de vacancier.e. Nul besoin de mettre un réveil à 7h comme lorsqu’on travaille et on peut facilement s’accorder une pause sportive en plein après-midi. En plus, cela semble le meilleur moment pour se bouger !

Cela peut être 20 minutes tous les jours si l’on n’arrive pas à se dégager plus de temps ou un peu plus longtemps un jour sur deux. On peut décider de se fixer le même créneau à chaque fois ou s’adapter et en faire quand bon nous semble. Il est vrai que cela peut toujours être mieux de se donner un cadre, mais les vacances peuvent être aussi le moment de lâcher le contrôle et de jouir de plus de liberté. Finalement, la meilleure routine est celle qui nous convient !

Le petit tips : Cela peut être bien de pratiquer au réveil ou avant de se coucher pour avoir la journée libre !

 

On suit des cours

Il peut être un peu compliqué de trouver des lieux où suivre des cours pendant nos vacances. Heureusement, de plus en plus de cours peuvent être suivis en ligne, comme sur OLY Be ou sur l’application Yoga Connect qui propose même de télécharger des cours pour les suivre off line ! Pas mal quand on n’a pas de connexion... Dans ce cas, on peut se concocter un petit programme en amont avec différents cours selon nos humeurs du moment et les suivre au fil des jours.

Sans titre (8).png
 
Sans titre (9).png

On pratique en plein air

Toute l’année, on a rêvé sur les comptes Instagram des yogis qui pratiquent en plein air. Alors, cet été, on glisse notre tapis dans notre valise et on le déroule sur la plage, sur la terrasse de notre location, dans une clairière en pleine nature… Les sensations sont vraiment différentes et c’est un excellent moyen de se motiver !

Le petit tips : il existe des tapis de voyage légers et pliables à emporter partout ! Sinon, on peut superposer deux serviettes de plage. Les mieux ? Celles en microfibres qui sont antidérapantes.

 

On mise sur la convivialité

Pour se motiver les uns et les autres, quoi de mieux que de transformer les sessions sportives en moments de partage à part entière ? Pour cela, on peut décider que chacun donne un « cours » de son activité préférée aux autres ou se lancer dans un sport collectif ludique et bon esprit. Ainsi, peut-être qu’après ces vacances, on aura pris goût au badminton de Paul, aux exercices toniques de Marie, au waterpolo de Claire ou encore au ping pong de Pierre. Parfait pour rester actif à plusieurs !

 
Sans titre (10).png
Sans titre (31).png
 

On teste de nouvelles activités

Un lac ? On teste le paddle ou le kayak ! L’océan ? On essaie le surf ou le kite ! La montagne ? On se lance dans une rando dynamique ou du vélo ! La plage ? Parfait pour s’entraîner au beach volley ou aux sports de raquette ! Ces nouvelles activités vont être stimulantes, nous ouvrir l’esprit et nous permettre de varier les plaisirs ! Qui plus est, si l’on est habitué.e à pratiquer le même sport – particulièrement s’il est éprouvant - toute l’année, cela peut être bien de changer pendant les vacances, de mettre au repos certaines articulations, tendons et de faire travailler de nouvelles zones et groupes musculaires.

 

La seule consigne : on ne se met pas la pression, on ne culpabilise pas et on prend le temps de se reposer !


Et vous, où avez-vous prévu de pratiquer pendant ces vacances d’été ?

Bonne nouvelle : OLY Be vous propose de gagner une carte de 5 cours en nous envoyant la photo de vos pratiques estivales ! Rendez-vous sur les réseaux sociaux pour partager vos images et tenter votre chance !


A LIRE EGALEMENT

Sans+titre+(64).png

Matin, midi, soir : quel moment pour faire du sport ?

Sans titre (12).png

Respirer pour relâcher le stress

Copie+de+Sans+titre+(12).png

Comment bien faire la sieste ?

Comment optimiser sa séance en adoptant les bons gestes post-pratique ?

Faire une activité physique, quelle qu’elle soit, est déjà très bien. Pourtant, on peut parfois en « casser » certains bienfaits en adoptant des mauvaises habitudes, alors qu’il peut être simple de prolonger ce moment avec des bons réflexes, pour nous et pour notre corps.

OLY Be vous donne 6 astuces faciles à suivre pour garder les bonnes ondes de la pratique ! 

 
blog 1.png

1. S’étirer

Même si la plupart des séances de yoga se terminent par des étirements doux particulièrement adaptés à la fin de la pratique, il peut toujours être bénéfique de s’accorder un moment supplémentaire pour s’étirer les muscles ou se faire un petit auto-massage bien mérité. On gagne ainsi en détente musculaire (bye bye les courbatures !) et on booste la circulation.

 
Sans titre.png

2. S’hydrater

Après une séance, il est important de bien s’hydrater. Tisane, eau, infusion… On privilégie des boissons non sucrées (ni alcoolisées), et pas glacées, pour ne pas entraîner une surchauffe de l’organisme, juste après. Dans l’idéal, on boit assez lentement, par petites gorgées. Cela permet, d’une part, de compenser l’eau perdue par la transpiration, mais aussi d’aider à se débarrasser de l’acide lactique et des toxines.

 

3. Prendre son temps

On est nombreux à devoir courir après une séance de sport pour aller à un rendez-vous, s’occuper des enfants, rejoindre des amis… pourtant, il est important de se ménager un petit sas de décompression avant de retourner à la « vraie vie ». On évite de se presser, ce serait dommage d’arriver ou partir en courant après un cours. En se laissant un peu de temps, cela permet à notre corps et notre esprit de se reposer et d’intégrer ce qu’il s’est passé pendant notre séance.  

 
Sans titre (1).png
 

4. Rester déconnecté

Dans l’idéal, si on peut et veut, on se ménage 5-10 minutes de méditation. Traditionnellement, le yoga est une préparation à cette pratique. Si l’on n’est pas fan, on essaie juste de rester déconnecté quelques minutes et de ne pas se précipiter sur son portable pour répondre à un mail ou passer un coup de fil juste après, par exemple. Certains apprécient aussi de se connecter à la nature après. N’est-ce pas le meilleur moment pour arroser ses plantes ? Le chemin pour rentrer après un cours ne serait-il pas plus agréable en passant par un parc ? 

 
Sans titre (4).png

5. Se faire du bien

Après un cours, il peut être agréable de maintenir une bulle de connexion avec son corps en se faisant une petite séance de soin : en prenant une douche ou un bain, en se faisant un masque, un gommage ou encore en se brossant le corps à sec… Tout ce qui pourrait nous faire du bien et nous détendre !  

À noter : S’il est important d’enlever sa tenue de sport assez rapidement – pour éviter la prolifération des bactéries et donc de petits désagréments -, il est préférable d’attendre que la température du corps soit légèrement redescendue pour prendre une douche chaude ou pour se faire un sauna.

 
Sans titre (5).png

6. Manger au bon moment

Même si ça nous arrive de temps en temps de manger un burger après le sport, on peut essayer de manger un peu léger et sain plus régulièrement. Plutôt que de se jeter sur un repas copieux direct après, on attend un peu que l’organisme se remette. Si on a une fringale, on opte pour un encas comme des fruits secs ou frais pour faire le plein de sucres naturels. Pour un vrai repas, on essaie d’attendre entre 30 et 45 minutes après une séance. Là, le corps sera plus à même de synthétiser ce dont il a besoin pour se réparer.

 

Merci à notre super prof Marion Chapon pour ses conseils !


Rencontrez nos professeurs qui pourront vous conseiller personnellement sur ces gestes post-pratique !

Retrouvez-nous partout en France grâce à la reprise des cours en salle !

Profitez dès maintenant du Pack Summer Boost à 55€ au lieu de 75€ !


Article 1.png

Bien s’hydrater : pourquoi et comment ?

Article 3.png

Vous recentrer

et vous régénérer : Take a deep

breath !

Article 2.png

Faut-il être végétarien pour faire du yoga ?

L’interview forme : Les secrets d’une hôtesse de l’air

Le métier d’hôtesse de l’air est très exigeant pour le corps : gérer les décalages horaires, la déshydratation, se tenir debout longtemps sur des chaussures à talon…  Pour rester en forme, le personnel de cabine a de nombreuses astuces pour prendre soin d’eux à bord, mais aussi et surtout, tout au long de l’année.

Aurélie Tardivel, hôtesse chez XL Airways depuis 13 ans et prof de yoga certifiée nous en dit plus sur ses secrets forme. 

 

Quelle est ta routine forme?


Il n’y a pas de secret : une bonne nuit de sommeil. Je fais du yoga le matin quand mon pic d’énergie est au plus fort. Et du yin yoga une fois par semaine, au minimum, pour relâcher les tensions dues au manque de sommeil liées à mon métier d’hôtesse de l’air.

 

En quoi est-ce un métier exigeant ?

Il faut être prêt à tout à n’importe quel moment du jour et de la nuit. Alors, avoir une bonne condition physique est un incontournable. Le yoga m’est aussi indispensable pour me maintenir en bonne santé que pour m’apporter le calme et la tranquillité nécessaire à la gestion des problèmes que l’on peut rencontrer dans l’avion. 

Nous sommes le baromètre de la cabine, si nous sommes nerveux, les clients le ressentiront.  Avoir un état émotionnel stable est donc un vrai must pour nous.

 

Comment tes 2 activités sont-elles complémentaires ?

Prendre soin des passagers ou des élèves est très important pour moi. Que ce soit en vol ou dans une salle de yoga, je veux que chacun ait l’impression qu’il a pu passer un moment dans un petit cocon de douceur. Pour moi l’humain est au cœur de ces deux métiers et c’est pour cela que je trouve qu’ils se complètent bien.

 

À quelle fréquence pratiques-tu le yoga ?


J’ai commencé le yoga à la naissance de ma fille en 2013. J’étais fatiguée et épuisée et j’avais vraiment besoin de me reconnecter à mon corps. Il y avait cet engouement dingue pour le yoga aux États Unis et je suis allée dans une salle à New York qui s’appelle Yoga To The People. Je suis tombée amoureuse de la pratique immédiatement. J’ai senti une grande liberté à exécuter les asanas au milieu de toutes ces personnes qui ne te jugent pas. Ce moment reste magique pour moi. Cette nuit là, j’ai dormi comme un bébé.

Depuis j’ai une pratique très régulière. J’ai un rendez-vous quotidien avec mon tapis même si ce n’est que pour dix minutes.

 
IMG_20210701_162947.jpg
 
 

Pratiques-tu d’autres activités sportives ?

Je monte beaucoup à cheval. Ma pratique du yoga m’a beaucoup aidé à mieux comprendre le rapport que nous avons avec cet animal et à être plus précise dans la façon dont je communique avec eux.

 

Suis-tu un régime particulier ?

article hôtesse de l'air.png

Je suis végétarienne, par principe pour la planète et les animaux. 

En ce qui concerne la gourmandise, je ne me limite pas. Je pense que le régime est la meilleure façon de ne jamais être satisfaite de son corps, alors que d’avoir un corps en parfaite santé est le plus beau cadeau qu’on puisse avoir. 

Je fais attention tout de même au choix des produits que je mets dans mon assiette et j’essaie de manger en conscience.

 

Selon toi, comment le soin du corps aide l’esprit ?

Pour moi, le corps et l’esprit ne sont pas séparés. J’ai de l’amour pour mon corps. J’aime la façon dont il bouge, j’aime sa forme. Je n’ai pas la silhouette d’un top-model, mais ça n’a pas d’importance. J’en prends soin en faisant du yoga et en m’octroyant des rituels de beauté quotidien. On ne peut pas être bien dans sa tête si on est malade, c’est pour ça qu’il est important de se connecter à la part physique de nous-mêmes.

 

Justement, quels sont tes secrets de beauté ?

J’en ai plein, mais le meilleur reste de s’aimer et aussi de boire beaucoup d’eau, surtout si vous voyagez en avion.

 

Quel est le meilleur conseil qu’on t’ait donné ? Et celui que tu ne te lasses pas de donner ?

De ne pas oublier que la vie doit être fun et décomplexée ! C’est aussi ce que j’essaie d’enseigner aux élèves. J’aime beaucoup utiliser un peu d’humour dans mes Vinyasa pour dédramatiser les asanas un peu plus compliquées, pour rappeler qu’échouer, c’est ok et que ça fait partie du process.

 
 

Retrouvez Aurélie sur son compte Instagram

Découvrez tous nos professeurs et nos cours en ligne, en salle et en extérieur et créez-vous votre propre routine bien-être avec OLY Be !


A lire également

article hôtesse de l'air (4).png

Bien s’hydrater : pourquoi et comment

article hôtesse de l'air (5).png

L’interview forme : les conseils d’une ostéopathe

Copie de Sans titre (17).png

Comment bien faire la sieste ?

