L'art de la patience

Arrivez-vous à reconnaître cette petite voix dans votre tête qui vous dit “Quand est-ce qu’on arrive ?”, “Quand est-ce que la vie m’offrira ce que je veux vraiment ?” ? Cette petite voix, c’est votre impatience.

C’est cette petite voix qui vous ordonne de ralentir, qui vous empêche d’aller trop vite, même si votre seule envie c’est justement d’aller vite.

L’art de pratiquer la patience est loin d’être une chose facile. C’est quelque chose que l’on cultive avec le temps.

Peut-être vous souvenez-vous de cette vidéo mettant en avant des enfants face à un marshmallow, reprenant l’expérience de Walter Mischel, chercheur à l’université de Stanford, en 1972. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez jeter un oeil sur la vidéo ci-dessous :

Seuls, dans une pièce, ils font face à un marshmallow donné par un adulte. Voici la consigne : quand l’adulte reviendra, si l’enfant n’a pas touché au marshmallow, il en aura droit à un deuxième.

Commence alors une réflexion tortueuse dans les esprits des enfants : est-ce que je le mange maintenant, ou est-ce que j’attends plus tard pour en avoir plus ?

L’impatience pousse alors les enfants à agir d’une telle manière qu’ils repoussent l’impulsion de manger le marshmallow : ils jouent avec, ils le sentent, ils se cachent les yeux, ils le mettent dans leur bouche, et parfois, ils le mangent.

Chacun gère à sa manière l’impatience, en acceptant la situation, en prenant conscience que la récompense sera plus grande demain, ou bien encore, en décidant d’agir maintenant et ne pas faire preuve de patience.

Il n’y a pas de bonnes ou mauvaises façons de réagir face à ce type de situations. Néanmoins, certaines études ont pu prouver que faire preuve de patience dans la vie était l’un des facteurs de réussite le plus important.

giphy-5.gif

Souvenez-vous de Steve Jobs, Jeff Bezos, Walt Disney, Henry Ford… que ce serait-il passé s’ils n’avaient pas fait preuve de patience ?

L’impatience peut-être un réel frein dans la vie de tous les jours. Alors voici quelques conseils pour mettre de côté les petites phrases telles que “C’est quand qu’on arrive ?”.

Le principe de l’attente active

Attendre peut être une réelle torture pour certains d’entre-nous. C’est souvent avoir ce sentiment d’être bloqué, de ne pas avancer, de ne pas obtenir ce que vous voulez, de ne pas voir les choses arriver vers vous assez rapidement…

Pour éviter que de telles choses se produisent, pratiquez l’attente active. Mais comment faire ?

Considérez la période d’attente comme une opportunité : appréciez ce temps que vous avez comme un laps de temps précieux qui vous aidera à faire le point sur ce que vous voulez, sur la destination que vous souhaitez prendre… prenez ce temps comme une parenthèse, vous offrant le calme avant la tempête.

magnus-lindvall-4410-unsplash.jpg

Le succès, ce n’est pas atteindre un but, c’est prendre le chemin qui y mène : autrement dit, pratiquez la gratitude envers le chemin que vous prenez. Prenez le temps de ralentir et d’apprécier la balade, de prendre des chemins plus longs, mais certainement plus beaux et de faire des pauses pour admirer ce qu’il y a autour de vous. En pratiquant la gratitude chaque jour, en exprimant ce pour quoi vous êtes reconnaissant, vous serez plus patient.

Travaillez le principe de récompense différé : un petit peu comme dans l’expérience du marshmallow, focalisez-vous sur les bénéfices futurs, et non immédiats. Pensez que vous aurez deux fois plus en attendant, qu’en vous précipitant immédiatement. Assurez-vous que vos actions et vos efforts ne soient pas attachés à des résultats instantanés mais que vous travaillez pour des objectifs plus grands, qui auront lieu dans le futur.

trevor-gerzen-104431-unsplash.jpg

Alors est-ce que vous êtes prêt à faire preuve de plus de patience ? Ou du moins, à commencer à essayer de tenir l’impatience loin de vous avec ces différents conseils ?

Bientôt, lorsqu’on vous dira, “voici un marshmallow et si tu attends 15 minutes tu en auras deux”, vous répondrez, “et si j’attends 15 jours, j’en aurai combien ?”.