► Interview : Axelle Tessandier, entrepreneure et yogini

Pour cette interview, Axelle Tessandier, 35 ans, fondatrice d'Axl Agency, nous a donné rendez-vous dans son lieu préféré : un parc. Ces rendez-vous, elle les veut agréables, et nous on est bien d'accord, quel plaisir de discuter au soleil, assises sur l'herbe ! Cette jeune femme pleine d'énergie et d'histoires à raconter, à la fois entrepreneure, story-teller, très connectée mais aussi très engagée politiquement, nous explique que le yoga est devenu vital dans son quotidien. En tant que "early adopter", Axelle nous prouve que vie professionnelle et bien-être personnel sont indissociables et que le futur du travail se trouve dans cette corrélation. Ses mots d'ordre : être soi-même, positif, et s'engager pour contribuer à un monde meilleur !

Parc du Musée Picasso à Paris. Legging Yuj.

Parc du Musée Picasso à Paris. Legging Yuj.

Le seul moyen de passer au-dessus de sa peur, c’est de passer à l’action
  • Qui es-tu Axelle et quels sont tes projets ? 

Avant de monter mon agence, j'étais directrice marketing pour une startup. Je me suis beaucoup cherchée, j'ai eu du coup beaucoup de jobs. Mais j'ai toujours eu cette obsession de liberté, et aussi une grande curiosité. C'est pour cela que je me suis mise à mon compte et que je me suis "fabriqué" mon métier. Je suis partie à San Francisco il y a 3 ans et j'ai monté mon agence Axlagency, afin de repérer les tendances pour des boîtes françaises comme MyLittleParis. Je ne me vois pas comme une consultante, je suis plutôt une nana de contenu, une créative, j'écris beaucoup, je participe à des conférences pour me créer une légitimité, j'aime raconter des histoires. Tout cela me permet de proposer une vision à mes clients, un story telling, pour les accompagner. Je marche beaucoup à l'affect et au projet, je n'ai d'ailleurs pas de cartes de visites ! 

Je suis aussi engagée politiquement, même si je n'ai aucune envie de me retrouver dans un parti. Un truc un peu fou qui m'est arrivé dernièrement : l'équipe de Macron est venue me proposer d'être modératrice. Cet engagement m'a d'abord fait peur, puis je me suis dit qu'il fallait que je contribue du mieux que je peux pour changer les choses, surtout dans le contexte actuel. Du coup, je vais me mettre à fond dans cet engagement, même si je ne sais pas encore comment ! (rires). 

Mais derrière tous ces projets, je ressens quand même beaucoup ce que j'appelle "le syndrome de l'imposteur" : j'ai du mal à me sentir légitime dans ce que je fais. Un manque de confiance en soi très féminin je pense. Et pourtant, je reçois beaucoup de soutien et d'encouragements. Ça me tétanise ! Les messages de motivation que je véhicule autour de moi me servent aussi à moi-même : à chaque fois que j'ai peur, je m'auto-encourage, je me dis il faut que j'y aille, que le seul moyen de passer au dessus de cette peur est de passer à l'action

 

  • Avec tous ces projets, comment intègres-tu le bien-être dans ton quotidien ? 

À San Francisco, j'avais ma propre "Zen Room" dans mon appartement ! Ça aide :) Depuis que je suis revenue à Paris, début 2016, j'ai construit ma vie autour de mon bien-être en quelque sorte. Déjà, je ne travaille pas dans un bureau, je travaille de chez moi et j'aime beaucoup cette indépendance ! Je consacre environ 1h par jour à mon bien-être : au moins 10 min de méditation et une séance de yoga tous les midis. Ce rituel fait parti de mon quotidien et il est nécessaire pour ma vie professionnelle aussi car il stimule ma créativité.

Je prototype ce que j'espère être le futur du travail, comme faire du sport son quotidien, ou pratiquer le yoga à l'école par exemple ! Je me vois comme une "early adopter", et je ne veux pas culpabiliser de ne pas être au bureau de 9h à 18h. Même si parfois les gens ont du mal à comprendre, enfin surtout en France car au Etats-Unis on célèbre plutôt la différence que la normalité ! Le fait de vivre là-bas m'a permis de m'assumer et d'être qui je veux être. Je suis aussi végétarienne depuis 9 ans... je peux vous dire qu'à l'époque c'était beaucoup moins répandu en France, et que j'étais considérée comme une " weirdo " (une personne bizarre) (rires). 

Être positif dans les moments négatifs, ce n’est pas de la naïveté, c’est du leadership !
— Ralph Marston
 
  • Si je te dis yoga, tu me dis ? 

Connexion ! À soi, mais aussi à l'autre. 

 

  • Quel(s) type(s) de yoga pratiques-tu et depuis quand ? 

J'ai commencé le yoga il y a 8 ans après une crise de panique en sortant d'un entretien d'embauche. Une copine m'a proposé de l'accompagner à son cours et ça me gonflait vraiment (rires). J'y suis allée... puis retournée tous les jours pendant 2 mois ! Quand je vivais à San Francisco, je pratiquais l'Ashtanga Mysore tous les jours à 6h du mat ! Je suis une vraie perfectionniste et j'adore l'alignement donc ce type de yoga me convenait très bien même si c'était très intense et que ma vie tournait autour de ça. Du coup, j'ai progressé hyper vite !

Depuis que je suis à Paris, j'aime beaucoup pratiquer seule chez moi. J'utilise les cours en ligne de mes profs de San Francisco que j'adore ! En ce moment, je trouve mon compte dans le Hatha Yoga, pour tenir mes postures. 

 

  • Un conseil pour ceux ou celles qui n'osent pas commencer ? 

Honnêtement, il suffit d'être un être humain pour y aller ! Il n'y a aucune barrière, vous allez y trouver beaucoup plus que vous ne le croyez. Ce n'est pas que du sport, avec le yoga tu te retrouves face à toi-même, tu fais le ménage autour de toi et tu ne peux plus te forcer à être quelqu'un d'autre que toi... 

 

  • Quelles sont tes adresses healthy à Paris ? 

- Café Pinson, 6 rue du forez, Paris 3ème.

- Détox Market, pour acheter en ligne des produits naturels.

- Maison Plisson, 93 boulevard Beaumarchais, Paris 3ème.

- Wild and the Moon, 55 rue Charlot, Paris 3ème.

- J'adore les parcs, ça m'aide à me ressourcer. Dès qu'il fait beau, je vais déjeuner dans un parc ou alors je donne rendez-vous dans un parc :) 

 

  • Et maintenant, peux-tu nous avouer tes petits plaisirs un peu honteux ? 

- Le chocolat !! 

- Sinon, mon plus gros plaisir honteux, qui ne concerne pas la nourriture : les émissions de télé réalité ! Je l'avoue ... J'adore regarder le Bachelor et je suis totalement à fond ! 

 

  • Que penses-tu du concept OLY Be ? 

Vachement bien ce concept ! Le DIY et la communauté, ce sont les deux principes auxquels je crois ! La révolution numérique, c'est aussi la connexion à l'autre et le pouvoir de se prendre en main. Et en plus, le yoga a changé ma vie. OLY Be montre que l'on a pas besoin de dépenser 150€ dans un studio et que l'on peut créer du lien sur intérêt commun, créer une communauté ! La France a besoin de nouveaux concepts, d'early adopter, comme OLY Be.

 

Merci à Axelle pour ses bonnes énergies et son engagement si inspirant !

 

 

Son site : http://axlagency.com

Pour la suivre sur Twitter : @axelletess