Matin, midi, soir : Quel moment est le plus approprié pour faire du sport ?

Quel est le meilleur moment pour faire du sport ?

Voilà une question qui agite les sportifs depuis toujours et à laquelle il est difficile d’apporter une réponse préétablie. En effet, cela dépend vraiment des personnes, des pratiques et des bénéfices que chacun cherche à en tirer. Le plus important est de trouver celui qui nous convient, celui où on peut être le plus régulier, et de trouver la discipline adéquate pour chaque moment.

On vous fait un focus sur les différents avantages !

 

Faire du sport le matin

Sans titre (64).png

Le matin est idéal pour commencer la journée en douceur et réveiller l’organisme. On pense alors à bien étirer le corps et à commencer avec un rythme doux, avant, peut-être, de passer à un sport ou une pratique plus dynamique. Le métabolisme est alors boosté. Les endorphines, les hormones du bonheur, sont libérées pour nous faire passer une bonne journée et diminuer le stress. Il peut également avoir des effets bénéfiques sur les fringales et permettre un meilleur endormissement le soir. Dans ce cas, on évite de prendre un lourd petit-déjeuner avant, et on opte plutôt pour une collation légère, comme des snacks healthy, avant l’entraînement. En revanche, après, on n’oublie pas de recharger les batteries !

 

On fait quoi ?

Du yoga (le morning yoga ou energy boost d’OLY Be, du Yoga vinyasa ou encore de l’ashtanga Yoga…), du Pilates, des étirements avant notre sport préféré… 

Le risque ?

Mettre le réveil sur snooze et esquiver notre séance !

 

Faire du sport dans la journée


Deux créneaux sont particulièrement propices pour faire du sport, et notamment des pratiques assez dynamiques : en fin de matinée et dans l’après-midi, vers 16h-17h. À ces moments-là, les muscles sont bien réveillés et ont besoin d’être dégourdis, le corps est au top de son énergie et a besoin de se dépenser. De plus, cela semble les bons créneaux pour pratiquer les sports d’endurance ou les activités intenses et pour avoir une bonne marge de progression. La température corporelle est la plus élevée, le taux de testostérone est à son comble, ce qui offre de meilleures performances physiques, une souplesse et une force accrue. Le corps va donc pouvoir aller plus loin.

Sans titre (65).png
Sans titre (66).png
Sans titre (67).png

On fait quoi ?

Natation, course à pied, HIIT, danse, boxe, sports collectifs ou de précision…


Le risque ?

Etre au travail ou préférer aller en terrasse après.

 

Faire du sport le soir

Sans titre (68).png

Pratiquer une activité physique cardio le soir peut avoir des conséquences sur l’endormissement. Mais, cela peut dépendre de notre rythme chronobiologique. En effet, il est préférable de ne pas faire de sport intense moins de 4 heures avant de se coucher si c’est possible, en fonction de notre emploi du temps, bien sûr. Donc, si l’on est plutôt couche-tard, pas de problème ! Au contraire, cela peut avoir de nombreux bienfaits. Les corps et les muscles sont déjà échauffés et les risques de blessure peuvent alors être diminués. 

CONCOURS 21 juin (5).png

Si l’on est un adepte du sport en soirée, mais que l’on n’est pas vraiment du genre oiseau de nuit, on privilégie les pratiques plus douces. Dans ce cas, elles seront un excellent moyen de faire une coupure après le travail, de se détendre, de souffler et d’évacuer le stress de la journée.

 

On fait quoi ?

Si c’est tôt par rapport à votre heure de coucher habituel, tout ce que vous voulez. Si c’est moins de 4 heures avant, du yoga lent comme du yin ou du soft energy, des étirements, des pratiques calmes comme les sports nautiques doux.


Le risque ?

Faire une séance dynamique un peu trop tard et avoir des difficultés à s’endormir.


Les cours OLY Be vous accompagnent tout au long de la journée.

Le matin, le midi, le soir, en ligne ou en salle, il n’y a plus qu’à choisir !

Et vous, quand est-ce que vous préférez pratiquer ?


A lire également

Sans titre (71).png

Comment se lever plus tôt et en pleine forme

Sans titre (69).png

5 positions de yoga pour les coureurs

Sans titre (70).png

6 choses à faire avant de regarder son portable le matin

Les planches et coussins d'équilibre : torture ou coup de pouce ?

On les voit partout dans les magasins, les vidéos de sport ou encore en accessoires de cross training, les planches et coussins d’équilibre s’invitent de plus en plus dans les routines sportives.

Qu’est-ce que c’est ? À quoi ça sert ? Comment les utilise-t-on ?

OLY Be fait le point

 

Les planches et coussins d’équilibre peuvent faire peur et ressembler à des objets de torture. Et après votre première séance, vous pourrez peut être le penser au vue de vos courbatures !

Planche ronde et oscillante (avec un système de demi-sphère), plateau de Freeman qui penche d’avant en arrière uniquement, planche « rocker » avec un rouleau… Il existe différents modèles selon l’usage que vous voulez en faire.

 

Les avantages des planches d’équilibre

Les planches et coussins d’équilibre, aussi connus sous le nom de plateau de Freeman ou plateau de proprioception, ont de nombreux avantages, aussi bien sur l’équilibre, donc, que sur la proprioception, la musculation, la coordination et la récupération

Avant d’être utilisés par le grand public pour s’entraîner, ces accessoires étaient principalement réservés aux séances de kinésithérapie ou aux sportifs de haut niveau. Ils sont bien souvent utiles pour se remettre de blessures, pour les prévenir ou pour réduire les traumatismes sur les articulations liés à une pratique sportive intensive. On gagne en mobilité, en agilité, en flexibilité et en équilibre. Les raideurs sont diminuées et la souplesse augmentée.

Comme les muscles profonds sont stimulés, il y a un réel bénéfice sur la posture et le maintien. Aussi, l’ensemble du corps est gainé, les abdominaux sont tonifiés, les différents groupes musculaires du bas du corps sont sollicités, et selon les exercices, il peut également y avoir des bienfaits sur les bras et le dos.

Il a également été prouvé que ces exercices avaient un impact positif sur la concentration (en sollicitant les deux hémisphères du cerveau), la coordination, les réflexes et sur la connexion entre le corps et l’esprit.

 

L’info en plus : qu’est-ce que c’est que la proprioception ? 

On en entend beaucoup parler ces derniers mois, mais le terme de proprioception est assez souvent mal compris. Contrairement à ce que certains pourraient penser, elle est différente de l’équilibre. La proprioception peut parfois être considéré comme le sixième sens du corps puisqu’elle consiste à la perception des informations provenant des muscles, os et articulations pour percevoir la place et les mouvements de notre corps dans l’espace. Travailler cet aspect-là permet donc à notre cerveau de mieux comprendre les changements et s’adapter en conséquences, en jouant sur l’équilibre parfois ! 

 
Sans titre (43).png
 
 

Comment on en fait ?

La maîtrise des planches d’équilibre est progressive. Vous pouvez en faire dans le cadre d’une rééducation, pour vous gainer, de manière indépendante ou en l’intégrant dans vos exercices sportifs pour vous muscler davantage. L’idéal est de monter dessus assez régulièrement. Pourquoi ne pas essayer d’en faire 10 minutes par jour pour voir des résultats assez rapidement ? 

Vous pourrez ensuite aller plus loin que simplement jouer sur l’équilibre-déséquilibre en essayant de faire des fentes ou des squats dessus. Pour travailler le haut du corps, vous pouvez faire la planche de gainage ou des pompes avec. 

 
Sans titre (39).png

Exercice 1 : les fentes

Placez le pied gauche à plat sur la planche d’équilibre à l’avant. Écartez les jambes et placez votre pied droit à l’arrière dans l’axe, talon décollé. Comme pour une fente classique, pliez les jambes jusqu’à obtenir un angle de 90°. Remontez. Faites une série, puis changez de jambe.  

 
Sans titre (41).png

Exercice 2 : les squats

Montez sur la planche, les deux pieds à plat, écartés largeur des épaules. Pliez les jambes et descendez les fessiers vers l’arrière en maintenant le dos droit. 

Vous pouvez également intensifier l’exercice en faisant des séries de squats avec un pied sur la planche et l’autre non.

 

Exercice 3 : le gainage

Sans titre (42).png

La planche, vous maîtrisez ? Essayez de booster votre gainage en la faisant avec cet accessoire ! Placez les mains sur les côtés de la planche et tenez-la fermement. Éloignez les pieds et crochetez les orteils pour avoir une bonne prise. Serrez les fessiers et les abdos et maintenant le dos droit, omoplates serrées et épaules éloignées des oreilles.


Venez travailler votre équilibre avec nos cours de Pilates et de Yoga !

Profitez de la réouverture des salles pour venir pratiquer avec un professeur et perfectionner votre proprioception !

En ce moment, profitez d’un cours offert pour tout cours réservé entre le 9 et le 16 juin, alors rejoignez la Team OLY Be !


A lire également

Sans titre (44).png

Qu’est ce que la spirothérapie ?

Sans titre (46).png

Les bonnes réponses aux anti-yoga

Sans titre (45).png

L’interview forme d’une ostéopathe

5 postures de yoga pour un ventre plat

En travaillant les muscles profonds (abdominaux en tête) et en réduisant le stress, le yoga permet de s’affiner et de limiter le stockage des graisses, et plus particulièrement au niveau de l’abdomen si l’on réalise des postures ciblées. Plus que des positions pour perdre du ventre, (spoiler alert : pour ça, il faut ajuster un peu son alimentation et se dépenser), on vous donne les astuces pour le rendre plus tonique et pour booster la digestion 

 

Le cobra

Les bienfaits : La posture du cobra est idéale pour étirer les muscles du ventre et la colonne vertébrale. Elle permet également de tonifier les bras, les épaules et le dos. 

Comment on fait ?

Allongé sur le ventre, jambes tendues et bassin ancré dans le sol. Posez les mains au-dessous des épaules puis poussez dans vos bras en expirant pour soulever le buste. Regardez devant vous pour ne pas « casser » la nuque. Maintenez la position sur plusieurs cycles de respiration. N’hésitez pas à aller plus loin au fur et à mesure si votre corps le permet. 

 
Sans titre (36).png
 

Le petit plus : Si vous manquez de flexibilité dans le dos, éloignez les mains du corps en les plaçant vers l’avant du tapis. Plus elles seront loin, moins la flexion sera grande.

 

La planche

Les bienfaits : La planche est l’une des positions championnes du gainage. Elle permet de renforcer l’ensemble de la sangle abdominale, mais aussi les bras, épaules, jambes et fesses ! Un tout-en-un non négligeable !

Comment on fait ? À quatre pattes, placez les mains sous les épaules, doigts écartés pour avoir un meilleur appui. Crochetez les orteils et tendez les jambes vers l’arrière. L’ensemble de votre corps doit être aligné, ne creusez pas le dos et maintenez la nuque dans le prolongement de la colonne. Pensez à serrer les omoplates et à éloigner les épaules des oreilles. Tenez sur plusieurs respiration en contractant les abdos (aspirez votre nombril !), les fessiers et le périnée. Redescendez sur le ventre en contrôlant la descente (c’est bon pour les bras !), puis remontez et maintenez de nouveau. 

 
Sans titre (32).png
 

Le petit plus : Si vous souhaitez intensifier l’exercice, passez sur vos coudes lorsque vous êtes en planche, maintenez quelques respiration, puis remontez en planche classique. 

 

Pour aller plus loin : Vous pouvez compléter avec une déclinaison latérale, qui permettra de faire travailler le grand droit et les obliques en plus. Depuis la position de la planche, faites pivoter votre corps sur le côté droit en répartissant votre poids sur la tranche du pied droit . Vous pouvez mettre vos pieds l’un devant l’autre ou augmenter la difficulté en les superposant. Levez votre bras gauche, dirigez votre regard vers lui et étirez vos hanches en hauteur. Maintenez sur plusieurs cycles puis changez de côté.

 

Le bateau 

Copie de Sans titre (27).png

Les bienfaits : Le bateau fait travailler directement les abdos et limite le mécanisme de stockage des graisses de la taille tout en faisant travailler le dos.

Comment on fait ? 

Assis, les pieds à plat sur le sol, genoux pliés. Penchez le dos vers l’arrière puis montez les jambes avec les abdominaux, l’une après l’autre. Veillez à garder le dos bien droit à partir des hanches. Tendez les bras de chaque côté. Vous pouvez réaliser le bateau avec les jambes pliés parallèle au sol ou tendues, ce qui est un peu plus difficile. Maintenez plusieurs cycles de respiration, puis posez les jambes. Faites ensuite remontez votre bateau plusieurs fois. 

Copie de Sans titre (26).png

Pour aller plus loin : une fois installé dans votre bateau, descendez votre dos sans poser vos épaules et descendez également vos jambes, sans toucher le sol. Restez 2-3 respirations puis remontez. 

 

L’arc

Les bienfaits : À l’instar du cobra (mais aussi du chameau ou du pont), l’arc est parfait pour étirer l’avant du corps, et donc, l’ensemble du ventre, et aussi le dos et pour ouvrir la poitrine et la cage thoracique. Les abdominaux sont renforcés et si vous effectuez des mouvements de balancier, cette position peut apporter un massage bienvenu à vos organes (foie et reins en tête) et booster votre système digestif.

Comment on fait ? 

Allongé sur le ventre, les jambes tendues au sol. Pliez les genoux et étirez vos bras vers l’arrière par l’extérieur pour attraper vos chevilles, ou le bas de votre pantalon si votre souplesse ne vous permet pas d’aller si loin. Inspirez puis serrez les fessiers, courbez le dos pour relever la tête et les épaules. Maintenez en respirant profondément. Redescendez les bras et les jambes lentement en accompagnant le mouvement. 

 
Sans titre (38).png
 

Pour aller plus loin : Vous pouvez faire un mouvement de balancier léger. 

 

Genoux-poitrine ou la libération des vents

Les bienfaits : Cette posture permet de masser les organes internes du ventre, de réduire l’acidité et de faciliter la digestion et le transit tout en étirant le dos et les lombaires. Elle a également un fort pouvoir anti-stress et permet de se recentrer.  

Comment on fait ? 

Allongé sur le dos, les jambes tendues au sol et les bras le long du corps. Remontez les genoux pliés vers la poitrine en expirant, collez vos cuisses contre votre abdomen et enlacez-les de vos bras. Remontez votre tête et formez une petite boule. Respirez par le ventre de manière profonde et lente en maintenant la position sur plusieurs cycles.

Pour aller plus loin : Vous pouvez effectuer des petits mouvements pour masser vos organes ou réalisez la posture une jambe après l’autre. 

Sans titre (33).png
Sans titre (34).png
 

Enfin, notre dernier conseil incontournable pour un ventre tonique :

respirez, respirez, respirez, respirez !


Venez pratiquer avec nos professeurs partout en France avec la reprise des cours en salle !

L’occasion idéale pour leur demander tout leurs tips spécial ventre plat.


à lire également

Copie de Sans titre (23).png

Qu’est ce que la spirothérapie ?

Recettes healthy (3).png

4 recettes de snack healthy et sexy

Copie de Sans titre (29).png

5 postures de yoga qui nous aident à bien digérer

Qu’est-ce que c’est : la spirothérapie ?

La spirothérapie, ou thérapie par le souffle, est une pratique axée sur le contrôle de la respiration qui permet d’agir sur l’équilibre et le bien-être physique, émotionnel et mental.

Comprendre cette fonction, les bienfaits de ce travail, comment s’y mettre… OLY Be vous dit tout !

 

Qu’est-ce que c’est ? 

La spirothérapie a été imaginée par Samuel Ganes en 2015, mais repose sur les principes ancestraux védiques et s’appuie sur la philosophie de pranayama, bien connue des yogi : du terme « prana » la respiration et « yama » maitrise, régulation. 

 
Sans titre (28).png
 

Cette pratique consiste en un ensemble de techniques de respiration, et d’un peu de cohérence cardiaque, pour gagner en bien-être physique et mental. La respiration est un mécanisme réflexe autonome. À l’inverse d’autres fonctions végétatives comme la digestion ou la circulation sanguine, on peut réellement intervenir dessus. La spirothérapie passe aussi, et avant tout, par une meilleure compréhension de cette fonction : son fonctionnement physiologique, l’intérêt du diaphragme, des abdominaux, des muscles intercostaux, ce qui se passe à l’inspiration, à l’expiration, comprendre les 4 phases de la respiration, le rôle de l’oxygène ou du dioxyde de carbone dans le métabolisme, l’équilibre à trouver entre les deux…

 

Une pratique aux nombreux bienfaits

Copie de Sans titre (9).png

La respiration joue un rôle très important dans le bien-être et la spirothérapie donne les clés pour en tirer tous les bénéfices. En temps normal, on utilise seulement 20 à 30% de notre capacité pulmonaire. Après 5 minutes de spirothérapie, ce chiffre augmente à 80-90 % !

Réduction du stress, meilleure digestion, boost du système cardiovasculaire, gain d’énergie, et même parfois, réduction des inflammations… Les bienfaits sont nombreux et les exercices peuvent s’adapter aux besoins du moment.

Vincent, prof de spirothérapie pour OLY Be adapte ses séances en fonction du moment de la journée : « Quand je donne des cours le matin, je vais donner des techniques pour favoriser le réveil et qui booste l’activité cérébrale. Il existe un rituel d’hygiène où l’on va nettoyer les poumons, se débarrasser de l’air vicié, qui stagne au fond. Alors que le soir, on utilisera plus des techniques qui jouent sur la détente viscérale, avec le diaphragme qui vient masser toute cette sphère pour favoriser la détente musculaire et l’endormissement ».

 

Comment ça marche ?

« Quand on comprend que la respiration intervient sur les déséquilibres métaboliques, on peut travailler beaucoup de choses, en travaillant sur la fréquence et l’amplitude de nos respirations » explique Vincent. Une action très directe et assez puissante est donc menée sur le fonctionnement métabolique et de nos organes. 

 

Et en pratique ?

Il n’est pas toujours facile de respirer, certains exercices de spirothérapie peuvent même être vraiment difficiles. « Il y a de l’endurance à acquérir, de la coordination à trouver, cela se fait au fur et à mesure » poursuit le prof.

Il faut donc avoir de la patience et de la bienveillance envers soi, mais il est assez facile de s’y mettre en commençant à respirer en conscience le plus souvent possible.

Pour commencer, il est nécessaire d’être bien installé, dans un lieu calme. Dans l’idéal, assis sur un tapis, un coussin de méditation ou une chaise, les ischions bien ancrés, le bassin et le dos droits, les épaules éloignées des oreilles et la nuque alignée. L’idéal est de se laisser guider pour les débuts. 

Tout le monde peut pratiquer, mais il existe quelques contre-indications pour les personnes ayant subi des chirurgies récentes, les femmes enceintes ou ayant des problèmes de tension.

 

3 exercices à adopter :

Vous pouvez commencer par appréhender l’écoute et le ressenti de l’air qui passe dans vos poumons et tenter de mettre en place des exercices de respiration comme : 

Copie de Sans titre (23).png

Sama vritti

- La respiration carrée (Sama vritti) où les 4 phases de respiration sont égales. Inspirez sur 4 à 8 temps, bloquez poumons pleins sur le même nombre, expirez de la même manière et retenez poumons vides sur le même rythme. Répétez l’opération plusieurs fois pour gagner en détente. 

Vishama vritti

- Cette respiration repose sur les mêmes 4 phases que la respiration carrée, mais les temps sont différents. Commencez par inspirer sur 4, retenez poumons pleins sur 8, expirez sur 8 puis retenez poumons vides sur 8 aussi. 

Copie de Sans titre (22).png

LA respiration alternée

- La respiration alternée : avec la main droite, mettez le pouce à côté de la narine droite et l’annulaire à côté de la gauche. Bouchez la narine droite avec le pouce, inspirez par la gauche, bouchez-la, retenez une seconde, débouchez la droite et expirez par-là, inspirez par la droite, bouchez-la, retenez une seconde, débouchez la gauche et inspirez. Recommencez plusieurs cycles.   


Merci beaucoup à Vincent pour son témoignage très enrichissant !

Si vous êtes curieux et voulez en apprendre encore plus sur la spirothérapie, venez suivre les cours de Vincent et réservez dès maintenant sur OLY Be !

 
 

à LIRE ÉGALEMENT

Copie de Sans titre (21).png

Respirer pour relâcher le stress

madison-lavern-4gcqRf3-f2I-unsplash.jpg

3 techniques de respirations pour 3 besoins différents

Copie de Sans titre (15).png

Take a deep breath : Yoga, méditation et relaxation

Comment bien faire la sieste ?

Souvent délaissée à l’âge adulte ou réservée aux occasions spéciales en lendemain de soirée ou après un gros repas, la sieste a pourtant de nombreuses vertus. Moment adéquat, durée idéale…

On vous donne les secrets pour en tirer tous les bénéfices !

 

Les bienfaits de la sieste

Copie de Sans titre (11).png

Booster le système immunitaire

En offrant un petit supplément de sommeil, la sieste contrecarre les effets négatifs du manque : fatigue, stress, irritabilité, prise de poids, diminution de l’attention et de la concentration. Le système immunitaire, les fonctions cognitives, comme la mémoire, et l’endurance physique sont boostés.

Copie de Sans titre (10).png

Réduire le stress

C’est un fait que l’on adore : la sieste réduit le stress. Grâce à cela, les études ont démontré que cela aurait donc tendance à réduire le risque d'accidents cardiaques et de maladies cardiovasculaires. Une diminution de 30% aurait même été constatée chez ceux qui la pratique régulièrement, environ 3 fois par semaine !

Copie de Sans titre (9).png

Stimuler l’énergie

Pour se réveiller, l’organisme produit de l'adrénaline et la noradrénaline, deux hormones qui stimulent le rythme cardiaque, et donc l’énergie.

Copie de Sans titre (12).png

Développer sa créativité

Comme on reste dans un sommeil plus léger, l’inconscient travaille davantage et donc la créativité et la pensée libre sont stimulées. Des idées ou solutions inconscientes deviennent alors plus accessibles.

La sieste ne convient pas forcément à tout le monde, mais cela peut fortement valoir le coup d’essayer ! Encore faut-il mettre toutes les chances de son côté…

 

Où ? Quand ? Comment ?

La sieste idéale est bien évidemment celle qui vous convient. Chacun est différent face à la sieste. Toutefois, de nombreuses études en ont tracé les grandes lignes. Bien souvent, elle se pratique après le déjeuner, en pleine digestion. Ce phénomène est liée à notre organisme et au rythme circadien du corps. Une hormone est secrétée, comme un signal qu’il est temps de dormir, qui nous rend somnolent et moins éveillé en milieu de journée. Ce processus se passe généralement entre 13h et 17h, l’heure idéale donc pour faire un somme ! À noter, plus la sieste sera faite tôt, moins il y aura de risque qu’elle affecte la nuit suivante.

 
Sans titre (21).png
 

Pour réussir à vous reposer sereinement, choisissez un endroit calme et de préférence sombre. Dans l’idéal, éloignez les écrans ou autres perturbateurs de sommeil et mettez votre téléphone en mode avion. Comme pour le coucher, vous pouvez mettre en place un rituel de sieste au fur et à mesure qui vous permettra de vous endormir plus facilement et d’en tirer le plus de positif.

Pour la position, c’est comme vous le sentez, même si allongé semble le mieux, le plus important est que vous ressentiez un certain confort.

Côté timing, la durée idéale est entre 10 et 20 minutes pour éviter de rentrer dans un sommeil lent profond. En restant dans une phase légère, l’organisme n’a pas de mal à se remettre en route après. Si elle est trop longue, le risque est bien souvent de se trouver un peu « vaseux » ensuite et d’avoir des difficultés à dormir la nuit qui suit. Pour s’y tenir, vous pouvez programmer un réveil ou adopter une technique plus insolite : tenez dans votre main un objet métallique ou des clés. Lorsque votre sommeil sera plus profond, vous aurez tendance à le lâcher et le bruit de la chute vous réveillera au bon moment !

Contrairement à ce que l’on aurait tendance à penser naturellement, certains professionnels recommandent de boire un café avant ! En effet, la caféine met environ 20 minutes à agir et interviendra donc au moment opportun pour nous apporter un petit coup de boost au réveil.

Si vous avez dépassé les 30 minutes ou que vous ressentez le besoin d’une sieste plus longue, essayez de dormir autour d’1h30, soit le temps d’un cycle de sommeil complet.

 
Copie de Sans titre (15).png

Ne vous mettez pas la pression pour vous endormir si le sommeil ne vient pas. Surtout, ne produisez pas de stress inutile et cherchez simplement à vous détendre. Vous pouvez essayer de vous concentrer sur votre respiration ou pratiquer quelques exercices de sophrologie ou auto-hypnose. Pour vous apaiser immédiatement et vous endormir plus facilement, vous pouvez essayer la méthode de respiration carrée : vous inspirez sur 4 ou 7 temps, vous bloquez poumons pleins pendant le même intervalle, vous expirez sur le même rythme, vous bloquez poumons vides le même temps. Trouvez le rythme qui vous convient et répétez l’opération autant que nécessaire.

 

Le sommeil en quelques chiffres :

Selon une enquête de Santé Publique France « Le temps de sommeil en France » publiée en 2019 (mais sur une étude réalisée en 2017) les Français dorment en moyenne 6h55 par nuit, 6h42 en semaine et 7h26 le week-end. 25 % se déclarent somnolents et 1 français sur 4 ferait la sieste au moins une fois par semaine, d’une durée moyenne de 50 minutes.


Optimisez votre sommeil avec OLY Be !

Découvrez le Yoga du sommeil, la sophrologie et la méditation.

Retrouvez-nous quand vous le souhaitez en LIVE ou en REPLAY


à lire également

Copie de Sans titre (19).png

La puissance de vos pensées

Copie de Sans titre (20).png

La sophrologie qu’est ce que c’est ?

Copie de Sans titre (21).png

3 techniques de respiration pour 3 besoins différents

4 recettes de snack healthy et sexy

Une petite faim dans le courant de la matinée ou dans l’après-midi ?

Dans ce cas, on a facilement tendance à avoir envie de grignoter tout ce qui nous passe sous la main pour tenir jusqu’au prochain repas.

Si de temps en temps, on peut évidemment craquer pour un paquet de Granola ou un pain au chocolat tout chaud de la boulangerie, on peut aussi se faire plaisir avec des douceurs plus saines ! Ainsi, on peut profiter de nos encas pour faire le plein de gourmandises et de bons nutriments, sans se priver.

Voici les recettes préférées de la team OLY Be pour un snack aussi savoureux que rassasiant ! 😉

Et si vous n’avez pas le temps de cuisiner, vous pouvez toujours vous faire plaisir en grignotant une poignée de fruits secs, un yaourt avec des fruits ou encore des crudités fraîches !

 

Pour recharger les batteries : energy balls aux dattes et amandes 

Recettes healthy.png

Ingrédients :

200 g de dattes bien charnues, type Medjool

100 g d'amandes

2 c. à soupe de cacao amer

1 c. à soupe de purée d'amandes

1 c. à soupe d'huile de noix de coco

1 pincée de sel

Concassez les amandes. Mettez tous les autres ingrédients dans un mixeur puis mixez jusqu’à obtenir un mélange homogène. Ajoutez les amandes concassées et formez des petites boules à l’aide d’une cuillère.

Conservez au frais minimum une heure. Vous pouvez les gardez quelques jours dans une boîte hermétique au frigo.

✨Le truc en plus d’OLY Be ✨ 

Variez les plaisirs en ajoutant selon vos goûts des copeaux de noix de coco ou remplacez les amandes par les fruits secs de votre choix

Pourquoi c’est healthy ?

Bien que très sucrées, les dattes sont parfaites pour combler nos pulsions sans craquer pour des sucres raffinés. Les energy balls sont un excellent coupe-faim. En effet, il n’y a pas besoin d’en manger 3 pour être rassasié, et comme elles sont crues, tous les nutriments des ingrédients que l’on met dedans sont préservés.

 

Pour les GOURMANDS  : des cookies vegan aux flocons d’avoine

Recettes healthy (1).png

Ingrédients :

225g de flocons d’avoine

2 bananes bien mûres, écrasées

125g de beurre de cacahuète

1 c. à soupe de sirop d’érable

1 c. à soupe d’huile de coco

80 g de graines, fruits secs ou pépites de chocolat de votre choix


Préchauffez votre four à 180°C. Mélangez les flocons d’avoine avec les bananes puis ajoutez le beurre de cacahuète, le sirop d’érable et l’huile de coco. Mélangez jusqu’à obtenir un mélange homogène, puis incorporez les suppléments de votre choix.

Recouvrez une plaque de papier cuisson, puis formez des petites boules de pâtes. Pour des beaux cookies, aplatissez-les légèrement, mais laissez leur une certaine épaisseur.

Faites-cuire 15 minutes jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés.

✨Le truc en plus d’OLY Be ✨ 

Innovez dans les garnitures de vos cookies : graines de courge, de lin ou de tournesol, pépites de chocolat noir, blanc ou au lait ou encore cranberries, raisins secs, noix de cajoux, de pécan… Vous pouvez même remplacer le beurre de cacahuète par un beurre d’amande ou de cajou. Laissez libre court à votre imagination pour vous faire plaisir !

Pourquoi c’est healthy ?

Sans sucre ajouté ni raffiné, ces cookies sont délicieux ! Ils comblent à merveille les envies de grignotage tout en nous permettant de faire le plein de fibres (grâce aux flocons d’avoine), de vitamine B6 et potassium (merci la banane), de protéines et de bons gras (le beurre de cacahuètes n’est pas notre ennemi) !

 

Pour les becs salés : avocado Toast

Recettes healthy (2).png

Ingrédients :

Une tranche de pain complet

Un demi-avocat

De la féta ou du fromage frais

(Un œuf poché, du bacon, du saumon ou autres selon votre appétit)

Coupez l’avocat en lamelles et émiettez la feta. Faites griller votre pain, tartinez éventuellement de fromage frais et déposez-y les ingrédients.

Vous pouvez ajouter un œuf poché, du bacon, du saumon, des fines tranches de radis ou tout ce qui vous passe par la tête selon votre faim.

Pour plus de gourmandise, arrosez d’un filet d’une bonne huile d’olive, mais l’avocat étant déjà assez gras, ce n’est pas du tout nécessaire.

✨Le truc en plus d’OLY Be ✨ 

Si vous êtes fan de tartines, mais plutôt amateur de sucré, vous pouvez opter pour une combinaison de beurre d’oléagineux avec des tranches de pomme ou de banane.

Pourquoi c’est healthy ?

Les toasts à l’avocat sont très nourrissants et permettent de faire le plein d’énergie sur le long terme puisque leur index glycémique reste assez bas.

L’avocat est riche en bonnes graisses, en oméga-9, en vitamines (B9) et en minéraux. Le pain complet, permet de son côté, d’apporter des fibres. Ensuite, selon les ingrédients que vous y ajoutez, les nutriments seront différents. Le saumon fumé est top pour le fer, le phosphore et les vitamines, la féta est, quant à elle, riche en protéines.

En bonus, vous pouvez y ajouter les graines de votre choix pour booster le tout !

 

Pour mettre du soleil dans sa journée : un acaï bowl

Recettes healthy (3).png

Ingrédients :

100 g de purée d’acaï surgelée

½ banane

10 cl de lait végétal ou non au choix (amande, avoine, noisette…)

Des fruits de saison

Du granola

Toppings infinis selon vos envies

À l’aide d’un robot, mixez la purée d’acaï (encore surgelée ou non selon si vous souhaitez un goûter plus ou moins glacé), la banane et le lait jusqu’à obtenir un mélange crémeux. Versez dans un bol et agrémentez de fruits frais et colorés coupés en lamelles, de flocons d’avoine ou de granola, et de tout ce qui est de saison et qui vous fait plaisir.

✨Le truc en plus d’OLY Be ✨ 

N’hésitez pas à garnir vos bowls avec des fruits surgelées pour faire le plein de vitamines et de couleurs ! Bien conservés, ils gardent tous les nutriments et bienfaits.

Pourquoi c’est healthy ?

L’acaï est une baie brésilienne considérée comme un super-aliment grâce à sa haute teneur en antioxydants.

Sous nos latitudes, vous pouvez la trouver en poudre (dans ce cas, augmentez les doses de banane et de lait) ou sous forme de purée surgelée, la meilleur option pour de jolis bowls au bon goût d’acaï.


N’hésitez pas à partager vos recettes perso et vos astuces anti-grignotage ! ☀

 
Recettes healthy (4).png

Les super-aliments sont-ils si supers ?

Recettes healthy (5).png

L’interview forme : les secrets d’une ostéopathe

Recettes healthy (6).png

Faut-il forcément être brocolis addict quand on fait du yoga ?

 

L’interview forme : les secrets d’une ostéopathe

L’ostéopathie est une pratique qui vise à améliorer de nombreux troubles corporels, - qu’ils soient musculosquelletiques, cardiovasculaires, digestifs, nerveux… Après avoir analysé la posture, les tensions ou les déséquilibres, l’ostéopathe manipule  de manière externe pour soulager, soigner ou offrir plus de confort à ses patients. Le soin du corps est au cœur de la démarche, c’est pourquoi, chez OLY Be, on s’est dit que ce serait intéressant d’avoir les astuces d’un professionnel pour être plus en forme. 

Rencontre avec Laura Retman, ostéopathe & prof de yoga !  

 

Quelle est ta routine forme ? 

Copie de Copie de Sans titre.png

Mon emploi du temps change tous les jours. Mais, il y a des choses que j’aime faire, car elles me procurent du bien-être. Par exemple, boire de l’eau tiède tout au long de la journée. Ça m’apporte énormément de réconfort, comme un chaud doudou. J'aime également pratiquer le brossage à sec (ou lymphatique) afin d’activer le système lymphatique. Je ne le pratique pas tous les jours, mais dès que je le fais, je me sens comme neuve ! Ça fait un bien fou ! Il y a un sens de brossage à suivre afin de favoriser l’évacuation de la lymphe.

Depuis quelques semaines, j’apprends à m’imposer des “routines” non négociables pour maintenir mon niveau d’énergie. J’aime tellement mes métiers d’ostéopathe et de professeur de yoga, que je peux parfois me laisser submerger par des demandes.

Je tente de plus en plus de me mettre des limites pour tenir sur le long terme. 

 

En tant qu'ostéopathe, as-tu des éléments incontournables pour être en bonne santé ?

J’accorde un point d’honneur à l’aspect digestif. Lorsque ça ne va pas au niveau de notre ventre, ça va immédiatement impacter notre humeur. Pour avoir un transit régulier, rien de tel que des conseils simples à appliquer au quotidien : boire de l’eau tiède le matin à jeun, augmenter sa consommation de fibres, mais surtout, boire régulièrement tout au long de la journée, sinon les fibres vont s’accumuler et créer des ballonnements. Avoir une activité physique tous les jours est également important. De la marche rapide suffit amplement pour activer la mobilité intestinale. Le yoga aide aussi beaucoup.

 
Copie de Copie de Sans titre (2).png
Copie de Copie de Sans titre (1).png
 

Un autre conseil que je pourrai donner, c’est de faire attention à sa posture. On ne s’en rend pas compte, mais on est en train de devenir une génération d’hypercyphosé, c’est-à-dire de façon moins jolie, de dos voûté ! La cause de tout ça ? Nos téléphones portables, et l’activité bureautique. Au-delà de se tenir droit, j’invite les personnes à imaginer que le sommet de leur crâne se dirige vers le ciel : ainsi, la colonne vertébrale est alignée et redressée, mais sans modifier les courbures physiologiques de notre dos.

Il n’existe pas de mauvaise posture, mais la mauvaise posture est celle que l’on va garder trop longtemps ! Le corps humain n’aime pas la sédentarité.

 

Quels sont les liens entre l’ostéopathie et le yoga ?

Un des principaux points commun est la respiration ! Le fondateur de l’ostéopathie, Andrew Taylor Still, ne parlait quasiment que du diaphragme (le principal muscle de la respiration) et en yoga, la respiration est plus importante que les postures. Si on enchaîne les asanas sans respirer, on fait du sport, pas du yoga !

La vision holistique de l’ostéopathie est également la même qu’au yoga : on pense corps et esprit, on ne dissocie pas l’un de l’autre.

Copie de Copie de Sans titre (3).png

Mes cours de yoga se nourrissent énormément de mes connaissances en ostéopathie. Je donne d’ailleurs des explications sur la physiologie du corps et sur son anatomie à mes élèves, quand ils pratiquent certaines postures. Idem pendant mes séances d’ostéopathie, le yoga y est très présent. C’est très fréquent que je donne en conseil post séance une vidéo de yoga à faire à mes patients, ou que je leur fasse part d’une philosophie du yoga en rapport avec leur problématique.

 

Et justement, comment le soin du corps aide l'esprit ?

Copie de Copie de Sans titre (5).png

En ce qui concerne les soins, passer par le corps va permettre au mental d’être plus apaisé. En effet, la détente du corps peut grandement aider à délier des choses psychiques enfouies, qui ne veulent pas sortir, et ainsi aider à délier la parole. En tant qu’ostéopathe, on pourrait penser que je m’occupe de relâcher les tensions physiques de mes patients, mais en réalité, ça va bien au-delà. Toutes les expressions que l’on utilise telles que « j’ai une boule dans la gorge », « j’en ai plein le dos », ne sont pas anodines !

Ce que j’aime avec mon métier, c’est qu’on se base sur des choses très cartésiennes (l’anatomie et la physiologie du corps), et à partir de cette base très solide, on peut aller chercher plus loin, dans la sphère psychosomatique par exemple.

 

À quelle fréquence pratiques-tu le yoga ?

Je pratique le yoga tous les jours ! En fait, la plupart des personnes associent le mot yoga à asanas, c’est-à-dire aux postures physiques. Mais en réalité, le mot yoga c’est un terme qui regroupe 8 branches, et parmi elles il y a les asanas, mais il y a également les pranayamas (la respiration), dhyana (la méditation), ainsi que d’autres choses. De ce fait, je pratique le yoga tous les jours, car même s’il m’arrive certains jours de ne pas pratiquer d’asanas, je vais quand même méditer, ou bien faire des exercices de respirations.

 
YOGA ENFANTS (10).png
 
 

Quel est le meilleur conseil que l'on t'ait donné ?

Le meilleur conseil que l’on m'ait donné est qu’une pensée que l’on n’entretient pas, ne dure que quelques secondes. Alors passons vite à autre chose lorsque quelque chose nous tracasse, pour notre bien-être mental et physique, en évitant aussi par la même occasion l’installation de tensions que ce tracas pourrait engendrer.

 

Et celui que tu ne te lasses pas de donner ?

Au cabinet, je ne me lasse pas d’expliquer aux patients la balance entre le système nerveux sympathique et parasympathique. Aucun des deux n’est meilleur, mais ils doivent s’équilibrer. Le sympathique, régi par l’hormone adrénaline, nous permet de survivre face à un danger. Le parasympathique, dirigé par le nerf vague, est notre système de repos, de digestion, de reproduction. Il faut donc prendre la mesure de leur importance puis les rééquilibrer. Dans les deux cas il existe des choses à faire. Pour ne citer qu’un exemple, si on a été sur un mode de repos toute la journée, sortir faire une marche un peu rapide peut permettre d’activer le système nerveux sympathique. À l’inverse, si on a été sur les nerfs toute la journée, effectuer des exercices de respiration va activer notre nerf vague et donc permettre à notre système nerveux parasympathique de se mettre en fonction.


Merci à Laura pour ses précieux conseils et son partage !

 
Copie de Copie de Sans titre (7).png

Bien s’hydrater : pourquoi et comment ?

Copie de Copie de Sans titre (9).png

Les 5 postures de Yoga qui nous aident à bien digérer

Copie de Copie de Sans titre (10).png

6 choses à faire avant de regarder son téléphone portable le matin

Le yoga pour les enfants

L’annonce est tombée, les écoles ont fermé et les enfants sont de nouveau à temps complet à la maison…

En plus de les occuper et de leur permettre de canaliser leur énergie, le yoga s’avère être une activité particulièrement adaptée pour les apaiser en cette période particulière.

On vous explique comment les initier 😉

 

Quels sont les avantages ?

YOGA ENFANTS (1).png

Le yoga a de nombreux bienfaits pour nous, alors pourquoi n’en serait-il pas de même pour les enfants ? Pratiqué de manière ponctuelle, il va leur apporter une détente immédiate tout en les amusant. Petit à petit, ils apprendront à mieux connaître leur corps, à respirer et à se canaliser, de manière consciente ou non, mais aussi à apprivoiser et à dompter leurs émotions.

Sur le long terme, il aura des réels bénéfices sur certains troubles de l’anxiété, digestif ou du sommeil et leur apportera davantage de confiance et de concentration. D’un point de vue physique, cela les aidera à gagner en mobilité, en souplesse, en flexibilité de la colonne vertébrale et en équilibre.

 

Pour qui ?

Tous les enfants peuvent pratiquer le yoga. À partir de 5-6 ans, ils commenceront à avoir une meilleure disposition et pourront faire des séances plus abouties, mais les plus jeunes peuvent tout à fait essayer certaines positions avec vous en vous imitant.

La pratique est aussi bien pour les timides qui ont besoin de se libérer et de s’affirmer que pour les hyperactifs qui ont besoin de se calmer et se poser.

 

Comment leur présenter ?

YOGA ENFANTS (2).png

À mille lieux des clichés que peuvent avoir certains adultes, les enfants n’auront pas d’idées préconçues sur le yoga ! Il suffit donc bien souvent de le pratiquer avec eux au début et d’en faire un moment fun et privilégié. Plutôt que de faire des enchainements dynamiques, commencez par les familiariser avec leur corps en leur faisant faire les postures une par une. Le fait de les tenir quelques instants pourra également avoir des bénéfices sur leur patience. Vous pouvez également les inscrire à un cours pour qu’il fasse de ce moment, un temps pour eux.

 

À quelle fréquence ?

Les séances de yoga pour enfants sont moins longues que des cours d’adultes. Elles peuvent durer 30 ou 40 minutes quand ils sont familiers de la pratique, mais l’idéal est de commencer par des petites sessions entre 15 et 20 minutes ou simplement par des salutations au soleil.

Il est préférable de pratiquer plusieurs fois moins longtemps qu’une session longue et fastidieuse. Si l’activité leur plaît, vous pourrez alors les inviter sur le tapis une, deux ou même trois fois par semaine !

Le point très important à garder en tête est qu’il ne faut surtout pas les forcer quand ils n’en ont pas envie ! Cela doit rester une activité agréable et qui leur fait du bien.

 

Comment créer une séance de yoga pour enfant ?

Les séances de yoga doivent être très ludiques. Ainsi, vous pouvez les faire pratiquer dans un endroit calme et propice et vous pouvez même les installer dehors si c’est possible. Habillez votre enfant d’une tenue confortable et souple et déroulez lui un tapis de sol.

 
YOGA ENFANTS (3).png
 

Ensuite, les séances se déroulent bien souvent en trois temps avec un moment de calme avant et après la pratique pour se déconnecter ou se reconnecter. Entre les deux, ils pourront faire plusieurs postures. L’idéal est de préparer le déroulé avant pour ne pas laisser de temps de latence où ils pourraient se déconcentrer. Vous pouvez même investir dans une boîte de cartes avec des postures (ou la fabriquer vous-même). Ainsi, votre enfant pourra choisir les postures qu’il veut faire ou en essayer des nouvelles au fur et à mesure des séances, de manière de plus en plus indépendante. Un coup de pouce bienvenu, surtout si vous voulez faire autre chose en même temps ! Et pour vous accorder vous aussi un moment de détente ; vous pouvez choisir un cours spécial parents-enfants.

 

Un temps calme

Les séances peuvent commencer par des étirements debout ou au sol : inspirer en montant les bras au-dessus de la tête, étirer puis expirer en les abaissant. À répéter plusieurs fois. Cela va permettre aux enfants de se détendre et de se concentrer dès le début.

 

Des postures adaptées

Ensuite, ils pourront essayer des postures qui vont de la plus simple à la plus élaborée. Ce déroulement progressif leur permettra de porter leur attention sur la respiration dans chacune d’elles. Ils pourront ainsi progresser, et surtout s’amuser en essayant de faire l’aigle, la biche ou encore la grenouille. Par chance, les postures de yoga pour enfants ont bien souvent le nom d’animaux, ce qui va rendre leur pratique d’autant plus ludique !

- Le papillon : assis le dos bien droit, les plantes de pieds collées le plus près possible du pubis et les genoux écartés ou sa déclinaison avec le dos allongé.

- Le chat : à quatre pattes, faire le dos rond lors de l’expiration. À combiner avec la vache : à quatre pattes, creuser le dos lors de l’inspiration.

Copie de Sans titre (6).png

- Le cobra : allongé sur le ventre, les coudes en dessous des épaules et le haut du corps relevé. Cette posture est idéale pour ouvrir la cage thoracique et pour travailler la mobilité de la colonne, souvent éprouvée par le port du cartable.

YOGA ENFANTS (4).png

- Le chien tête en bas : les bras largeur des épaules, les jambes largeur de hanche, le bassin monte vers le ciel en maintenant le dos bien droit.

YOGA ENFANTS (6).png

- La montagne, particulièrement bénéfique pour la concentration et la respiration : debout, les deux pieds ancrés au sol, à la largeur des hanches et les mains en prière devant le cœur.

Ou sa déclinaison, l’arbre, depuis la posture de la montagne, une jambe pliée avec le pied en appui sur la jambe de terre au niveau du mollet ou du genoux.

- L’enfant : enfin, les postures de l’enfant (assis sur les pieds, les genoux au sol et l’avant du corps replié dessus) et le happy baby (sur le dos, jambes écartées tendues ou pliées, les mains attrapent les pieds) portent bien leur nom et sont parfaites pour terminer la séance avant la posture finale de savasana.


Pour pouvoir les occuper sans culpabiliser, OLY Be s’occupe de vos enfants !
Nous organisons chaque semaine des cours de 30 minutes de yoga pour enfants, ils peuvent ainsi pratiquer depuis la maison, quand vous le souhaitez (en LIVE ou en REPLAY).

 
YOGA ENFANTS (9).png

Minis… Mais déjà Yogis ! Yoga pour enfants

YOGA ENFANTS (7).png

Comment bien pratiquer le yoga à la maison et en ligne ?

YOGA ENFANTS (10).png

7 exercices de Yoga pour les débutants

5 positions de yoga pour les coureurs

Le yoga est un secret bien gardé des coureurs aguerris. En effet, il permet d’étirer les muscles en profondeur, de soulager et muscler les articulations, d’apaiser les tensions et de détendre le corps et l’esprit. Il a également de vrais bénéfices sur la réduction du temps de récupération, la prévention des blessures, et aussi sur la respiration, l’agilité et l’amplitude.

En résumé, si vous êtes accro à la course à pied, vous auriez tort de vous en priver 😉

Voici donc 5 positions particulièrement adaptées !

 

Le chien tête en bas

Comment on fait ?

Depuis la position de la table (à quatre pattes), vérifiez que vos poignets sont bien alignés avec vos épaules et vos genoux avec vos hanches. Écartez vos doigts et crochetez vos orteils. Remontez doucement les fesses comme si quelqu’un tirait votre coccyx avec un fil invisible vers le haut, puis étirez votre dos plat pour former un triangle. Tendez ou non les jambes, selon ce qui est le plus confortable pour vous. Vous pouvez aussi plier une jambe puis l’autre pour " faire marcher votre chien " et étirer plus les muscles postérieurs. Veillez à maintenir les épaules éloignées des oreilles et ne crispez pas les muscles. Prenez plusieurs respirations profondes en maintenant le poids de façon homogène sur l’ensemble des appuis.

 
Sans%2Btitre%2B%252811%2529.jpg
 

Ses bénéfices 

Cette posture permet un étirement profond et contrôlé de l’arrière des jambes, des ischios-jambiers à la voute plantaire en passant par les mollets et les tendons d’Achille et offre une belle ouverture aux épaules, au dos et à la colonne. Au début de votre pratique, elle pourra sembler inconfortable, mais au fur et à mesure, elle deviendra une position de soulagement pour tout votre corps.

 

L’étirement des muscles antérieurs et des chevilles

Comment on fait ?

Sans%25252Btitre%25252B%252525287%25252529.jpg

Agenouillez-vous à la japonaise, les fesses posées sur la voute plantaire, les cous-de-pieds face au sol. Maintenez-vous le dos droit pour quelques respirations puis basculez le dos vers l’arrière en soulevant les genoux si, et seulement si, c’est possible pour vous et non douloureux. Si l’étirement est trop intense, glissez un coussin ou une brique sous vos fesses. Restez quelques respirations à chaque étape.

Ses bénéfices 

Grâce à cette posture, vous gagnerez petit à petit en flexibilité et en souplesse au niveau des genoux et des chevilles. Elle permet également de détendre les ligaments et articulations sur-sollicités pendant la course. Les tibias et les voutes plantaires sont aussi étirés.

Si vous reculez votre dos sans soulever vos genoux, cela créé également un étirement des muscles de la face antérieure des cuisses, plus que bienvenus.

Le petit plus 

Pour étirer davantage les doigts de pieds et la voute plantaire, asseyez-vous de la même manière, mais en crochetant les orteils. Maintenez la posture quelques instants. Sensations garanties !

 

La pince debout

Comment on fait ?

Debout, repliez votre buste vers vos jambes puis détendez-le vers le sol. Ensuite, vous pouvez choisir les déclinaisons qui vous font de bien : genoux pliés ou tendus, les bras enlacés à l’arrière des genoux ou devant pour étirer également le bas du dos, en position statique ou en effectuant un léger mouvement de balancier à droite et à gauche…

 
Sans+titre+%288%29.jpg
 

Ses bénéfices 

La pince debout permet d’étirer tous les muscles de l’arrière du corps : talons, jambes, dos, cervicales, nuques. Elle stimule également la détente générale, fait baisser la tension artérielle et stimule le transit.

 

Le pigeon allongé ou le chas de l’aiguille

Sans%25252Btitre%25252B%2525252813%25252529.jpg

Comment on fait ?

Allongé sur le dos, les deux pieds au sol, posez votre cheville gauche sur votre genoux droit. Ramenez le genoux droit plié vers votre poitrine, puis attrapez l’arrière de la cuisse avec vos mains et étirez l’ensemble vers vous. Pour intensifier l’étirement, vous pouvez appuyer légèrement sur le genoux gauche avec votre coude gauche.

Changez de côté après quelques respirations.

Ses bénéfices 

Après chaque course, cette posture offre un étirement profond particulièrement adapté aux coureurs. En effet, en plus de travailler l’ouverture de hanche, elle détend le ligament ilio-tibial (situé sur l’extérieur de la cuisse) et les fessiers et prévient les douleurs au niveau des genoux, des hanches et du bas du dos.

 

Le papillon

Comment on fait ?

Assis le dos droit, pliez les jambes, plantes de pieds collées, et étirez les jambes sur les côtés extérieurs en maintenant les genoux pliés. Ramenez vos pieds le plus près possible du pubis tout en maintenant le dos droit.

À savoir, plus les pieds seront proches, plus l’étirement sera intense.

Si besoin, vous pouvez caler des petits coussins ou briques sous vos genoux pour les soutenir et réduire la pression.

 
Sans+titre+%2812%29.jpg
 

Ses bénéfices 

Le papillon permet de gagner en flexibilité dans les hanches. Cette posture est idéale pour étirer les muscles internes des cuisses comme les adducteurs, que l’on a tendance à négliger, ainsi que les lombaires et les genoux.

Le petit plus 

Pour plus de détente, vous pouvez également réaliser cette posture allongé sur le dos. Cela pourra également vous aider à mieux vous endormir !

 

Bonus : Demandez de la détente !

Sans%2Btitre%2B%252814%2529.jpg

Pour vous détendre et vous relaxer en profondeur après des étirements ou après une course, n’hésitez pas à vous offrir une pause le temps de quelques respirations avec les jambes surélevées contre un mur, le dos bien à plat sur le sol ou dans la posture de l’enfant qui va permettre à l’ensemble du corps de se relâcher et à l’esprit de se recentrer.


A lire également :

Yoga%2BVS%2BCardio%2B%253A%2Ble%2Bmatch

Yoga VS Cardio : le match

Ajouter%2Bun%2Bsous-titre%2B%25281%2529.jpg

Quel Yoga pour moi ?

Ajouter%2Bun%2Bsous-titre%2B%25283%2529.jpg

Sport et télétravail : nos conseils et exercices

6 choses à faire avant de regarder son téléphone le matin

Bien souvent, notre premier geste avant même de poser un pied en dehors du lit est de regarder notre téléphone. Un réflexe qui ne nous veut pas que du bien, malheureusement. 

Lire, faire du sport, apprendre une langue, se faire un petit dej de roi… Découvrez 6 choses à faire le matin pour commencer la journée du bon pied !

 

Le téléphone au saut du lit : une mauvaise habitude

Le téléphone est l’une de nos addictions les plus fortes. D’après un article publié sur le site Bustle en 2019, entre 46 %  et 61 % des personnes consultaient leur téléphone avant même de se lever ou moins de 5 minutes après. Un chiffre édifiant qui a déjà dû bien augmenter depuis ! En effet, force est de constater que l’on y passe de plus en plus de temps tout au long de la journée. 

Pour réduire notre temps d’écran tout en gagnant en confort de vie, on peut d’abord essayer de décaler le plus possible la première activation de notre appareil le matin. À ce moment-là, on s’en sert alors principalement pour répondre à des messages ou consulter des informations, deux potentielles sources de stress, et encore plus si l’on flâne sur les réseaux, alors que le réveil devrait se faire en douceur. Pour cela, certains adoptent une « morning routine », à l’instar des personnalités (re)connues comme Steve Jobs, Barack Obama, ou encore Richard Branson, le créateur de Virgin Group. Ce concept consiste à se lever plus tôt – certains avancent même leur réveil à 5h30 voire moins ! - pour prendre le temps de développer son intellect, son esprit ou son physique avant de commencer sa journée « classique ». Avant d’adopter cette philosophie, ce qui ne se fait pas en un jour, on peut déjà essayer d’attendre une heure avant de prendre son téléphone et profiter de ces quelques minutes de calme pour se faire du bien. 

 

Aujourd’hui on vous livre nos 6 tips,
pour vous aider à vous créer une routine matinale, loin de votre téléphone :

 

- Se donner de l’air !

air-fenêtre-aérer

On ouvre les volets et les fenêtres pour s’offrir un shoot de lumière, aérer les pièces et se donner un bon coup de fouet. L’idéal est de laisser ouvert entre 15 et 30 minutes pour assainir parfaitement et chasser l’humidité.

Pour relancer la machine et stimuler ses muscles et la circulation, on respire à plein poumon et on s’étire bien au réveil. Cela peut être des étirements encore sous la couette comme se grandir ou faire des petites torsions, mais on peut aussi aller un peu plus loin en faisant quelques chat-vache (à quatre pattes, on inspire en faisant le dos creux et on expire en l’arrondissant) ou des salutations au soleil pour bien ouvrir la cage thoracique et réveiller la colonne vertébrale. Tout ça en pyjama, directement sur le sol ou sur son lit, pas de pression !

 

- Boire un grand verre d’eau au réveil

Sans ou avec du citron s’il l’on y tient mais, cela devrait être le premier réflexe de la journée. Et c’est encore mieux si elle est plutôt tiède ou chaude selon la méthode ayurvédique. Cela permet de se réhydrater, de réveiller le système digestif en douceur tout en éliminant les toxines et acides.

eau-citron-detox
 

- Écouter de la musique (pas sur le portable bien sûr !)

Il a été prouvé qu’écouter de la musique permet de réduire l’anxiété et la douleur, de stimuler la production de dopamine (l’hormone du plaisir) et même de favoriser la mémorisation. Un cocktail détonnant pour commencer la journée, donc ! On peut également faire une activité qui booste la créativité comme écrire, tenir un journal, tricoter ou dessiner. 

Sans titre(169).png
 
vernis-selflove

- Pratiquer le self-love

Ceci peut se faire en méditant ou en se faisant un soin, une manucure ou autre petit plaisir. Cela permet de créer des bonnes ondes ou de faire le point sur la journée à venir. Dans le cas de la méditation, les bienfaits peuvent être nombreux et se faire ressentir sur le long terme.

 

- Faire du sport !

Yoga, cardio, course à pied… Tout ce qui nous convient. Pratiquer une activité physique le matin permet d’être plus en forme, moins stressé et de meilleure humeur tout en boostant son système cognitif. Et si on n’est pas vraiment du matin, on prend juste le temps de bien s’étirer tout le corps pour « relancer la machine ».

running-sport-matin
 
petitdéjeuner-food

- Se faire un vrai petit-déjeuner

Il est important de prendre le temps de le savourer, en pleine conscience si l’on est familier de cette pratique. On cuisine (ou pas), on se fait plaisir et, surtout, on évite de l’engloutir en 2 minutes. À la place, on déguste chaque bouchée pour avoir le temps de voir venir la satiété. Et pour faire le plein de bons nutriments utiles, on privilégie les super aliments ou des produits sains comme des fruits frais entiers, des laitages, des céréales non sucrés ou encore des flocons d’avoine. Et si vraiment le petit-dej c’est pas votre truc, savourez votre verre d’eau, prenez le temps de réhydrater votre corps !

 

- Faire quelque chose d’utile

papiers-Todolist

Le matin est souvent le moment où notre cerveau est le plus réceptif et efficace (même si cela peut vraiment dépendre des personnes). Dans ce cas, on consacre entre 10 ou 45 minutes de notre matinée pour apprendre une nouvelle langue ou lire un livre. Et si on est vraiment motivé, on peut profiter de ce temps pour faire de l’administratif. Pas forcément le plus agréable, mais le sentiment de satisfaction après est un bon moyen de passer une journée plus légère.

 

Les astuces en plus pour décrocher plus facilement : 

- On met son portable en mode avion le soir avant d’aller au lit.

- On investit dans un réveil pour ne pas avoir à le prendre dans la main… 

- Si possible, on évite de garder son téléphone dans la chambre à coucher.

- On décale progressivement le moment où l’on va le réactiver le matin. 

 

Et vous, il ressemble à quoi votre réveil le matin ? Partagez-nous en commentaires vos bonnes pratiques !


morning-matinale

10 astuces pour devenir une personne matinale

Eau-hydratation

Bien s'hydrater : Pourquoi et Comment ?

réveil-matin

Comment se lever plus tôt et en pleine forme ?

Flemmarde et écolo : les petites astuces pour réduire notre empreinte sans contrainte !

Il suffit parfois de faire de petits changements pour avoir un mode de vie plus responsable ! Loin d’être une injonction à tout changer, voyez plutôt cette (longue) liste comme un bingo, des petites étapes à faire ou non, selon ce que vous voulez, pouvez ou avez le temps et les moyens de faire. 

 

Une consommation d’eau maline : 

eau-économie-écologie

L’eau est l’une des ressources les plus précieuses, il est donc nécessaire de ne pas trop la surconsommer. Et, il existe plein de petits gestes à adopter sans bouleverser radicalement nos habitudes. Ainsi, on peut recycler les eaux usées. On ne parle pas forcément de l’eau de la douche, mais saviez-vous par exemple que l’eau de cuisson du riz est excellente pour la peau et les cheveux et que l’eau des pâtes ou des pommes de terre peut être utilisée en produit d’entretien ? Ensuite, on privilégie la douche. En effet, cette dernière consomme en moyenne 50 litres d’eau (et encore moins si on coupe le jet pendant que l’on se lave) contre 150 à 200 litres pour un bain, donc un bain de temps en temps, ok, mais pas tous les jours… Côté électroménager, on a une bonne nouvelle : on peut investir dans un lave-vaisselle ! Contrairement aux idées reçues, il consomme environ deux fois moins d’eau que la vaisselle à la main (30 à 80 litres). Et enfin, on fait tourner les machine en mode « éco » pour diminuer la consommation d’eau également. Ça nettoie tout aussi bien et c’est aussi écolo que bon pour le portefeuille. 

 

Une consommation d’électricité plus light :

Chargeurs, box, machines à laver… En 20 ans, la consommation d’électricité pour le petit électroménager a doublé selon les chiffres de l’ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie). Il y aurait près de 15 à 50 équipements par foyer en veille. Pour réaliser des économies d’énergie (jusqu’à 10% de la facture), il est très facile d’éteindre complètement les appareils en veille et de débrancher les chargeurs orphelins. 

Pour faire baisser sa consommation sans s’en rendre compte, on peut aussi opter pour des ampoules LED, des multiprises à interrupteur, dégivrer régulièrement son congélateur, dépoussiérer ses lampes ou encore opter pour des couleurs claires pour gagner en lumière naturelle ! 

 

Une philosophie zéro déchet :

Le plastique est l’un des problèmes environnementaux majeurs. Depuis 2015, près de 7 milliards de tonnes de déchets en plastique ont été émis et seul 9% ont été recyclés. Pire, 40% ne serait utilisé qu’une seule fois avant d’être mis à la poubelle. Pour réduire ce chiffre, on en finit avec les bouteilles en plastique et on s’achète une jolie gourde, de préférence en inox. Et on essaie, petit à petit, d’opter pour des versions réutilisables de nos produits. On fuit donc les produits jetables et on adopte les alternatives lavables comme des couverts en bois et des jolies pailles en inox dans la cuisine. Dans la salle de bain, on passe gentiment aux carrés de coton pour se démaquiller, aux coton-tige en bambou, aux culottes menstruelles ou encore au savon et aux cosmétiques solides, plus écolo et tout aussi efficaces et agréables à utiliser.

courses-vrac-écologie

Pour nos courses, on s’essaie au vrac, aussi bien pour les aliments que pour les produits d’entretien ou de toilette, et on les conserve dans des contenants en verre. Joli, pratique et écologique, le vrac a tout bon. Mis dans des bocaux, cela apporte en plus une touche déco top à notre cuisine ! Tant mieux, de plus en plus d’épiceries et supermarchés le propose.

 

Une vie numérique plus propre :

Le numérique représente une part très importante et insoupçonnée des problèmes environnementaux. Selon l’ADEME, il consomme 10 % de l’électricité mondiale et émet 1,5 fois plus de gaz à effet de serre que le transport aérien. Pour limiter notre impact facilement, on peut vider régulièrement notre boîte mail, se désabonner des newsletters que l’on ne lit pas, mettre les sites que l’on visite les plus régulièrement en favori pour éviter de multiplier les recherches ou encore naviguer sur le moteur Qwant, made in France, qui respecte la vie privée. De même pour limiter la pollution liée à la conception de matériel neuf, on adopte des appareils reconditionnés et on essaie de réparer au lieu de jeter quand quelque chose ne fonctionne plus. Des petites actions qui ne nous coûtent rien mais qui sont bénéfiques ! 

 

Une mode plus responsable

La mode est la deuxième industrie la plus polluante, après l’industrie pétrolière. Elle représente notamment 20 % de la production d’eaux usées et 10 % des émissions de carbone… Chaque année, 100 milliards de vêtements sont consommés. Mais, heureusement, il existe des solutions pour ne pas se laisser plomber le moral par ces chiffres tout en continuant à peaufiner son style ! 

tri-seconde main

Pour cela, on fait régulièrement le grand ménage de printemps, on trie nos affaires et on offre une deuxième vie à tous les vêtements que l’on ne met plus en les donnant à une association ou à une ressourcerie pour les plus abîmés. En plus de vider les placards, cela peut nous apaiser (coucou Marie Kondo).

Ensuite, on fait travailler l’économie circulaire en achetant et vendant sur Vinted ou le Bon Coin. Et si on achète neuf, on peut commencer par préférer des marques engagées et on privilégie les matières bio, cultivées de manière responsable et/ou made in « pas trop loin ». 

Et pour savoir si on a vraiment envie de quelque chose, la méthode Bisou est idéale. Avant d’acheter, on se pose 5 questions : en ai-je vraiment besoin, si oui quel besoin sera comblé, me le faut-il maintenant, est-ce que je n’ai pas déjà quelque chose de similaire et enfin où et comment a-t-il été produit ? On peut bien sûr craquer, mais cette technique va nous aider à mieux comprendre nos pulsions shopping. 

 

Au quotidien :

On les connait bien les petites astuces du quotidien qui font du bien à la planète. On ne jette pas les déchets dans la nature, et, si on peut, on les ramasse quand on en voit. De plus en plus de groupe de « nettoyeurs » se forment pour nettoyer les déchets dans la forêt ou sur les plages tout en se baladant. Un bon moyen de rendre ludique cette démarche ! 

Les municipalités se sont aussi engagées pour faire de chaque petit geste un jeu en mettant en place des cendriers rigolos où l’on peut choisir un côté où mettre son mégot selon ses préférences (team raclette ou team fondue ?) ou en généralisant le tri des poubelles. 

Pour agir au quotidien, on peut aussi faire attention à sa consommation : électricité, gaz, carburant… et essayer d’adopter des alternatives plus vertes quand c’est possible. De même pour les transports ! Le vélo permet d’adopter un mode de vie plus « slow », de n’émettre aucun gaz à effet de serre et d’être en meilleure forme… Il a tout bon. 

 

☀️ Chaque petit geste peut compter, alors n’hésitez pas à nous partager vos astuces perso ! ♻️

 
A lire également : 
eau-boire

Bien s'hydrater : Pourquoi et Comment ?

brocolis-yoga

Faut-il forcément être brocolis addict quand on fait du yoga ?

super aliments - food

Les super-aliments sont-ils si super ?

Qu’est-ce que c’est encore : le yoga des yeux ?

Très régulièrement, de nouvelles pratiques estampillées « yoga » voient le jour, ce qui n’est pas pour nous déplaire. Même si, parfois, cela n’en a que le nom ! Bien que créé il y a près d’un siècle, le yoga des yeux fait de plus en plus parler de lui… Alors de quoi s’agit-il ? OLY Be vous dit tout.

 

Quèsaco ?

Le yoga des yeux est une forme de gymnastique oculaire qui a été mise au point par les ophtalmologues américain William Bates et indien Dr Agarwal dans les années 20. Basé sur des principes de mouvement, détente et attention et inspiré de la médecine ayurvédique, le yoga des yeux ou « méthode Bates » consiste en une série d’exercices à faire seul ou de manière couplée, idéalement tous les jours pour les muscler. Il peut être proposé par des spécialistes comme des ophtalmologues ou orthoptiste en complément de leurs consultations et peut être pratiqué par tout le monde à la maison. 

Le saviez-vous ? Pour pouvoir fonctionner correctement et bouger dans tous les sens, les yeux utilisent 6 muscles principaux : un grand oblique et un petit oblique qui permettent à l’œil de tourner sur son axe et 4 « droits » (intérieur, extérieur, supérieur, inférieur) qui se contractent pour diriger l’œil dans une direction.

 

Quels sont les bienfaits ?

yoga yeux

En limitant la sècheresse oculaire et en stimulant les différents muscles et réflexes, ce yoga a de véritables bénéfices sur la fatigue des yeux et l’inconfort. Il permettrait également de limiter les signes de l’âge comme la presbytie (la diminution de la vision de près qui apparait souvent à partir de 40 ans). 

En allant plus loin, le yoga des yeux permet une plus grande détente, une meilleure concentration et un meilleur sommeil. Le fait de stimuler les muscles des yeux boosterait également les connexions neuronales.

 

Quelques exercices de la méthode Bates

La clé, comme pour toutes les pratiques du yoga, est la régularité. N’hésitez pas à faire quelques exercices tous les jours, voire plusieurs fois par jour.

- L’horloge pour faire travailler l’ensemble des muscles et développer leur mobilité. Visualisez une horloge géante devant vous allant du sol au plafond puis faites en le tour du cadran avec les yeux sans bouger la tête. Vous pouvez également dessiner l’alphabet ou le signe de l’infini avec votre regard. 

- Le sunning permet d’aider vos yeux à s’adapter aux différences de lumière. Assis face au soleil, de préférence à l’extérieur, fermez les yeux et tournez très lentement la tête d’un côté puis de l’autre pour faire varier l’intensité de la lumière.

- Le Palming pour reposer vos yeux. Assis le dos droit, avec les coudes posées sur une table si possible, préchauffez vos mains en les frottant l’une contre l’autre puis posez-les sur les yeux pour « faire le noir ». Un exercice idéal pour se détendre, n’hésitez pas à le faire plusieurs fois dans la journée ou pendant plusieurs minutes avant de se coucher.

- L’accommodation pour exercer vos yeux à la mise au point. Fixez un objet proche, puis un autre un peu plus éloigné, puis un troisième encore plus éloigné. Passez de l’un à l’autre.

- Tendez le bras et fixez votre index. Rapprochez-le de votre nez tout en ne le quittant pas des yeux, puis reculez-le. Vous pouvez également le déporter à droite puis à gauche tout en continuant de le fixer. 

 

Des bonnes pratiques à adopter

À l’heure où les écrans occupent une place centrale dans la journée des Français, il peut être bénéfique d’adopter quelques bons réflexes : 

- Limitez la lumière de vos appareils

- Levez régulièrement le nez et essayez de regarder au loin 20 secondes toutes les 20 minutes passées devant votre écran

télétravail ordinateur

- Cillez ! Quand on passe du temps devant les écrans, l’œil devient plus fixe et ne cligne pas autant. Pensez à fermer et ouvrir régulièrement les yeux pour bien les lubrifier. 

- Baillez. Cela permet de masser les muscles qui entourent les yeux et stimuler les glandes lacrymales. Parfait pour une bonne hydratation des yeux. 

- Massez-vous entre les yeux en posant votre pouce et votre majeur à la racine du nez et l’index entre les deux sourcils. Effectuez de légers mouvements circulaires. 

 

LAISSEZ VOUS TENTER PAR CES QUELQUES EXERCICES
ET DITES NOUS CE QUE VOUS EN AVEZ PENSÉ !


A lire également : 
télétravail

Sport & Télétravail : nos conseils et exercices

yoga stress

Yoga & stress : le yoga pour gérer son stress et rester en bonne santé

sophrologie

La Sophrologie, qu'est ce que c'est ?

Instant vérité : quels sont les effets de la Lune sur nos corps ?

Les effets de la Lune sur la Terre et la nature ne sont plus à démontrer (bonjour les marées), mais il existe de nombreuses croyances qui entourent son influence sur les humains. Insomnie, humeur, accouchement, pousse des cheveux… Alors que l’observation des cycles lunaires est plus tendance que jamais, OLY Be va tenter de démêler le vrai du faux.

 

Un sommeil perturbé

Une récente étude publiée dans le journal scientifique ScienceAdvances démontre que la Lune, et plus particulièrement la Pleine Lune a bien des influences sur la qualité du sommeil, au-delà de la puissance de la lumière produite.

sommeil pleine lune yoga

Ainsi, les scientifiques ont étudié 98 personnes réparties dans 3 communautés en Argentine en prenant en compte les conditions de lumière naturelle et artificielle de chacune. La première était à la campagne sans électricité, la deuxième également dans une zone rurale avec un peu d’électricité et la troisième dans une ville éclairée artificiellement. Les résultats démontrent que quel que soit le contexte lumineux, le temps de sommeil diminuait de 20 à 90 minutes par nuit les 3 à 5 jours précédant la Pleine Lune. Le coucher était, quant à lui, retardé de 30 à 80 minutes. Les scientifiques ont ensuite fait un parallèle avec d’autres études, notamment une effectuée en 2013 et des données recueillies entre 2015 et 2018 sur près de 500 étudiants de l’université de Washington pour confirmer cette hypothèse.

 

Humeurs mitigées

« Lunatique », « Mal luné », ces expressions bien connues trouvent leur origine dans une idée que la Lune influencerait l’humeur et l’agressivité. Cette thèse a été remise en cause par de nombreuses recherches au fil des années, notamment une analyse très complète de données collectées pendant 10 ans sur 17 966 personnes de 15 services psychiatriques différents qui ne constatait aucune incidence entre le nombre de cas admis les soirs de Pleine Lune et les autres jours. De même, des analyses de données sur la criminalité mis en relation avec les cycles de la Lune ont été effectuées notamment en Californie (sur une durée de 4 ans), au Canada et au Mexique et il n’a pas été observé un taux de criminalité plus élevé ces soirs-là...

 

Accouchements, criminalité, un mythe bien ancré

pleine lune effet yoga

Il est souvent avancé que les femmes ont plus de chances d’accoucher les soirs de Pleine Lune. De nombreuses études ont été menées sur le sujet et aucune n’a démontré que cette croyance était réelle... De même, certains avancent que les actes violents et crimes sont plus fréquents ces jours-là, mais, une nouvelle fois, les recherches infirment cette théorie.

Yaël Nazé, Astronome FNRS à l'Institut d'astrophysique et de géophysique, Université de Liège, explique dans cet article que ces croyances reposent sur des mécanismes simples comme l’analogie (la Lune croît, alors les plantes et cheveux le doivent aussi) et sur la manière même de fonctionner du cerveau qui remarque ce qui le conforte dans ses idées.

 

Et la pousse des cheveux dans tout ça ?

Autre idée très répandue : il serait bénéfique de couper ses cheveux avant la Pleine Lune pour qu’ils repoussent mieux ! Cette croyance populaire a été transposée depuis un phénomène naturel qui voudrait que la sève monte dans les plantes et végétaux lors de la Lune ascendante. Comme cette théorie n’a été ni formellement réfutée ou confirmée, cela ne coûte rien de les couper à ce moment-là ! 😅

Les effets de la Lune restent encore aujourd’hui très mystérieux et il existe de nombreux sujets à étudier pour en percer tous les secrets. Et vous, vous en pensez quoi ? Est-ce la lune a un impact sur vous ?

 

Le cycle de la Lune décrypté par Alix Alléguède, professeurE de yoga de la femme chez OLY Be :

Alix, professeure de yoga de la femme chez OLY Be

Alix, professeure de yoga de la femme chez OLY Be

Le cycle de la Lune dure plus ou moins 28 jours (ndlr : 27 jours, 7 heures et 43 minutes pour réaliser le tour de la Terre, et 29,5 jours pour son cycle complet) et se compose de 4 phases distinctes.

- La Nouvelle Lune est le moment où on ne la voit plus depuis la Terre, puisqu’elle est cachée derrière le soleil. C’est la phase où l’énergie est la plus basse, la plus propice à l’introspection. Si vous le souhaitez, c’est le meilleur moment pour poser des intentions.

- La Lune ascendante ou croissante est celle qui remonte. Elle gagne en lumière et en énergie et correspond à un moment où l’on peut mettre des choses en place, faire preuve de créativité. À l’échelle des saisons, elle correspondrait au printemps, le moment où l’on sort de sa coquille.

- La Pleine Lune, lorsqu’elle est totalement éclairée par le soleil, ne dure que 24 heures, mais a une énergie qui se déploie quelques jours avant et après. C’est le moment de l’apogée de l’énergie (d’où l’énervement de certaines personnes), de l’abondance, celui où l’on récolte ce que l’on a semé, un peu comme en été par exemple. Le petit conseil d’Alix ? Pour faire face à cette augmentation d’énergie, orientez-vous vers des pratiques plus douces qui vont vous aider à vous ancrer.

- La Lune descendante ou décroissante, avec son énergie en baisse, est, quant à elle, la période idéale pour faire du tri ou replacer les choses.

 

🌑 Pour en savoir plus sur les effets de la lune, consultez notre planning des cours, on propose très régulièrement des ateliers sur cette thématique 😉

 
A lire également : 
yoga femme énergies

YOGA Energies Féminines, on vous explique tout !

posture+yoga+dormir+sommeil

5 postures pour bien dormir

yoga girlpower

Girlpower : et si on testait le yoga de la femme ?

Les bonnes réponses aux anti-yoga

Bien que le yoga compte de plus en plus d’afficionados, on les entend, les anti-yoga, dénigrer notre pratique ! « C’est mou », « C’est pour les personnes âgées », « C’est un truc d’illuminés »… Bien loin des clichés, on vous donne les arguments qui font mouche pour leur répondre 😉 Et qui sait, la prochaine étape sera sûrement de leur faire essayer. Chez OLY Be, on est prêt à parier que nombreux seront ceux qui vont finalement l’adopter !

 

« Ce n’est pas du sport »

Le yoga est une activité physique particulièrement recommandée puisqu’elle permet de faire travailler l’ensemble du corps, de stimuler les muscles profonds, de gainer, d’adopter une meilleure posture, de gagner en énergie, de produire des hormones du bonheur, de booster son organisme et d’améliorer sa santé physique et mentale… Rien que ça !

hot yoga cardio

Au même titre que les autres pratiques, le yoga offre une marge de progression, une envie de se dépasser et de s’améliorer. Le « sport » ne se définit pas par la quantité de sueur émise en une séance ou par les courbatures du lendemain, et heureusement ! Les activités « dites » cardio, bien que très intéressantes à bien des égards, ne sont pas l’échelle de mesure du sport. Qui plus est, certaines formes de yoga sont particulièrement dynamiques et exigeantes sur le plan physique. Emmenez les détracteurs faire un cours de yoga vinyasa avancé, d’Ashtanga (séries de postures répétées dans un ordre précis et de plus en plus difficiles pendant une heure et demi en moyenne) ou de hot yoga (dont la séance est réalisée dans une salle surchauffée à près de 40°) pour leur montrer si besoin…

 

« Il faut être souple »

stretching yoga

Instagram a, une fois de plus, frappé pour installer des clichés. Le yoga est loin d’être réservé aux personnes souples, au contraire, puisqu’il permet de travailler la flexibilité. Gagner en souplesse est l’un des avantages de la pratique et non pas une condition pour s’y mettre. La plupart des pratiquants n’arriveront jamais à faire le grand écart ou à toucher le sol avec les mains en pince ! Les postures s’adaptent selon le niveau de chacun.

Le cheminement se fait petit à petit, avec bienveillance, et celles qui nous semblaient impossibles au début s’avéreront de plus en plus faciles à atteindre ou à tenir. C’est un entraînement comme les autres qui permet d’aller plus loin à chaque fois (ou pas), en fonction de l’humeur ou de l’énergie du jour.

Et sa déclinaison : « Il faut être mince »

Nul besoin d’être mince pour se lancer, pour pratiquer ou même devenir prof, en témoigne cette magnifique yogi au 461K abonnés sur Insta. Le yoga invite à aimer son corps et c’est le message qu’elle veut transmettre, notamment dans son livre "Every body yoga" où elle propose des postures pour tous les corps.

 

« C’est un sport de vieux »

Les personnes moins jeunes peuvent pratiquer le yoga, et c’est tant mieux ! Ça ne veut pas dire qu’il leur est réservé. Grâce à ses différentes formes, son large éventail d’intensité ou encore ses déclinaisons de postures, il s’adapte à tous les corps, tous les physiques et tous les âges. Ses bénéfices sont nombreux, quel que soit notre âge. Personne ne peut dire qu’il n’a pas besoin de travailler sa flexibilité, son équilibre, sa concentration ou même sculpter son corps.

yoga plank

Et sa super déclinaison : « C’est un sport de fille »

Au-delà même des stéréotypes des genres véhiculés par cette phrase, c’est une idée totalement fausse. Tout le monde est bienvenu dans les cours de yoga ! Des garçons, filles, trans, genre non binaire… assistent tous les jours aux cours OLY Be, et c’est pareil dans tous les studios (on a même vu certains animaux s’inviter sur les tapis).

 

« C’est cher »

Cette phrase a perdu tout son sens au fil des ans. Aujourd’hui, le yoga est accessible à tous grâce à la multiplication d’offres et OLY Be n’y est pas pour rien. Quand la situation sanitaire le permettra, nous continuerons à proposer des cours en salle à moins de 9 euros… L’équivalent d’un goûter à Paris, pour un cours de qualité avec un professeur certifié ! En 2020, il a fallu se réinventer et notre offre à moins de 30 euros par mois pour plus de 100 cours par semaine, 1000 replays et de nombreux ateliers démontre notre volonté de démocratiser cette pratique.

 

« C’est un truc de hippie »

instagram olybe

Certes, dans son origine, le yoga est une philosophie de vie à part entière, mais aujourd’hui, il peut (ou non) revêtir une dimension spirituelle. On évitera d’emmener les plus réticents à un cours de kundalini avec des mantras, c’est sûr. Mais encore une fois, chacun trouve la pratique qui lui convient. De même, tous les yogis ne sont pas végétariens. Certains font attention à leur alimentation, veillent à opter pour des produits sains, mais ce n’est pas un prérequis, ni la norme. Le yoga invite chacun à faire ce qu’il veut et à trouver ce qui le rend heureux, lui fait plaisir, l’épanouit. Alors, oui, certains font attention, mais comme beaucoup de personnes aujourd’hui, yogi ou non. Allez suivre le compte Instagram d’OLY Be et vous verrez que les gâteaux, apéro et autres douceurs sont très souvent au rendez-vous !

 

Maintenant, vous n’avez plus d’excuse pour vous lancer & motiver les gens autour de vous ! 😉

 
A lire également : 
pilates

Pilates vs yoga : comment choisir ?

olybe cours

Comment bien choisir mon cours OLY Be ?

yoga débutants

7 exercices de Yoga pour débutants !

Le dico du bien-être : La santé mentale

Il y a parfois des mots qui font peur, l’expression « santé mentale » en fait partie. Pourtant, loin d’être une notion effrayante ou un concept tabou, elle englobe, à l’instar de la « santé physique », de nombreux paramètres. OLY Be vous en dit plus et vous explique comment dédramatiser cette expression.

 

Santé mentale : de quoi parle-t-on ?

En France, le terme de santé mentale est connoté et se rapporte davantage à l’idée de troubles mentaux. Pourtant, selon l’OMS, il s’agit de « l’état de bien-être qui permet à chacun de réaliser son potentiel, de faire face aux difficultés normales de la vie, de travailler avec succès et de manière productive et d'être en mesure d'apporter une contribution à la communauté ». Cela peut donc regrouper des troubles de l’anxiété, des maladies plus graves ou, au contraire, un bon équilibre personnel ou une efficacité particulière de son mental - comme des sportifs de haut niveau qui se trouvent en excellente santé physique -. La santé mentale n’est donc ni figée ni constante, elle évolue au fil de la vie, des évènements et des personnes, bien sûr.

Selon le gouvernement canadien, elle dépend de nombreux facteurs comme l’aspect social, physique, mental, économique, spirituel ou encore émotionnel. La santé mentale repose sur plusieurs piliers tels que l’estime et l’acceptation de soi, la maitrise (de son stress, de ses émotions…), les relations interpersonnelles de qualité, une forme de résilience et un meilleur équilibre de vie pour améliorer son épanouissement personnel, entre autres. Dans les faits, elle peut dépendre aussi bien de l’environnement dans lequel on est, dans lequel on a grandi, de la génétique, mais aussi de notre bien-être intérieur à l’instant T.

 

La santé mentale en temps de Covid

mental health

De plus en plus d’études se sont penchées sur les conséquences de la crise du Covid sur la santé mentale. Augmentation des troubles de l’anxiété, évolution des usages de tabac et alcool, de l’activité physique, de la prise de poids… L’enquête CoviPrev de Santé Publique France démontre que l’état de bien-être et la santé mentale des Français en a pris un coup depuis le début de la crise. En effet, de plus en plus de français affirment ressentir davantage d’anxiété et de troubles dépressifs. Les causes ? Le stress, l’incertitude, la perte d’espoir, le manque de perspectives, les réductions d’interactions sociales et physiques…

Enguerrand du Roscoat, responsable de l'unité santé mentale à la direction de la prévention et de la promotion de la santé à Santé publique France explique « La santé mentale, en particulier les troubles anxieux, sont identifiés dans les publications internationales comme un risque majeur lié à la situation épidémique (peur de la maladie pour soi et son entourage) et aux conditions de vie en période de confinement (promiscuité, isolement social, perte de salaire, frustration…). Il est ainsi prioritaire de maintenir un niveau minimal de bien-être et de prévenir à court terme le développement de troubles au sein de la population (…). Enfin, une dégradation de la santé mentale pourrait avoir des conséquences sur l’adoption d’habitudes de vie défavorables (consommation d’alcool et autres substances psychoactives, nutrition, sommeil…), contribuer à l’augmentation des violences (notamment intrafamiliale) ou encore participer au fardeau économique (arrêts de travail…) ».

Une chose est donc sûre : la santé mentale est l’un des enjeux majeurs de la gestion de cette crise sanitaire.

 

Comment l’améliorer ?

Comme on vous le disait, la santé mentale est fluctuante et, heureusement, on peut la travailler pour la rendre meilleure. Aux États-Unis, le terme de « mental health » est un des aspects de sa vie que l’on aime améliorer, tout comme sa condition physique. Pour cela, il peut être nécessaire de se faire aider d’un psy, pour mieux se connaître, comprendre ses blocages, s’adapter… Mais on peut également la « muscler » au quotidien en adoptant des bonnes habitudes de vie par exemple.

On le sait, le manque de sommeil, une mauvaise alimentation ou encore un rythme de vie déréglé peuvent être nocifs pour notre bien-être et générer à notre mental, et notre corps, un stress supplémentaire. Le principal reste donc de limiter les sources de stress (y compris, et surtout, la pression que l’on se met soi-même), s’écouter, observer les choses qui nous font du bien, qui sont saines et nous permettent de nous sentir plus détendu et de les inviter dans notre quotidien…

cours yoge online

Par exemple, vous pouvez commencer par essayer de vous fixer des horaires plus ou moins réguliers pour le lever, le coucher, les repas… Le soir, n’hésitez pas à trouver une activité « tampon » de 15-30 minutes pour vous aider à couper avec le travail. Cela peut être ce qui vous fait du bien : méditer, respirer, s’initier à des loisirs créatifs, lire un bon livre, prendre un bain ou encore aller faire une balade dans la nature (un peu plus tôt dans la journée ;-) ).

Il a été prouvé qu’une escapade en plein nature a de nombreuses vertus sur la santé. Il est donc important de prendre l’air au moins une fois par jour pour s’aérer l’esprit, que ce soit pour aller faire du sport ou pour acheter un magazine (même un petit goûter à la boulangerie si ça vous fait plaisir !). Pratiquer une activité physique régulière, quelle qu’elle soit (cela peut être de la marche rapide, un cours de yoga doux ou dynamique, une séance cardio...) permet de faire du bien à notre corps, mais aussi à notre esprit !

Enfin, toutes les études s’accordent à le dire, la qualité de nos relations sociales a un réel impact sur notre moral. Ainsi, malgré ce contexte de pandémie, il faut essayer d’entretenir la qualité de ces liens. Des petites attentions, un coup de fil, un message, un compliment… Entourez-vous de personnes bienveillantes et positives et faites-de même !

 

Pour vous accompagner, OLY Be a concocté un programme complet pour gérer son anxiété ! 🥰

 
  • 4 coaching en LIVE

  • 1 0 vidéos VOD : 4 méditations guidées, 2 séances de Yin Yoga, 4 séances de danse pour vous libérer

  • 1 e-book d’accompagnement avec exercices et inspirations

  • 1 mois d’abonnement ONLINE illimité (29,99€)

👉 POUR SEULEMENT 60€